10 juin 2021

mais qu’est-ce que tu fais là, Chouchou ?

« Arriva, Gigi l’Amoroso, croqueur d’amour, l’œil de velours comme une caresse ; Gigi l’Amoroso, toujours vainqueur, parfois sans cœur mais jamais sans tendresse… Gigi… Gigi ?… » Chouchou ?... Chouchou, c’est toi là-bas dans le noir ? Mais oui, c’est bien toi ! Mais qu’est-ce que tu fais là, Chouchou ? Je croyais que tu avais disparu, ça fait au moins… Attends, je regarde… Ça fait un peu plus de deux ans que tu es parti sans donner le moindre signe de vie. La dernière fois qu’on s’est vus, toi... [Lire la suite]

09 mai 2021

entre Calypso et Sainte Germaine

Entre Calypso et Sainte Germaine, il y a monsieur le maire et il y a toi. J’avais décidé de ne pas regarder sur ma gauche, pendant cette portion de trajet, très courte, trop courte que j’ai faite, aller et retour, pour aller là où l’herbe est plus verte mais aussi plus chère. J’avais promis que je ne regarderai pas sur ma gauche, à l’aller et pas sur ma droite, au retour. Parce que ça m’aurait pincé le cœur et probablement, que je me serais alors réveillé et que je serais sorti de ce joli rêve que je fais depuis un temps que seuls toi... [Lire la suite]
06 mars 2021

pouce, au-revoir

Mais qu’est-ce qui t’arrive ? Pourquoi tu pleures ? Quelqu’un a été méchant avec toi, encore une fois ? Viens, viens, je vais te faire un gros câlin pour faire partir ton chagrin. Allez, blottis-toi là, avec moi et je vais te faire oublier celui ou ceux qui t’ont fait du mal. Allez, pleure un bon coup et après, on parlera de tout ça, calmement, tu me diras ce que tu as sur le cœur. Je ne te propose pas un mouchoir, je sais que tu n’en utilises jamais mais si, en fait, je vais aller en chercher un, viens avec moi et je... [Lire la suite]
23 novembre 2020

et après

Et après Les labyrinthes que crée le temps s’évanouissent. (Seul reste le désert.) Le cœur, fontaine du désir, s’évanouit. (Seul reste le désert.) L’illusion de l’aurore et les baisers, s’évanouissent. Seul reste le désert. Un désert onduleux.  Federico Garcia Lorca (Poèmes du Cante Jondo)
22 novembre 2020

d’humeur moyenne

J’ai mal dormi car je me suis souvent réveillé et du coup, je me sens à la fois fatigué et reposé, c’est une sensation étrange et de ce fait, je suis d’humeur moyenne. Entre les deux. En plus, je n’ai ni faim ni pas faim, ni soif, ni pas soif, je ne sais pas ce dont j’ai envie, de quoi j’ai envie. Je pense que la raison voudrait que je mange et que je boive quelque chose même si ce n’est pas de gaîté de cœur. En plus, je ne sais pas si, pour avaler au moins quelque chose, je ne sais pas s’il vaut mieux que je me fasse un café ou une... [Lire la suite]
25 septembre 2020

inertie sociale

Camarades syndicons, merci d’être venus à cette assemblée générale pour voter la grève car il est évident qu’elle sera votée vu que personne n’a le droit de ne pas être pour, nous sommes là pour faire la grève, la grève, la grève ! Ouaiiiiiiis, la grève, la grève, la grève ! Et vous savez pourquoi on va non seulement la voter mais aussi la faire, cette grève ? Ouaiiiiiiis, la grève, la grève, la grève ! Non, je vous demande si vous savez pourquoi on va la voter et la faire, cette grève ? Ouaiiiiiiis, la grève,... [Lire la suite]

04 septembre 2020

tu es si loin de moi

Tu es loin de moi. Si loin de moi. Jamais tu n’avais été aussi loin de moi. Depuis que je te connais, tu as toujours été géographiquement proche de moi. À une exception près. Parce que cette fois-là, tu n’étais pas là que pour quelques jours. Là, tu es loin de moi pour une éternité. Et moi, je n’aime pas les éternités. Je trouve ça si long, tellement long. Interminablement long. Et moi qui ne connais pas l’ennui, pendant les éternités, je sais que j’ai une fâcheuse tendance à commencer à m’ennuyer. Je ne m’ennuie pas parce que je ne... [Lire la suite]
15 juillet 2020

je me suis trompé de pluie

Parce que tu es mon soleil, je me suis trompé de pluie. Je n’ai plus du tout la notion des saisons car avec toi, c’est l’éternel printemps. C’est le renouveau perpétuel, chaque jour différent. À chaque fois que mes yeux se posent sur toi, c’est un émerveillement de tous les instants et je me dis : quelle chance ! C’est vrai, c’est une chance inouïe que celle de te connaître. Que celle de notre rencontre. Et quand j’y pense (je pense tout le temps à toi), j’ai toujours cette chanson de Gilbert Bécaud en tête :... [Lire la suite]
09 juillet 2020

et si je n’y arrivais pas ?

Et si je n’y arrivais pas ? Attention, il n’y a aucun rapport avec le billet d’hier, que les choses soient claires, entre nous, hein ! Oui, donc, et si je n’y arrivais pas ? Je veux dire que comme je suis à Biscarrosse depuis hier midi, il se peut que je n’arrive pas à avoir suffisamment de réseau pour me connecter sur Internet et cette année, je n’ai pas prévu d’écrire à l’avance tous les billets correspondants aux jours où je resterai là. Donc, le risque, c’est que je me retrouve avec un réseau trop faible voire... [Lire la suite]
18 mai 2020

loin des yeux, loin du cœur

Je le savais ! Je l’ai même toujours sur : loin des yeux, loin du cœur. Je me souviens l’avoir déjà dit il y a au moins trente ans à Karine. À l’époque, c’était surtout pour la remettre à sa place car elle me faisait du rentre-dedans pour devenir amie avec moi et moi, j’étais circonspect. Et méfiant. Une amie aussi jeune qu’elle (nous avons douze ans d’écart), j’avoue que ça ne me faisait pas vibrer et Dieu (s’il existe) sait combien je l’ai freinée les deux pieds sur la pédale ad hoc. Mais contre mauvaise fortune, j’ai fait... [Lire la suite]