20 octobre 2019

sensation

Dans les toilettes du centre commercial de Bordeaux Lac, samedi matin : je suis parti faire quelques courses et une envie de faire pipi se fait de plus en plus pressante. J’ai la sensation que ma vessie ne tiendra pas le temps qui me reste à arpenter les rayons de l’hypermarché et à passer en caisse. Alors, je laisse mon caddie dans une allée et je vais là où je me dois (où je me doigt ?) d’aller : me vider. Discrètement. Mais les urinoirs sont hors d’usage. Il me faut donc me rabattre dans une cabine. Et là, une fois... [Lire la suite]

19 mars 2019

est-ce que c’est ça, devenir vieux ?

Je me demande si c’est ça, commencer à devenir vieux : ne plus être en phase avec ses congénères et principalement avec ceux qu’on trouve plus cons que génères. Parce que, hier, par exemple, dans le tram, j’ai été empêché de lire par ce que j’ai entendu de la bouche d’un jeune couple (de deux jeunes que j’ai supposés être en couple mais je peux me tromper) surtout quand le mec a dit à sa nana : « Tu vois, Machine, ce qui manque à Bordeaux, c’est un centre commercial comme celui des Rives d’Arcins (1) mais en plein... [Lire la suite]
29 septembre 2017

la rangée 13 ou la rangée 14 ?

Le vendredi, quand je débauche, entre 11 et 11h30, je file directement au centre commercial du Lac pour y faire mes courses de base en prévision du week-end. Pour tout ce qui est des végétaux (fruits et légumes, je vais au marché de la place Pey Berland, le dimanche matin…) Aujourd’hui, je n’ai pas dérogé à la règle et quand je suis arrivé au parking, j’ai choisi d’aller chercher une place de stationnement à proximité de l’entrée la plus centrale du centre. Et j’ai été un peu surpris de voir qu’il y avait plus de monde que d’habitude.... [Lire la suite]
08 décembre 2016

faudrait presque que je parte la veille

J’ai repris les séances d’entraînement cardio depuis cette semaine. J’en suis à ma deuxième fois, déjà : une mardi et une aujourd’hui. Je peux vous dire que ça dérouille drôlement les jambes (pour l’instant, je ne m’occupe que du bas, la prochaine fois, j’enlèverai peut-être le haut) et là, j’en ai plein les pattes, comme on dit. Alors, je me demande si je ne vais pas les laisser reposer, mes guiboles et passer en position horizontale, en six lettres, un mot commençant par « CA »… canapé, peut-être ? Ouiiii !... [Lire la suite]
19 août 2016

tout lâcher, là

C’est un peu mon état d’esprit, à l’instant T. Tout lâcher, là. Parce que je sais très bien qu’il va m’être difficile de coordonner mon envie de repos avec mon devoir de bien recevoir Mickael et Laetitia qui sont arrivés ce matin pour trois jours. Ou quatre. Et même si ce midi, le président nous a invités au restaurant sur les quais, il a bien fallu que j’assure les courses pour le week-end mais je sais aussi que je n’aurais pas dû boire ces deux verres de vin rosé, à table. Deux verres de vin rosé. Ou trois. Je ne sais plus. Bien... [Lire la suite]
27 février 2016

l'aigle noir

Un beau jour, car ce n’était pas une nuit, j’en suis sûr, puisque c’était tout à l’heure, vers 14h15, dans le tram, je ne m’étais pas endormi car soudain, j’ai vu l’aigle noir. Je vous jure que c’est vrai. J’ai vu l’aigle noir. Évidemment pas celui de la chanson, il était bien trop jeune. J’aurais même dû écrire l’aiglon noir pour être plus proche de la vérité. Mais non, j’avais envie de parler de lui comme de l’aigle noir. Comme le successeur du grand aigle noir. Celui-là n’a pas crevé le ciel et à peine venait-il peut-être de... [Lire la suite]
04 novembre 2015

si, si, je trouve ça bien, non, non, je ne vais pas critiquer ni râler

Oui, je trouve ça bien, puisque je vous le dis et non, je ne vais pas râler et encore moins critiquer. J’ai décidé que ça ne serait plus mon genre de me mettre en colère à chaque fois que quelqu’un ou quelque chose me dérange, heurte ma sensibilité ou me semble inapproprié à la vie en collectivité. Donc, je le dis et je le redis, oui, je trouve ça bien. Si, si. Je trouve ça très bien, même et il vous faudra vous lever d’encore plus bonne heure que moi pour m’entendre râler contre ça. Et contre tant d’autres choses qui me mettaient... [Lire la suite]