20 juillet 2016

avant l'heure, ça n'est pas l'heure, normalement

Deux heures quinze, le matin, c’est vraiment très dur quand c’est le moment de se lever, chaque jour, chaque nuit et depuis que c’est mon nouveau rythme de travail, je l’ai subi une semaine avant de prendre quinze jours de congés et là, c’est mon deuxième jour de reprise. Un peu dans la souffrance psychologique et beaucoup dans la difficulté, l’insoutenable lourdeur de l’être qui est coupé dans ce qu’il a de plus équilibrant : son sommeil. Et quand on a vécu deux semaines intenses à faire des cartons, à courir après les fonds... [Lire la suite]