08 mars 2019

bonne fête à toutes les femmes

Tout le monde le sait, tout le monde devrait le savoir, aujourd’hui, c’est le 8 mars, la journée international de la femme et ce, depuis des dizaines d’années, maintenant. Je me souviens de ma première fois, je venais d’arriver à Paris, quelques mois plus tôt et je me suis trouvé dans une manifestation, boulevard St Germain, une manifestation de femmes, avec beaucoup de slogans signés du M.L.F. Et, cette année-là, il était fortement question des Folles de Mai. Ça devait être le 8 mars 1980 ou 1981, peu importe car quoiqu’il en soit,... [Lire la suite]

23 août 2018

et si tu n'existais pas

Et si tu n’existais pas, dis-moi pourquoi j’existerais ?... Peut-être tout simplement parce que si tu n’existais pas, j’aurais peut-être fait la connaissance de quelqu’un d’autre avec qui j’aurais pu aussi vivre une très belle histoire. Va savoir. Après tout, peut-être que si tu existais ailleurs que dans ma vie, ça n’aurait pas changé le monde. En plus, tu existais avant qu’on se rencontre et tu continueras d’exister après qu’on se perde de vue. En tout cas, si tu n’avais pas existé dans ma vie, j’aurais vécu autrement.... [Lire la suite]
09 décembre 2016

deux ailes ?

Hier, j’ai beaucoup hésité à écrire guiboles avec deux « L » ou guibolles avec un seul « L ». C’est carrément étonnant comme parfois, on peut hésiter tant et tant sur une orthographe, sur une acception ou sur un accord… Là, en l’occurrence, c’était sur le nombre d’ « L ». En temps normal, quand j’ai besoin de fuir une situation, j’ai deux solutions : soit je fais l’autruche, soit je prends mes jambes à mon cou. Et dans ce dernier cas, je ne mets qu’un seul « L » à guiboles. Alors que... [Lire la suite]
20 mai 2016

expatrié

Moi aussi, aujourd’hui, je vais être un expatrié. Je vais devoir émigrer ailleurs pendant un peu moins d’une heure. Je vais devoir prendre la route pour ne pas rester visible des forces de l’ordre, des milices anti-migrants et des journalistes qui ne s’intéresseront pas à moi vu que ce qui compte pour eux, c’est de faire du buzz. Avec seulement deux « z » ? Oui, avec seulement deux « z », ils sont déjà assez prétentieux comme ça. Oui, je vais prendre la route avec comme seul bagage, mon petit sac en... [Lire la suite]
23 février 2016

putain, encore cinq ans, ben y a qu'à manger des pommes

Je crois que je commence à comprendre ce que pouvait ressentir Jacques Chirac, avant d’être enfin élu président de la république, dans les deux ou trois ans qui ont précédé cet évènement majeur dans sa vie. Et je commence aussi à comprendre pourquoi les Guignols de l’Info de l’époque en avait après lui en lui faisant dire « putain, encore deux ans » car moi, c’est exactement ce qui m’arrive en ce moment. Je compte les années. Non pas en vue d’être élu président de la république, ni française ni d’ailleurs, d’ailleurs (tiens,... [Lire la suite]
23 août 2015

en vacances ?

Avec tout ça, j’avais complètement oublié que j’étais bientôt en vacances, dans deux semaines, ce sera mon premier matin à prendre mon petit déjeuner face à la mer, sur la terrasse (sauf si le temps ne le permet pas) en regardant le jour se lever car je me lève souvent avant lui même quand je ne travaille pas. Nous aurons tout rangé la veille : nos affaires, les courses faites l’après-midi de la veille et nous pourrons commencer deux semaines ailleurs, dans un endroit que nous connaissons bien mais qui reste exotique pour... [Lire la suite]
04 juin 2015

on va se promener ?

Avant-hier, j’ai écrit un billet dans lequel je disais que je comprenais les chiens d’appartement qui tournaient un peu en rond chez eux, faisant sans cesse les mêmes pas, prenant tout le temps les mêmes chemins et allant tout le temps à la même fenêtre pour voir ailleurs s’il se passe quelque chose. Cet ailleurs qui est bien loin, vu d’un cinquième étage. Comme un film d’animation en projection privée mais autant vous dire que le scénario est assez médiocre et la distribution ne brille pas par sa pertinence. On a quand même affaire à... [Lire la suite]
09 septembre 2014

vers d'autres eaux

S’il y en a qui viennent me lire ici et qui me connaissent un peu, beaucoup, passionnément, qu’ils ne se formalisent pas si je ne réponds à personne, si je ne réagis à rien et si je continue de publier des billets sans autre communication. Je suis comme sur une île déserte. J’ai le droit à vingt minutes par jour pour me connecter sur Internet et je n’ai pas le temps d’en faire plus. Pas le temps ni la patience de rester devant ce bas débit. Ça m’énerve plus qu’autre chose. Alors, je me contente de clavarder sur Word qui lui,... [Lire la suite]