04 avril 2019

j'peux pas, j'ai piscine

Aujourd’hui, je ne vais pas pouvoir écrire, j’ai piscine avec ma mère. Oui, parce qu’il faut qu’elle essaie les nouvelles palmes qu’on lui a prêtées avant d’en acheter une paire à elle. Alors, je vais l’accompagner car comme elle marche avec une canne, dans la rue, je me dis que je la lui tiendrai, la canne, dans l’eau et les acteurs du Grand bain n’ont qu’à bien se tenir, je vais faire un numéro de claquettes avec une canne à la main comme dans les grandes comédies musicales américaines mais moi, comme je suis meilleur que tout le... [Lire la suite]

24 janvier 2019

Nomique ou Entérite ?

Moi, à choisir, évidemment que je prends la Nomique. D’abord, parce que c’est l’anagramme de Monique et que Monique, c’est ma mère. Ensuite parce que Entérite, ce n’est l’anagramme de rien. Si, pardon, au temps pour moi, Entérite, c’est l’anagramme total de plein de mots : éternité (je m’en fous, même sur un plateau avec 1 million d’euros, je ne signerais pas pour y avoir droit) ; reinette (pomme reinette et pomme d’api, tapis, tapis rouge – j’ai largement passé l’âge) et reteinte (sachez que la couleur de mes cheveux blancs... [Lire la suite]
10 novembre 2018

fonds de tiroirs

En tout cas, je te remercie, Chouchou, tu as été très efficace et ton aide m’a été précieuse, ce matin, pour ce qu’on avait prévu de faire à mon travail. J’ai pu terminer mon boulot pendant que tu chargeais les documents que je voulais qu’on emporte et je n’en reviens pas comme ça a été facile, on ne s’est pas gênés l’un l’autre, pourtant, une chaise pour deux, ça n’est pas toujours l’idéal. Là, on va tout de suite séparer les choses pour que je puisse m’y retrouver, quand j’aurais besoin de les consulter. Quand j’aurai envie de... [Lire la suite]
07 février 2018

l'assistant asocial

J’ai rendez-vous dans une cité HLM de Bargesse, il faut que j’aille discuter avec un monsieur qui vit seul et qui n’a peut-être plus ni les moyens ni les facultés de se gérer son appartement. Alors, on m’a missionné pour me rendre compte de la situation. J’avoue que je suis un peu impressionné car c’est ma première visite. Comme j’allais me rendre dans ce qu’on appelle un endroit un peu zone, j’ai choisi d’y aller en jeans, sweat-shirt à capuche et blouson doudoune car il ne fait pas chaud du tout, en ce moment. Et me voilà parti.... [Lire la suite]
19 septembre 2016

le Moyen-Âge

J’ai passé un week-end familial très sympa et très cruel. Très sympa car, comme je l’ai déjà écrit dans les deux billets précédents, j’étais avec tous mes oncles et tantes (ou presque puisque Gilbert manquait à l’appel) et parce que des moments précieux comme ceux-là, c’est sans doute depuis seulement quelques années que je suis capable de les apprécier. À leur juste valeur. Pendant près de vingt-cinq ans, je n’ai vu personne ou si rapidement que ça ne compte pas, dans cette famille que j’ai peut-être fui mais pas parce que je ne les... [Lire la suite]
28 août 2016

disparu, tu as disparu, au coin de ta rue

Finalement, on ne sait toujours rien au bout de deux jours. Là, ça commence à devenir plus qu’inquiétant. Je vais à la police. Oui, 57 ans. Cheveux blancs. Gris très clairs. Blancs, oui, c’est plus comme ça. Pas très grand. C’est d’ailleurs un de ses problèmes. Pardon… Non, on ne sait pas comment il était habillé. Avec le temps qu’il faisait vendredi, ça ne m’étonnerait pas qu’il soit en bermuda et en tee-shirt mais on ne sait pas de quelle couleur. En tout cas, pas vert. Il ne porte jamais de vert. Ni blanc, c’est trop salissant. ... [Lire la suite]
25 décembre 2014

les Noël d'antan

Il est très agréable malgré tout le parfum des Noël d’antan. Des Noël de quand ils étaient encore blancs alors que maintenant, c’est sous mes cheveux blancs que je vois Noël passer chaque année. JE vous parle d’un temps où je croyais au Père du même nom. Celui qui m’apportait une partie de ce dont je pouvais rêver. Une partie seulement car à l’époque, on ne recevait pas plus que de raison et pourtant, on en avait pas mal des cadeaux pourtant. Et en plus, ça nous faisait vraiment plaisir. On y tenait comme à la prunelle de nos yeux, à... [Lire la suite]
12 décembre 2014

la route 66

Hier, j’ai choisi de prendre tranquillement la route vers la 66. Pas celle, très célèbre des États-Unis, non, celle qui me mènera vers ma 66. Normalement, j’aurais dû dire mes 66 mais je préfère laisser ça au féminin, ça me semble plus doux. Et tant pis si c’est un cliché. Parce que ça m’a amusé de me dire que si cette année, j’avais pioché un domino en double 5, la prochaine fois que ça m’arrivera, ce sera forcément en 2025. Ce qu’il fallait démontrer comme disait l’autre, là, le matheux. Et c’est encore amusant, à mon goût, de voir... [Lire la suite]
11 décembre 2014

le jour J

Nous sommes le jour J. Comme jeudi. Et comme je dis que c’est le bon jour. Ça tombe super bien que ça soit aujourd’hui jeudi, le jour J. Parce que, pour un peu, à vingt-quatre heures près, on aurait été le jour M (on n’aurait pas été dans la M) ou le jour V, peut-être un jour de victoire mais ça n’est pas garanti sur facture. On ne le sait jamais à l’avance. À l’avance, justement, tiens, puisqu’on en parle, parlons-en. Ce billet est écrit à l’avance car ce jeudi est férié pour moi à plusieurs niveaux. Bien sûr, je suis allé travailler... [Lire la suite]