23 novembre 2018

il pleut et dehors, les archéologues sont un peu dans la boue

C’est un vendredi humide. Il pleut. Il pleut et dehors, les quatre archéologues sont obligés de travailler dans une espèce de bouillasse. Les autres jours de la semaine, ils ont passé leurs journées dans un froid glacial et sec. Aujourd’hui, c’est frais et humide. Je ne sais pas quel est le meilleur temps pour eux. Et quand je vois leur petite caravane de la mairie, apparemment sans fenêtre, je me dis qu’ils n’ont même pas eu la chance d’écouter la pluie taper sur les carreaux. Juste sur le toit. Tout ça est d’une tristesse pas... [Lire la suite]

25 juillet 2018

d’abord, 17, puis 9, ça fait : 9 et 7, 16, je pose 6 et je retiens 1 + 1 = 26

Pas forcément le plus motivé du monde, je suis parti à ma séance de torture avec mon coach personnel, Jérémy M. 24 ans, un peu pervers sur les bords, extrêmement sadique et l’air un peu innocent mais il ne faut pas s’y fier. Je n’étais pas très motivé car je me suis levé fatigué, ce matin et j’avais même mal aux cervicales et la tête. J’ai même cru que la bête était revenue, cette squatteuse de migraine mais non, tout a malheureusement disparu au moment du déjeuner. Malheureusement parce que si ça n’avait pas été le cas, j’aurais pu... [Lire la suite]
09 octobre 2017

Paul et non pas Virginie mais Fanny

Hier, j’ai vécu un dimanche à la campagne. Chez Paul et Fanny. Normalement, j’aurais dû écrire chez Fanny et Paul, afin de mettre Fanny en premier (je la connaissais avant son mari et la galanterie, ce n’est pas grossier, à ce que je sache) mais je trouve qu’à l’oreille, ça sonne mieux de mettre le « et » entre Paul et Fanny que dans l’autre sens. Enfin tout ça, je dis ça, je dis rien, c’est juste parce que j’aime que les choses soient claires, nettes et précises. Tout comme mettre les points sur la gueule des... [Lire la suite]
12 janvier 2017

un jour pour rien

Un jour pour rien, c’est toujours un jour de trop et pourtant, c’est un jour de moins. Comme si on avait été volé par rapport à l’emballage. Par rapport à la publicité. Mensongère parmi tant d’autres. Mais encore une fois, je me suis fait avoir par un slogan et par les jolies couleurs. Tant de promesses. Tant de choses qui font envie et qui, finalement, sont à l’opposé de ce qu’on attendait. C’est un abus de faiblesse. C’est comme pour toutes ces nuits. Tous ces rêves qu’on m’a vendus. Et moi qui ai sauté les deux pieds dedans. En... [Lire la suite]
31 mai 2014

loin des yeux

Non seulement  j’ai mal à la tête, comme si j’avais celle de bois, la gueule des mauvais jours, alors que je n’ai bu qu’un fond de porto, hier soir et encore, bien avant de dîner et comme après le dîner, nous sommes allés assister à un spectacle, j’ai largement eu le temps de le digérer, ce fond de porto. Et en plus, je me suis retenu de ne pas faire comme d’habitude : mettre un fond de rien dans le verre et beaucoup plus de porto au-dessus. Non, hier, j’ai été raisonnable. Parce que je ne suis pas comme ça avec le porto.... [Lire la suite]