23 décembre 2018

jaune, rouge et bleu

Un peu comme les boules et les guirlandes de Noël sur un sapin du même nom. Voilà, c’est ça : de toutes les couleurs. Hier, on a encore eu droit à une manifestation qui a débordé comme une casserole de lait sur le feu quand on ne la surveille pas. Une poignée de merdeux qui ont cherché à foutre le bordel avec, en plus des casseurs patentés, un certain nombre de jeunes dont beaucoup de filles qui ne laissent pas leur part aux autres : la rue du patron encore dépavée et quelques heures de tension avec bombes assourdissantes... [Lire la suite]

22 novembre 2017

est-ce possible de choisir sa tristesse ?

Ce serait vraiment dommage d’être triste un jour comme aujourd’hui : plein soleil dans un ciel immaculé bleu. Un bleu doux, un bleu tendre, un bleu rassurant. Et pourtant, il doit y en avoir des gens qui ne sont pas heureux, aujourd’hui. Des gens pleins de malheur. Des gens qui pensent que la vie ne vaut pas le coup d’être vécue plus longtemps. Et des gens malades, qui savent. Et des gens dans la rue et là, aucun soleil ne sera jamais vraiment du réconfort. C’est un des paradoxes de la vie. Et aussi ce qui en fait sa... [Lire la suite]
17 janvier 2017

de meilleure humeur, tant pis

Je crois que je suis de meilleure humeur, ce matin et j’ai des chances de le rester toute la journée voire, toute la soirée. Mais je ne peux jurer de rien à cet instant précis, là, à mon travail, 10h35, heure locale. Sous un soleil d’hiver, exactement. Mais pas n’importe où. Je ne me suis pas spécialement bien levé, à 3h45, ce matin mais je ne l’ai pas fait à reculons, ce qui est déjà ça. Sinon, je serais rentré dans le mur du fond de la chambre, celui qu’on a fait peindre en bleu. Et c’est ainsi que j’aurais justement pu avoir... [Lire la suite]
09 décembre 2015

engourdissement

Je ne sais si c’est parce que j’ai dû prendre un coup au moral ou si c’est parce que je suis fatigué mais je me sens proche d’une langueur morne, monotone, tristounette. Et pourtant, loin de moi les sanglots longs des violons de l’automne, il fait très beau, en plus de cela et je me suis habillé de bleu pour être assorti avec le ciel, par-dessus les toits, si calme. Et moi, trop calme, trop alangui, trop engourdi moralement, je n’ai envie de rien, là, maintenant, tout de suite. Alors, qu’on me laisse ne rien faire, là, maintenant,... [Lire la suite]
25 juin 2015

réso-socio-pathe

Vous croyez que je suis anormal, docteur ? C’est vrai que je me suis posé la question et donc, je la lui ai posée à lui aussi. Parce que ça commençait à m’obséder, ce point-là. En réalité, tout a commencé lorsque j’ai joué à 94% et que je me suis retrouvé à donner des mots correspondant à Face Book et que je suis retrouvé bien en peine de répondre. C’est vrai ça, je n’ai pas de compte chez eux et même si j’ai déjà vu à quoi ressemblait une page d’accueil F.B., donner des noms qui y sont associés, pour moi, c’était autant la... [Lire la suite]
23 novembre 2014

le gars de la marine, hier

Ce matin, et non pas hier, je portais un élégant sweat-gilet à rayures bleues et blanches. Sauf la capuche qui elle, est unie dans l’azur. Pas comme le ciel qui nous couvre et nous gâche la vue, depuis ce matin. Et, en allant livrer quelques fruits et légumes du marché au patron et à Claude, je me suis entendu dire des compliments sur ma tenue, décontractée mais élégante. Des couleurs qui me vont bien, ont-ils ajoutée. Et qui vont  bien avec tes cheveux blancs. J’en ai rosé de plaisir. Ce qui continuait d’aller bien avec ce que... [Lire la suite]
Posté par sibal33 à 13:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
09 mars 2014

every cloud has a silver lining

C’est un peu comme si on sortait d’une longue hibernation mais pas d’une hibernation à cause du froid, non, plutôt d’une espèce de déluge. Comme si les tuyaux du ciel avaient eu une fuite et que les anges n’avaient pas réussi à la déceler et donc, encore moins à la réparer. Tu parles d’une vie d’ange, toi, si c’est pour passer ton temps à tenter de colmater les nuages. Si on avait su, on aurait signé pour l’enfer, là, au moins, à condition d’aimer la canicule, il n’y pleut jamais. Mais voilà, si on savait tout à l’avance, rien... [Lire la suite]
06 janvier 2014

à l'heure où je dors

À l’heure où je vous écris, je dors. Il est nuit. Je suis sommeil. Endormi comme un marmot. Je dors comme quelqu’un qui pourrait être bienheureux s’il ne savait qu’il doit se lever un lundi matin pour aller au travail. Pas pour travailler. Pour une formation. Et je pense que ça fait comme un nuage gris dans le ciel bleu nuit de mes rêves. Tiens, bleu et gris… Et si j’en profitais pour repeindre la chambre en bleu et gris. À l’image de mes nuits. Un bleu pas trop bleu parce que je dors mieux quand il fait nuit que grand beau temps,... [Lire la suite]