03 avril 2014

to be or not to be

Ce matin, je me suis demandé si c’était possible ou non de modifier le verbe modifier et du coup, en y réfléchissant fort, peut-être même un peu trop fort (je suis crevé, maintenant et quand je pense que j’ai cours avec mon coach de gym, dans une heure trente, j’ai du mal à m’imaginer en train d’y aller, de ressortir sous cette pluie incongrue et de me forcer à faire travailler mes muscles alors que mon cerveau est au bord de demander grâce.) Bref, après cette longue parenthèse inattendue, la seule, la vraie, j’en reviens à ma... [Lire la suite]