03 décembre 2019

bon, si on passait à autre chose

Et maintenant, que vais-je faire, de tout ce temps, que sera ma vie ? Après le billet d’avant-hier (« je te fais la gueule, moi ? ») et celui d’hier (« mea culpa, mea maxima culpa »), au lieu de faire un acte de contrition, deux pater et trois ave (ou deux pâtés et trois ave), je propose qu’on passe à autre chose. Mais ce n’est pas une façon de ne pas vouloir reconnaître que parfois, je peux effectivement aller plus loin que la bienséance pourrait l’exiger mais c’est ainsi que je suis fait et ainsi que... [Lire la suite]

31 mars 2019

plus de peur que de mal, dira-t-on ?

Oui, hier, on peut en conclure qu’il y aura eu plus de peur que de mal, si j’en crois le peu que j’en ai entendu à la radio ou dans les informations télévisées. Il n’empêche que, il n’empêche que ma colère ne faiblit pas, à l’instar de la mobilisation de ces forcenés irrationnels à qui il doit manquer un bouton, celui de la réflexion. Il n’empêche, il n’empêche que ça continue à me rendre triste et à ne plus me sentir à ma place dans ce monde qui me dépasse. Oh, qu’on ne se méprenne pas sur mes pensées les plus intimes, je ne... [Lire la suite]
27 décembre 2013

avec cent

On essaie de ne pas s’en faire et de faire avec. Ne pas s’en faire, comme chantait Prosper, yop la boum, en des temps dont les moins de vingt ans se moquent éperdument. Pardon, dont les moins de vingt ans se foutent gavé. Trop pas. Oui, on va dire ça, on va essayer de ne pas s’en faire et de prendre la vie comme elle vient, comme le chantait ma philosophe préférée dans les années 60 (oui, oui, ma philosophe préférée… comprenne qui pourra) et du coup, pour me donner un peu de courage avant de m’installer en mode échouage sur le canapé,... [Lire la suite]