21 mars 2019

un pas en arrière, deux pas en avant

Alors, Chouchou, tu viens m’aider à calculer le nombre de jours qui me restent ? Parce que là, je ne m’en sors plus. Oui, tiens, regarde, là, c’est la date officielle, le 31 mars mais comme ça tombe un dimanche, j’aurai dû partir la veille, le samedi 30. Mais comme j’ai pris une semaine de vacances, du 24 au 31, histoire de partir un peu plus tôt, là, regarde, ça a été validé et signé par mon patron, donc, normalement, dans deux jours, c’est la quille. Sauf que… Entre temps, la femme qui a été prise pour me remplacer s’est... [Lire la suite]

11 juillet 2017

11 juillet 2019

Je reprends le boulot. Ce matin, j’ai repris le boulot. Je me suis levé. Comme d’habitude. Comme avant mon problème de santé de la semaine dernière. Je n’ai pas écouté la radio à la maison avant de partir mais dans la voiture, oui. Mais d’une oreille un peu distraite car à 3h du matin, ce sont des rediffusions de la veille ou de l’avant-veille, sur Europe 1. Le meilleur, qu’ils disent. Du coup, je suis arrivé au bureau en constatant quelques changements : l’énorme antenne à l’autre bout du parking, le mot... [Lire la suite]
10 juillet 2017

10 juillet 2017

Demain, à l’heure où l’aube ne blanchira pas encore la campagne, je reprendrai le chemin pour me rendre à mon boulot, hei hi, hei ho et ça risque encore de me faire tout drôle vu que je viens de vivre une semaine d’arrêt de travail, quatre jours, pour être plus précis, dont trois de carence alors, mesdames et messieurs les fonctionnaires et assimilés, pardon, excusez-moi du peu et je vous en prie, passez devant, comme d’habitude. On sait bien, va, que pour vous… Je m’en serais passé de ces jours sans aller bosser. Sans salaire. Parce... [Lire la suite]
08 juillet 2017

entre 2 et 4

Avec ces quatre jours d’arrêt de travail, je viens de me rendre compte ce qui se passait dans mon sommeil entre deux heures et quatre heures du matin. Parce que c’est bien entre 2 et 4 que le bât blesse. Et non pas que le bêt blasse, ça ne voudrait rien dire. Et même si on n’est plus à ça près, restons précis et tout se passera le mieux du monde dans le meilleur des mondes. Que je travaille ou que je ne travaille pas, qu’il fasse canicule (comment veux-tu que je t’embrasse ?) ou qu’il fasse une température tout à fait correcte,... [Lire la suite]