13 septembre 2018

faire semblant d'attendre

Il y a pile une semaine, déjà, j’étais au boulot et j’attendais. J’attendais que mes deux collègues en charge de ça viennent m’aider pour résoudre les écarts de stocks de la nuit qui venait de passer. Et je passais mon temps à attendre car ils ont naturellement donné la priorité aux clients qui appelaient. Et moi, pendant un peu plus de deux heures, je n’ai rien eu d’autre à faire qu’attendre. Non pas que ça me fasse plaisir, de rester ainsi, sans rien faire ou presque mais bon… Non, dans ces cas-là, je ne reste jamais à rien faire.... [Lire la suite]

11 mai 2017

cinq cents plus cinq cents plus cinq cents

Je l’avais annoncé, il y a quelques semaines, que sauf imprévu, ça devait arriver vers le 10 mai et nous sommes le 11. À un jour près, ma prédiction s’est réalisée. Vous avez donc devant vous le fils naturel de Nostradamus et de madame Soleil. Capable de dire à 24 heures près quand certaines choses auront lieu. Mais attention, ne venez pas me consulter, je ne pratique qu’occasionnellement et rien que pour moi. La fourmi n’est pas prêteuse et tant va la cruche à l’eau, qu’à la fin, elle raccroche le téléphone. Ou un truc comme ça. Ça... [Lire la suite]
03 juillet 2016

concordance des temps

J’ai pris l’habitude d’écrire mes billets à l’avance quand je pars en week-end. Et là, celui d’aujourd’hui, je l’ai donc écrit depuis la veille, samedi, c’est-à-dire maintenant et non pas demain. Je ne suis pas obligé d’écrire comme ça, à l’avance mais ça me rassure de savoir que j’aurai publié un texte par jour quoiqu’il arrive. Maintenant, si le jour où ce texte est publié ne correspond pas à celui où je l’ai écrit, je ne vois pas où est le problème. D’abord, y a-t-il seulement un problème ? Est-ce que quelqu’un a un problème... [Lire la suite]
21 février 2016

le grec

Si ça se trouve, mon état intellectuel (ou mental) n’est pas mieux que mon état physique (ou physiologique), c’est vrai ça : compte tenu que j’ai beaucoup éternué, tous ces temps-ci et que j’ai pas mal transpiré, le jour comme la nuit, est-ce qu’une partie de mes neurones ne serait pas partie en même temps que mes sternutations ou lors de mes nombreuses exsudations ? Comme le chantaient d’abord Michel Sardou puis Chimène Badi : je viens d’exsude (quand j’ai de la fièvre.) Oui si je dis tout ça, comme ça, là, c’est... [Lire la suite]
21 juillet 2015

mauvais joueur ?

Le patron est décidément trop fort pour moi. Non pas que je sois mauvais joueur mais j’avoue que je ne suis pas de taille à me mesurer à lui. Je crois que je ne jouerai plus jamais au Monopoly avec lui car de toute façon, je pars avec un handicap majeur : je serai le perdant quoiqu’il arrive. Et quel plaisir prendre à une partie quand on sait que celle-ci est perdue d’avance. Ça enlève tout le plaisir du jeu et tout le mystère de celui qui ne sait pas si la chance sera de son côté ou pas. Alors, je crois que je vais revenir à mes... [Lire la suite]
08 septembre 2014

sensations en différé

Je continue d’écrire et de programmer les publications de mes billets aussi, je ne sais plus très bien si, quand j’écris et que je parle d’hier ou de demain, s’il ne s’agit pas d’avant-hier (voire avant avant-hier) ou du surlendemain qui pourrait être devenu un hier. Donc, moi, au milieu de tout ça, je suis un peu décalé, en différé ou carrément trop en avance. Un avant-gardiste rétrograde, en quelque sorte. Il faut bien que je fasse avec car je n’ai pas la concentration nécessaire pour faire comme les animateurs de jeux télévisés qui... [Lire la suite]
31 juillet 2014

cinq strophes qui ne riment à rien

Quand on perd l’habitude d’écrire des vers, peut-on s’y remettre comme ça, de but en blanc, à brûle pourpoint et illico subito presto ? Je ne sais pas et je ne m’y risquerai pas aujourd’hui, surtout pas après une matinée de travail bien chargée et une heure environ avant d’aller voir mon coach pour une reprise en mains que j’attends tout en la redoutant. Au bout de trois semaines sans cours particulier… vais-je savoir m’y remettre mieux qu’à la poésie ? Ou bien ne serai-je qu’une simple larve ?... Parfois, pour ne pas... [Lire la suite]