25 avril 2021

plusieurs façons de mourir

Il y a une chanson qui dit qu’il y a au moins 100 000 façons de tuer un homme. Il y en a une autre, d’Adamo, très émouvante, qui nous raconte qu’il aimerait mourir dans les bras de celle qu’il aime. Moi, j’ai déjà eu l’occasion de dire que j’aimerais bien mourir de rire. Ou, plus classiquement, dans mon sommeil. Un oubli de respiration comme un silence dans une partition de musique. Ça pourrait m’arriver, ça vu que le fait de faire plusieurs choses à la fois, en permanence, ça me fait parfois perdre un peu une partie de ma tête.... [Lire la suite]

15 juillet 2020

je me suis trompé de pluie

Parce que tu es mon soleil, je me suis trompé de pluie. Je n’ai plus du tout la notion des saisons car avec toi, c’est l’éternel printemps. C’est le renouveau perpétuel, chaque jour différent. À chaque fois que mes yeux se posent sur toi, c’est un émerveillement de tous les instants et je me dis : quelle chance ! C’est vrai, c’est une chance inouïe que celle de te connaître. Que celle de notre rencontre. Et quand j’y pense (je pense tout le temps à toi), j’ai toujours cette chanson de Gilbert Bécaud en tête :... [Lire la suite]
11 juin 2020

no me moleste, mosquito

No me moleste mosquito, no me moleste mosquito, no me moleste mosquito, retourne chez toi… Si je donne cet extrait de chanson, c’est bien parce que je n’en ai trouvé aucune qui parle de moucheron. J’en connais au moins une sur les mouches (Michel Polnareff, « Je suis une mouche »), deux sur les abeilles (Maya, du dessin animé et ce chef d’œuvre mal connu de Bourvil, « Les abeilles » : « Bzzz, bzzz, bzzz, les abeilles… » Ah, si vous ne la connaissez pas, celle-ci, écoutez-là dare-dare, si je puis... [Lire la suite]
30 mai 2020

le français moyen dans toute sa splendeur (ou sa décadence ?)

Je crois que j’ai enfin compris comment fonctionnait le français moyen. Qui entends-je derrière cette appellation « français moyen ? » Bien sûr, ça n’a rien à voir avec celui de la chanson de Sheila en 1968 mais avec celui qui n’a pas voté Emmanuel Macron en 2017, tout d’abord et ensuite, avec celui qui a voté pour lui mais qui le regrette. Il a pu le regretter au bout de quelques mois mais également au bout d’un an ou deux voire trois. Peu importe. (Faire cette précision, ce n’est que du remplissage.) Le français... [Lire la suite]
02 avril 2020

la censure (billet pas vraiment garanti sans coronavirus)

« Prendre un enfant par la main et l’emmener vers demain, pour lui donner la confiance en son pas, prendre un enfant pour un roi… » Désolé, mais il est désormais interdit de diffuser cette chanson. Ça peut donner trop d’idées dangereuses aux gens qui se doivent de rester confinés et de respecter les gestes barrières : pas de contact avec un enfant, même main dans la main. Ou alors, si vraiment c’est indispensable, n’oubliez pas de vous laver les mains avant et après et surtout, de bien désinfecter l’enfant avant et... [Lire la suite]
10 février 2020

le lundi au soleil

Regarde ta montre, il est déjà huit heures, embrassons-nous tendrement ; un taxi t’emporte, tu t’en vas mon cœur, parmi ces milliers de gens… Mais alors, si la personne à qui Claude François s’adresse repart en taxi de chez lui, on peut se demander s’il s’agit de sa femme ou de sa maîtresse. Si c’est sa femme, pourquoi prendrait-elle un taxi, un lundi matin, à 8 heures ? Pour aller prendre un train ? Mouais, plutôt l’avion, à la limite. Un déplacement professionnel. Mais ça ne peut pas être pour aller simplement... [Lire la suite]

05 novembre 2019

une mise en bière

Forcément, curieux comme je suis, quand j’ai quelque chose qui m’interpelle, je ne peux pas faire autrement que tout faire pour comprendre le pourquoi du comment. J’en veux pour exemple cette bouteille de bière de 75cl, que j’ai achetée hier matin alors que je n’aime pas du tout en boire. Déjà, je me suis demandé pourquoi je l’avais mise dans ma liste de courses. Et puis en réfléchissant un peu, je me suis souvenu que c’était normal, vu que je vais faire une nouvelle recette à base d’échine de porc, de pommes fruits et de pommes de... [Lire la suite]
22 août 2019

je suis encore absent

Mais t’es pas là, mais t’es où, pas là, pas là… Oui, je ne suis pas là, une nouvelle fois. Je suis encore absent. Mais mon absence ne brille pas par sa présence. En réalité (et même si ça me fait un peu – beaucoup – mal de le constater, quand je ne suis pas là, personne ne s’en rend compte – donc, quand je suis là, ça doit être un peu pareil – je dois faire partie des meubles, on me voit peut-être mais on ne me regarde plus – on m’entend mais on ne m’écoute plus) ((ça, c’est de la parenthèse !)) Mais t’es pas là, mais t’es... [Lire la suite]
20 août 2019

encore envie de couper tout ce qui dépasse

En me lançant son défi d’écrire un texte sans aucune lettre qui dépasse, Philippe (l’autre) a créé en moi non seulement un désir de le faire mais surtout, une espèce d’obsession. Même après avoir écrit un premier texte dont je n’étais pas très content, j’ai réécrit l’Ode à Cassandre, de Ronsard, un de mes poèmes préférés et j’avoue que pour ce dernier, j’étais assez content de moi car même si on ne peut pas forcément reconnaître de dont il s’agit à la lecture, si on l’écoute récité par quelqu’un, à voix haute, je pense qu’on y... [Lire la suite]
17 août 2019

parlez-moi d’moi, y a qu’ça qui m’intéresse

Docteur, je viens vous voir parce que je ne sais pas trop ce qui m’arrive. Je ne sais pas si c’est une conséquence des canicules successives que nous avons subies, surtout moi mais en ce moment, je trouve que je ne parle que de moi. Je n’arrive pas à m’intéresser à autre chose qu’à ma petite personne. Comme si le reste du monde, comme si tout ce et tous ceux qui sont autour de moi n’existaient pas. Peu ou prou, comme disait Marcel. Et j’ai l’impression que je me complais dans cette situation. Tiens, pour vous prouver que je ne dis... [Lire la suite]