26 janvier 2017

on l'appelle Simplet

Alors donc, je suis sorti hier soir. Pour aller assister à la représentation d’un opéra que je ne connaissais pas du tout, de Leonard Bernstein, Candide, d’après Voltaire (l’écrivain philosophe, pas les fauteuils) et, ma foi, je n’avais pas révisé ma leçon avant d’y aller car je comptais sur une bonne fortune pour que ça m’accroche malgré ma mauvaise journée et ma migraine finissante. Après coup, aurait-ce été utile que je lise un résumé de l’œuvre ? Peut-être car je n’en ai pas envie aujourd’hui. Pas envie ou plus envie ?... [Lire la suite]

25 janvier 2017

Voltaire était-il candide ?

Nous sommes brutalement passés de plusieurs jours de grand soleil à une journée terne, grise et molle. Lourde de non-sens. Avec une sensation qu’elle n’est pas imperméable à cette espèce d’humidité qui a l’air de ne pas vouloir s’évaporer. Et moi, moi, dans tout ça, je me traîne lamentablement du canapé à l’ordinateur. Je n’ai aucune inspiration car je n’ai envie de parler de rien. De rien de spécial. Parce que c’est un de ces moments sans.  Un de ces sales moments à passer. Ça ne donne envie de rien. Comme si était venu le... [Lire la suite]
04 décembre 2015

indiscrétions

Non, ça ne va pas. Ça ne va pas du tout. Quand j’ai accepté de répondre à un questionnaire chez Renault, avant-hier, je pensais juste noter mon degré de satisfaction dans l’achat de ma nouvelle voiture et dans les explications du monsieur pour la prise en mains. Non, moi, je n’étais qu’innocence aux pleines mains, candide et naïf. Si j’avais su… je suis donc la preuve vivante qu’on abuse des consommateurs. Car j’étais loin de me douter que je serais filmé, photographié, espionné dans les moindres détails de mon intimité la plus... [Lire la suite]