03 avril 2021

comme le poulanger fait son bain

Tout ce qui est dans ce billet est 100% vrai et ce sera attesté par la photo publiée à la fin du dernier mais néanmoins troisième paragraphe (à moins que ça ne soit l’inverse : le troisième mais néanmoins dernier paragraphe ? Il faudrait que je me penche sur cette question afin de pouvoir y répondre, à l’occasion – attention, uniquement à l’occasion, hein !) Et je n’en suis pas peu fier, pour une fois, d’écrire un billet 100% véridique et vérifiable. Bon, de là à dire que je n’écris que des bêtises, des mensonges ou des... [Lire la suite]

11 octobre 2020

je crois qu’il est un peu dérangé

Oui, moi, mon opinion sur Stéphane, c’est qu’il est un peu barge. Oui, moi aussi, je crois qu’il est dérangé. À mon avis et je pense que vous pensez comme moi, ça lui monte au cerveau, toutes ces bêtises qu’il écrit et je crois même pouvoir le dire sans trahir de secret, il est suivi par un psy et… Un psychologue ? Non, un psy… Un psychanalyste ? Non, un psychiatre, laissez-moi finir ma phrase, ne faites pas comme lui, c’est agaçant. Oui, il est suivi par un psy, un psychiatre. Moi, je sais même qu’il n’arrive toujours pas à... [Lire la suite]
22 septembre 2019

mauvaise humeur ?

Émile-Auguste Chartier*a dit que « le pessimisme est d’humeur et l’optimisme est de volonté », soit. Moi, je veux bien, je suis même assez d’accord avec lui car pour être heureux, je pense que quelque part, il faut le vouloir et être heureux, c’est rester optimiste. Et inversement. Moi, j’ai tendance à être plus pessimiste, globalement, que le contraire et je m’en cache car je n’en suis pas fier. Aujourd’hui, on peut même dire que je fais mon pessimisme coming out. Je l’avoue officiellement. Jusqu’à présent, peu de gens... [Lire la suite]
02 septembre 2019

des bouloches et des peluches

J’ai un gros défaut. Je n’en ai qu’un seul, de défaut mais il est gros. Il est plus gros que le chapeau de Mireille mais plus petit que mon ego. C’est tantôt facile à vivre, tantôt un peu pénible. À la longue, on s’y fait. Mais ça peut s’avérer fatigant, parfois. Parce que je m’épuise. Mon défaut m’épuise en moins de temps qu’il ne faut pour m’en rendre compte. Quel est-il ? Mon seul défaut : c’est que je cours tout le temps et comme je cours tout le temps, je fais tout trop vite, je suis toujours dans la précipitation... [Lire la suite]
11 mai 2019

pourquoi tu ne dis rien, Stéphane, aujourd’hui, tu boudes ?

Pourquoi tu ne dis rien, Stéphane, aujourd’hui, tu boudes ? Non, je ne boude pas. Je n’ai rien à dire. C’est tout. Ce n’est pas parce qu’on n’a rien à dire qu’on ne doit rien dire, on peut quand même parler de plein de choses même si ce ne sont pas que des choses amusantes. Ou légères. On peut dire des bêtises et pour ça, il me semble que tu n’es jamais le dernier. Je n’ai pas envie de dire des choses drôles, aujourd’hui. Si on m’oblige à l’ouvrir, ça risque de ne pas être gentil pour plein de gens, alors, non, je ne boude pas... [Lire la suite]
25 mars 2019

son propre éloge

Je me retrouve dans une situation étrange mais pas déplaisante. Depuis samedi matin, alors que je comptais partir du boulot une fois mon travail terminé, un peu plus tôt que d’habitude, pour une fois, on m’a fait comprendre que bon, Virginie devait passer me dire au revoir et je trouvais ça étrange que mes collègues de la nuit soient restés une fois  qu’on avait fini l’analyse des écarts de stocks. Mais bon, comme Greg avait vendu une partie de la mèche… Quand je lui ai dit que j’attendais Virginie qui devait passer, il m’a dit... [Lire la suite]

12 mars 2019

peut-on être drôle sans le savoir ?

À quelqu’un comme moi qui est toujours en train de dire des bêtises, qui serait prêt à tuer père et mère pour faire un bon mot qui se veut d’esprit et qui a toujours le sens de la répartie même pour les calembours les plus douteux, on peut demander si on peut être drôle sans le vouloir et sans le savoir. J’ai envie de répondre oui et pour illustrer mon propos, je vais prendre trois ou quatre exemples pris au hasard de l’actualité de ces soixante dernières années. Je ne sais pas pourquoi j’ai écrit « trois ou quatre... [Lire la suite]
15 février 2019

Gilles et John (acte 6)

Hier, c’était la St Valentin, la fête des gens qui s’aiment et, contrairement aux apparences, j’ai marqué le coup, moi-même en sortant au théâtre après un restaurant, bon marché, mais un restaurant quand même. Bon, d’accord, je n’y suis pas allé avec le président mais avec le patron car le premier n’avait pas envie de voir ce spectacle et le second m’avait dit oui. Alors, ce n’était pas une St Valentin classique mais c’en était une malgré tout. Peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse, comme on dit, hein ? Retrouvons... [Lire la suite]
26 janvier 2019

la couleur des jours heureux

Ça m’a pris de court, ça m’a stupéfié quand j’ai appris le décès de Michel Legrand, ce matin, à la radio, en revenant du travail. Il était à peine 8h30, le ciel était bas, gris et humide. Nous étions à des années-lumière des couleurs des jours heureux, ceux des demoiselles de Rochefort, un de mes films cultes. Je n’ai jamais eu la moindre sympathie particulière pour le personnage mais j’ai toujours eu de la passion pour son œuvre. Il est un compositeur contemporain qui me touche, ça ne s’explique pas, c’est ainsi et j’en suis heureux.... [Lire la suite]
22 décembre 2018

dans son manteau rouge et blanc

Dans son manteau rouge et blanc, sur un traîneau porté par le vent, il descendra par la cheminée, petit garçon, il est l’heure d’aller se coucher… Et non pas : petit garçon, il est l’heure d’aller te toucher, ce ne serait pas du tout politiquement correct. Sauf si ce dernier n’a tellement pas été sage que son père, excédé, au bout du rouleau de papier hygiénique, lui crierait : « Comme tu es vraiment trop insupportable et que tu n’es pas du tout obéissant, pour tes cadeaux de Noël, tu peux toujours te... [Lire la suite]