04 mars 2019

réincarnations

En faisant la vaisselle des choses qui ne vont pas dans la machine adéquate, j’étais en train de me dire que la cocotte dont je me suis servi  pour préparer le repas de ce midi et d’une autre fois, dans la semaine (un lapin au cidre, aux pruneaux, aux pommes d’arbre et aux pommes de terre), une fois que je l’ai mise dans le second bac, à l’envers, pour qu’elle s’égoutte (je n’essuie jamais les gamelles de cuisson), elle bougeait comme un balancier, le temps de trouver son équilibre et je me suis donc dit qu’elle était encore... [Lire la suite]

28 mars 2015

la fête à la grenouille

Il pleut, il mouille, c’est la fête à la grenouille. Il fait un temps à ne pas mettre le nez dehors au risque d’en revenir humide voire trempé. Alors, à moins d’être d’une humidité maladive ou d’avoir un caractère bien trempé, ce n’est pas forcément la chose la plus agréable à subir. Surtout après ces quelques jours d’ensoleillement sec. Comme peuvent l’être le champagne et le cidre. Pas de quoi tomber dans les pommes non plus, hein ? Il pleut, il bruine, c’est la fête à la triste mine quand on se promène dans les rues, la tête... [Lire la suite]
05 juin 2014

finalement, ce sera trois

Oui, je m’en souviens très bien pour ne pas dire parfaitement. C’était au mois de mai, le seize pour être plus précis. La veille de l’anniversaire de mon père. Je l’avais écrit au moins sept fois que j’en voulais deux. Et surtout, deux frigos, hein ? Pour un peu, j’aurais juré mes grands dieux que je n’en aurais jamais, au grand jamais pris moins ni plus. Ni plus, ni moins. Rien moins que cela. Et tant et plus. Moi, quand j’ai des convictions, il est très difficile de me faire changer d’avis. Non, je ne suis pas têtu. Pas dans le... [Lire la suite]
10 mai 2014

transports non frigorifiques

Ce samedi sera un autre samedi bien plein. Plein de temps occupé. Plein de temps qui passe à la fois trop vite et pas assez. Surtout pour ce matin, alors que j’embauche à 3h45 pour espérer terminer au plus tard à 11h30 afin de rentrer pour prendre ma douche de fin de semaine, celle qui me lavera de tout soupçon maritime et enfiler mes tenues décontractées de celui qui ne veut plus penser à tout ça pendant deux jours et demi. Jusqu’au prochain mardi car quand vient le mardi, à la différence de la grande Zoa, pas de boa, pas de... [Lire la suite]