20 janvier 2020

tu es par-dessus les toits

Il n’y a pas que le ciel qui est par-dessus les toits, si bleu, si calme (pas toujours bleu et pas toujours calme), il y a toi, aussi mais toi, tu es bien au-dessus des toits. Tu es au-dessus de tout. Et même si je monte sur un grand escabeau à sept marches, je n’arrive pas à la bonne hauteur pour te voir. Et même si je monte sur l’échelle des valeurs, je suis encore trop petit. Et d’ailleurs, qui suis-je moi, si petit, si nerveux, pour prétendre t’aimer ? N’y a-t-il pas abus de bien affectif ? N’y a-t-il pas détournement de... [Lire la suite]

15 janvier 2020

putain, si je vous dis que je suis calme !

Putain ! Arrêtez de me dire de me calmer puisque je suis déjà calme ! Je ne sais pas ce qui vous prend mais arrêtez de vous imaginer que je suis énervé, bordel ! Je ne sais pas ce qui vous prend par la tête, à chaque fois, de me voir comme quelqu’un qui est toujours à cran alors qu’il n’y a pas plus zen que moi ! Non, vraiment, je suis zen. Et arrêtez de m’emmerder en me disant le contraire. Je suis tellement zen que vous n’arriverez pas à me faire sortir de mes gonds même si vous continuez, même si vous persistez... [Lire la suite]
22 novembre 2019

combien de marinières, combien de capitaineries

Je n’ai jamais été un navigateur au long cours mais j’ai aimé voguer sur des flots pas toujours calmes. J’ai aimé me faire quelques frayeurs, juste de quoi avoir le cœur qui bat un peu plus fort mais rien d’extrême car je ne suis pas assez courageux pour ça. Et encore moins téméraire. En réalité, je suis plus capable de fréquenter les capitaineries que les pirates et j’aurais plus la mentalité d’une femme de marin que celle d’un baroudeur des mers. Les grandes marées, moi, je les apprécie quand j’ai les deux pieds sur la terre ferme.... [Lire la suite]
10 juillet 2019

ça m’a fait du bien de repartir encore deux jours

Ça m’a fait (beaucoup) de bien de repartir (encore une fois) deux jours. D’abord, parce que personne ne s’en est rendu compte si ce ne sont le patron, Claude et les deux chiens qui eux, m’ont vu puisque je suis retourné les voir à Biscarrosse, dans leurs quartiers d’été. Et pendant ces « un peu moins de » deux jours, j’ai cuisiné, mangé avec mes amis, joué avec les chiens, caressé les mêmes chiens, dormi au premier étage, dans une chambre qui donne sur la piscine et sur le golf et la forêt, bien au calme et j’ai même fait la... [Lire la suite]
31 mai 2019

journal rétrospectif d’aller (2/2)

10h58. Le train s’arrête en pleine et presque rase campagne. On nous demande de ne pas tenter d’ouvrir les portes. Certains, qui somnolaient, ouvrent un œil, leur inconscient leur ayant chuchoté que cet arrêt n’était pas prévu. D’autres, nombreux, font comme si de rien n’’était. Pas moi. 11h02. Il y a toujours un moment où l’attente, pendant un arrêt non prévu, nous devient anormale, brutalement à l’esprit. Un calme étonnant règne dans le wagon (pas en moi), un calme juste ébréché par le passage d’un contrôleur. La lumière... [Lire la suite]
20 avril 2019

mes vieux dans ton regard

À force d’avoir dormi cent ans dans mon beau château, une fois que le prince est venu me réveiller pour me faire renaître au monde, j’ai réalisé que j’avais pris un coup de vieux. Un sacré coup de vieux. Des creux ici et là, dans mon visage que j’avais tant de peine à reconnaître (j’ai toujours du mal quand je me lève, tant que je n’ai pas bu un café, comme on dit, je ne suis bon à rien – ce n’est pas vrai mais j’aime bien l’idée de le dire quand même) et des rides, dans le cou, des cernes autour des yeux : « Mes yeux,... [Lire la suite]

06 janvier 2019

eh bien si, je vais revenir encore une fois sur le même sujet

Je ne vais pas revenir encore une fois sur le même sujet mais ça me démange en ce dimanche matin, à moins de sept heures alors que la ville est encore (enfin) calme, surtout là où ça a pété, hier en fin de journée. Quand le patron, qui est aux toutes premières loges, m’a appelé pour me dire que ça venait de commencer, les échauffourées, il a entendu les mêmes voix de jeunes garçons et de jeunes filles, probablement mineurs, qui étaient devant chez lui, à commencer de dépaver sa rue encore une fois afin de se faire une réserve de... [Lire la suite]
08 décembre 2018

le calme qui cache le chaos ?

Je suis du genre à ne pas savoir totalement apprécier un moment calme et/ou heureux car je me dis que forcément, ça cache quelque chose. Et ce matin, c’est exactement mon état d’esprit. J’ai embauché un peu plus tôt que d’habitude afin de pouvoir également rentrer plus tôt, ce que j’ai réussi à faire car il est 7h50 et je suis chez moi, devant l’ordinateur, l’esprit tranquille d’avoir fait mon boulot et avec le sens du devoir accompli. Je n’ai pas eu de problème pour aller au boulot ni pour en revenir, juste une voiture qui roulait à... [Lire la suite]
02 décembre 2018

une pause dans la pause : une re-pause ?

Je viens de somnoler un peu pour ne pas dire que je viens de dormir un bout. Après le déjeuner de ce dimanche, après une soirée où je me suis couché tard, pour une fois, j’avais envie de me relaxer et au lieu de ça, je me suis fait avoir par un endormissement inattendu ou presque. Comme si j’avais été assoupi par un hypnotiseur et sa baguette magique. Un enchanteur qui m’aurait rendu un peu de ce calme que j’ai dû perdre il y a bien longtemps. Ce calme perdu et cette sérénité tout aussi  abandonnée en cours de toute. Et parfois,... [Lire la suite]
13 septembre 2018

faire semblant d'attendre

Il y a pile une semaine, déjà, j’étais au boulot et j’attendais. J’attendais que mes deux collègues en charge de ça viennent m’aider pour résoudre les écarts de stocks de la nuit qui venait de passer. Et je passais mon temps à attendre car ils ont naturellement donné la priorité aux clients qui appelaient. Et moi, pendant un peu plus de deux heures, je n’ai rien eu d’autre à faire qu’attendre. Non pas que ça me fasse plaisir, de rester ainsi, sans rien faire ou presque mais bon… Non, dans ces cas-là, je ne reste jamais à rien faire.... [Lire la suite]