22 juin 2020

au confessionnal

Mon père, je viens vous voir parce que j’ai fait des choses… Comment dire ? Des choses pas très bien. Je vous écoute, mon fils. Il faut que je vous dise tout de suite ce dont il s’agit ou je peux digresser un peu et parler de la pluie et du beau temps, avant ? Faites comme bon vous plaira, mon fils, c’est vous qui venez pour vous confesser, faites-le comme vous le sentez, comme bon vous semble, Dieu est patient, à la différence de tant de ses ouailles, la plupart du temps égarées. Euh… Excusez-moi, mon fils, je m’égare, je... [Lire la suite]

29 mai 2020

je n’avais pas vu que j’avais de nouvelles lunettes

Je n’avais pas vu que j’avais de nouvelles lunettes. Enfin si, puisque ça fait déjà une grosse dizaine de jours que je les ai récupérées (dès la première semaine du déconfinement) mais depuis samedi, je les avais bien rangées dans leur étui (tout neuf, lui aussi) et je les avais oubliées sur la table de la salle à manger (il faut dire que nous prenons tous nos repas dehors depuis que le (très) beau temps est enfin de retour. Et bon, comme à chaque fois qu’on me donne des nouvelles lunettes, il me faut un certain temps d’adaptation.... [Lire la suite]
21 juillet 2019

Nora va aux camions (le lancement)

Ça, c’est ce qu’on appelle un lancement. C’est la première phrase du texte écrit uniquement avec des lettres qui ne dépassent pas les frontières des lignes d’un cahier à carreaux. Avec des lettres qui ne dépassent pas les bornes. La syntaxe n’est pas extraordinaire car on ne doit surtout pas dire qu’on va aux camions mais qu’on va chez les camions. C’est comme pour quand on va au docteur. Ça dépend si on y va pour une consultation médicale (on va alors chez le docteur) ou pour un plan cul (on va au docteur) mais moi, mardi après-midi,... [Lire la suite]
18 mai 2019

sans y toucher, comme elle a dit

Alors voilà, si on doit se revoir, il faut savoir que je n’aime pas qu’on me balance un seau d’eau sur la figure pour me réveiller alors que je suis en train de dormir à points, c’est tout. Et à poings fermés, oui, aussi. Je n’aime pas prendre le petit déjeuner au lit. Même tout seul. Et que le matin, je n’ai pas forcément besoin de boire un café pour être opérationnel mais je n’aime pas qu’on me parle de choses trop sérieuses dès le réveil. Des choses trop sérieuses comme l’évolution du prix de l’immobilier, la faim dans le monde... [Lire la suite]
16 mai 2019

trente minutes au milieu de ceux qui travaillent

Il est 8h10, je suis rentré chez moi il y a moins de dix minutes. J’en étais parti il y a moins d’une heure. Comme chaque matin, je suis allé prendre le tram jusqu’aux Quinconces et je suis revenu chez moi, directement, dans le sens inverse, pour une fois, a contrario des jours précédents où j’ai pris un autre tram jusqu’à la place Paul Doumer pour y attraper le bus n°4 qui me déposerait vers chez moi mais de l’autre côté, celui de la boulangerie où j’ai mes habitudes. Car chaque matin, du lundi au vendredi, je vais chercher nos... [Lire la suite]
21 août 2017

le repos du guerrier

Avec un peu de chance, cette fois, pour ce week-end qui vient de passer, on aura peut-être eu la chance de pouvoir aller faire un tour à la plage, avec le patron. Parce que là, les deux ou trois derniers, c’était inenvisageable d’espérer y aller tant il y avait de monde sur les routes, qu’elles soient du lac ou de l’océan. Alors, nous nous sommes contentés de peu. Du peu que le Seigneur (s’il existe) a mis à notre disposition : une grande terrasse et une piscine. L’avantage de cette dernière, c’est que je peux continuer de... [Lire la suite]

01 mai 2017

c'est férié malgré tout, même pour moi

J’aurais pu tomber dans la facilité et parler du muguet du 1er mai, porte-bonheur (ah oui ?) ou de la Fête du Travail (alors pourquoi on ne travaille pas, justement, aujourd’hui, pour fêter ça ?) mais non, je vais parler de la pluie et du beau temps. Parce que, un coup il pleut et un coup, il fait soleil, aujourd’hui. On ne sait plus à quelle météo se vouer. Il n’est question d’aucun saint car nous sommes un jour totalement laïc, aujourd’hui. Tiens, mon correcteur d’orthographe me surligne laïc en vert, je me demande... [Lire la suite]
26 mars 2016

un petit nid d'amour hivernal comme une gourmandise culpabilisante

Bon, ma lessive est faite, la machine s’est arrêtée il y a sans doute un bon moment mais je n’ai pas fait attention qu’elle avait terminé son travail car, je dois l’avouer, j’ai craqué, après déjeuner, je me suis mis sur le canapé devant la télé, allongé de tout mon long et je me suis endormi, d’abord à petits coups d’ensommeillement en pointillés (que je n’ai pas découpés selon) puis lourdement et quand j’ai émergé, Julie Andrieu était en train de parler d’andouillettes AAAAA et je me suis fait violence pour me lever et sortir de ma... [Lire la suite]
04 janvier 2016

que c'est triste un mois de janvier qui commence sous la pluie

Rien à voir avec ce que nous avons vécu, il y a un mois. Je me souviens très bien d’avoir écrit un billet, début décembre, pour dire combien je trouvais ça joli, un mois de décembre qui commençait sous le soleil. Là, ce matin, il pleut et il grêle, même, alors que tout le monde, ou presque, a repris le chemin de l’école ou du travail (pour moi, ça ne sera que demain, je ne travaille pas le lundi – je ne sais pas pourquoi je me sens obligé de le préciser, on s’en fout, non ?) et que chacun va passer une partie de sa journée à... [Lire la suite]
15 août 2014

la valse à deux temps

Tiens, puisqu’il fait beau, enfin, il fait un peu beau, je vais en profiter pour sortir afin de tenter de me trouver une petite balle en mousse pour me dégourdir les bras quand je suis trop longtemps devant l’ordinateur, au bureau, ce qui est le cas tous les jours. Surtout en ce moment. Allez, j’ai besoin de prendre mon portefeuille, mon porte-monnaie et ma carte de tram, on ne sait jamais. Non pas que je veuille emprunter un vélo mais en cas de forte pluie, si je suis sur le trajet de la ligne A, je rentrerai fissa à la maison. Ah... [Lire la suite]