18 novembre 2019

je confirme : j’ai envie de poésie, en ce moment

Comme je l’ai déjà dit dans un précédent billet (voir le 12 novembre dernier – « c’est peut-être l’automne qui me rend comme je suis en ce moment »), en ce moment, j’ai envie de poésie. J’ai envie de lyrisme. J’ai envie que les violons giclent comme jamais. J’ai envie de chamades. J’ai envie d’étoiles dans tes yeux et de papillons dans mon ventre, comme disent les filles parce que les filles, c’est plus romantiques que les garçons, sauf certains que je connais – à moins que je ne me trompe mais je ne pense pas. J’ai envie de... [Lire la suite]

21 septembre 2019

hier matin, à 11h15 (environ), j’ai fait pipi à Monbazillac

Hier matin, en route pour Bouniagues, en Dordogne, un peu plus d’une heure et demi de route. J’ai envie de faire pipi avant d’arriver à l’endroit, proche de Bergerac, où on va éviter d’entrer dans la ville en la contournant pour attraper la bonne route qui nous mènera à Monbazillac et ensuite, à destination, comme les rois mages, en Galilée. J’ai de plus en plus envie de faire pipi et comme nous sommes sur une route secondaire, là, il n’y a rien d’aménagé pour ça. Aucune aire. Aucun stationnement. Aucuns WC publics. Alors, je fais... [Lire la suite]
04 septembre 2019

2019, l'année des retrouvailles

Décidément, cette année 2019 restera une année particulière, celle des retrouvailles avec des amis, copines, ex-collègues pas vues depuis une bonne vingtaine d’années, en moyenne. Ça signifie que pour certaines, si ça ne faisait que quinze ans, pour d’autres, probablement vingt-cinq. Mais que m’a-t-il donc pris ? Quel est cet (impérieux) besoin de nostalgie ? Une crise avant de passer l’arme à soixante ? Une peur et un refus de continuer d’avancer en âge ? La valeur refuge des souvenirs (heureux), un peu comme un... [Lire la suite]
08 février 2019

ça s'en va et ça revient

Quelqu’un qui s’en va, ce sont des choses qui arrivent et moi, normalement, dans 7 semaines, je tirerai une belle révérence à tous mes collègues (même s’ils ne sont plus très nombreux) mais je préviens tout de suite : il n’y aura aucun rappel. J’avais besoin de faire cette mise au point, de préciser ça car il y a déjà eu des tentatives de « tu veux pas rester ? » ou « tu peux pas revenir, en avril ? » Non. Tel qu’on m’a posé la question, je n’ai pas envie de dire oui. Si encore on m’avait dit :... [Lire la suite]
24 octobre 2018

ça aussi, c’est plus cher le dimanche

Je la croise souvent, dans la rue, en allant vers le tram ou en revenant du tram. C’est une femme sans âge mais plutôt dans la deuxième moitié de sa vie. C’est une pauvresse qui est probablement plus jeune que son allure ne laisse paraître. Elle fume, quand elle trouve quelqu’un de compatissant qui accède à sa demande : « Vous auriez une cigarette ? » Je suppose qu’elle ne demande ça qu’à ceux qu’elle voit avec la clope au bec ou au bout des doigts. Elle ne m’a jamais demandé si j’en avais, moi, une cigarette en... [Lire la suite]
17 août 2018

nos complexes complexes

Forcément, dans la rue, les gens se retournent plus sur toi que sur moi, Chouchou. Parce que globalement, on mate plus facilement (et avec plaisir) un mec plus jeune, un mec plus beau, un mec plus grand que moi. Un mec tout plus que moi. Ou alors, si on me mate, moi, ce n’est pas pour les mêmes raisons. Toi, si on te regarde, c’est certainement admiratif. Avec une certaine envie. Voire un certain besoin. Moi, on doit se dire « tiens, un vieux ! » Mais ils ne savent pas ce qu’il leur dit, le vieux, à tous ces gens qui le... [Lire la suite]

13 janvier 2018

obsession horizontale

Je fais une telle obsession de faire la sieste, tout le temps, dès que je me lève à dès que je vais me coucher pour de vrai, le soir, que je me demande si ça n’est pas en train de devenir pathologique. Si je ne suis pas en train de devenir un névrosé de la sieste. Et de la position horizontale. Attention, je ne suis pas pour autant un Stéphane couche-toi-là, il ne faut pas exagérer non plus, hein ? Mais mine de rien, je commence à me poser certaines questions et comme j’ai un peu peur que ça ne fasse qu’augmenter et que ça ne... [Lire la suite]
08 mai 2016

encore 48 heures

Je les ai attendus, ces huit à dix jours de vacances. Depuis septembre, lors de mon retour un peu prématuré des Sables pour raison de tempête, je n’avais pas pris un seul jour de congé et j’avoue que plus de six mois sans repos autre que ceux des week-ends, ça fait long. Long comme autant de jours sans pain. Long comme un amour espéré qui n’arrive jamais. Long comme un début d’éternité au purgatoire. Mais heureusement, ces « petites » vacances ont fini par arriver et m’ont permis de faire la coupure dont j’avais plus que... [Lire la suite]
15 février 2016

mais où est donc passé Valentin ?

C’est vrai, ça, il avait dit qu’il viendrait nous voir, Valentin, hier et finalement, aujourd’hui, je me rends compte qu’il n’est pas venu. J’espère qu’il ne lui est rien arrivé. On ne sait jamais. Avec les intempéries sur les routes… et avec tout ce qui se passe partout. Oh non, quand même, s’il lui était arrivé quelque chose, nous aurions été prévenus, non ? Nous sommes dans la liste des appels d’urgence. En cas de besoin. En cas de malheur. Alors que j’aimerais mieux qu’on nous appelle en cas de bonheur. En tout cas, même s’il... [Lire la suite]
01 juillet 2015

peau d'ennui

Il est 13h59. J’m’ennuie. Je m’ennuie parce que je devrais avoir. Je devrais avoir faim parce que je n’ai pas encore déjeuné. Je n’ai pas encore déjeuné parce que je n’ai pas très faim. Il fait trop chaud. Je déjeunerai un peu plus tard quand j’en aurai à la fois réellement besoin et vraiment envie. En attendant, je ne bâille pas parce que j’ai faim, je bâille parce que j’ai un peu sommeil et je bâille parce que je m’ennuie. À 14h02, ça fait plus de trois minutes que je m’ennuie. Qu’est-ce que je pourrais bien faire pour oublier de... [Lire la suite]