05 juin 2019

stationnement gratuit

Tout le monde le sait (ou alors, tout le monde devrait le savoir), j’habite dans une rue qui n’existe pas. Tout du moins, dans les GPS, sur les plans et pour les livreurs de tout poil (pourquoi de tout poil ? Est-ce que je donnerais dans le cliché en imaginant que tous les chauffeurs-livreurs sont très poilus, portent toujours des marcels et auraient du ventre ? Ce n’est pas impossible... Je vais réfléchir à ça…) Comment cela se fait-il que j’habite dans une rue qui n’existe pas ? Parce qu’elle n’est pas encore... [Lire la suite]

29 mars 2019

s'allonger un morceau

Je me souviens de cette chanson d’Ester Galil, Le jour se lève, reprise par Garou, dans les années 70, elle m’avait beaucoup marqué par le texte, la musique et la voix de son interprète, une voix rauque comme on peut facilement rencontrer au moment d’un réveil, après une courte nuit qui fait suite à une longue) soirée pendant laquelle d’aucun(e)s ont pas mal bu et sans doute beaucoup fumé. Et là, au petit matin, on a la voix enrouée et un peu de difficulté à faire la part des choses. Et parfois, aussi, à faire la part des gens. Allez... [Lire la suite]
28 février 2019

tout ça pour une table sans plateau ?

Je le reconnais, je suis soupe-au-lait et ronchon réunis mais franchement, quand vous allez savoir de quoi il retourne, vous serez obligatoirement de mon avis, ça ne peut pas être autrement. Et alors, on ne pourra plus me reprocher de râler pour un oui ou pour un non. Mi-janvier, le patron commandes des meubles un peu partout pour aménager l’appartement du huitième qu’il vient de faire refaire et qu’il veut louer assez vite car maintenant, ça suffit, un an de travaux ou presque, ça commence à faire un peu long et il va bien falloir... [Lire la suite]
17 septembre 2018

assistant coupeur de tête

Revenir de vacances, comme dit Mymy, c’est dur, surtout les dix premiers mois. Sauf que moi, avec un peu de chance, ce seront mes dernières vacances d’été. Non pas que je sois en phase terminale d’une longue et triste maladie, ni même d’une courte et rigolote maladie mais parce que si tout va bien, d’ici fin décembre, voire fin mars, je pourrais peut-être partir de là où je travaille. Partir loin, sans me retourner. Très loin. Et tous ceux qui y resteront me regretteront. Ça vaut bien ça. Sinon, ce n’était pas la peine. Non, non. ... [Lire la suite]
13 avril 2018

est-ce son absence qui les rend agressifs ?

C’est exactement ce que je me suis demandé, à 3h15, cette nuit, alors que je venais de quitter mon bureau douillet pour aller passer deux heures dans le bungalow de facturation de nuit. Une espèce de permanence en l’absence du responsable qui devait partir faire une livraison parce qu’un de nos chauffeurs n’était pas là. Et moi, j’y suis allé à contrecœur. Parce que, travailler de nuit, en dépannage, passe encore (quoique, quoique…) mais si c’est à mon bureau, pas au milieu de la plate-forme réfrigérée avec tout le monde qui va et... [Lire la suite]
14 juillet 2017

écrit vendredi pour vendredi

Voilà, pendant que d’autres défilent sur les Champs Élysées sous les yeux un peu éteints de Donald Trump et sous ceux, plus vifs de sa femme, à côté du couple Macron, il y en a d’autres qui sont au boulot. Attention, je n’ai pas dit que ces autres travaillaient, non, puisque j’en fais partie et que j’ai terminé ce que j’avais à faire. Mais je dois attendre encore un peu avant de partir car dix heures viennent juste de passer et j’attends encore le retour tournée d’un chauffeur. Chauffeur, cette tournée est pour toi ! On ne sait... [Lire la suite]

04 avril 2017

born to lose

En anglais, born to lose, ça signifie « né pour perdre » et hier, j’ai eu cette chanson en tête. Parce que j’étais à Toulouse et je me suis dit que je n’étais pas né à Toulouse, I was not born in Toulouse et pas non plus né pour perdre, not born to lose, du moins, je crois. Un aller et retour dans la journée à Toulouse avec juste une halte à Agen, ce n’était pas une première pour moi. Je l’ai déjà fait une bonne dizaine de fois pour le patron, depuis trois ou quatre ans. Parce que dans ces cas-là, je suis convié à... [Lire la suite]
26 avril 2016

se coucher tôt ou s'amuser tard

Aujourd’hui, j’ai le choix. Soit je sors chez UGC pour assister à la représentation d’un opéra en direct de celui de la Bastille à Paris, à 19h30 soit je reste chez moi et je vais au lit de bonne heure comme j’aime bien le faire. Mais j’aime bien aussi sortir au spectacle. Réfléchissons un instant… Longtemps je me suis couché de bonne heure et je continue de le faire dès que je le peux. Pendant des années, je n’ai travaillé que pour me payer des voyages et des sorties culturelles. J’ai toujours réussi à concilier les deux avec plus... [Lire la suite]
25 octobre 2015

ce qui se conçoit clairement s'énonce bien... ou un truc comme ça

"Je voudrais leur dire qu'on a reçu le coup de pied au derrière mais que c'est pas parce que vous voulez renverser la table que vous descendez de la voiture dont vous vous abstenez de choisir le chauffeur." (Nicolas Sarkozy, meeting de Limoges, le 14 octobre 2015) Pour une fois, en politique, on ne pourra pas parler de langue de bois mais de langue de quoi ? J’avoue que cette fois-ci, outre le fait qu’il m’a fait bien rire, je n’ai pas du tout compris le sens certainement caché de cette phrase pour le moins énigmatique. Sans... [Lire la suite]
06 mai 2013

une parenthèse rose

Un dimanche de quoi ? Écrivais-je hier, oui. Et je l’assume. Mais ce lundi ne pose pas autant d’interrogation(s). Pourquoi ? Parce que simplement, ce lundi est un jour de Toulouse, un lundi de saucisses et de briques roses. Rien à voir avec quelque organisme associatif gay que ce soit. Saucisse et briques roses, ce ne sont vraiment que deux emblèmes de Toulouse, rien de plus, pas de double sens, pas de choses cachées. La douane volante peut venir me fouiller. Quant à la jaquette volante, rien à voir non plus avec le mariage... [Lire la suite]
Posté par sibal33 à 07:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,