19 octobre 2018

on ne sait pas trop

On ne sait pas trop s’il fait encore beau ou s’il fait déjà moyen. On hésite entre l’automne et l’été indien. Ça va, ça vient, quoi !... On n’a pas encore décidé de fermer la terrasse, tout est toujours ouvert. La table et les chaises attendent qu’on vienne s’y installer. Les jardinières sont encore fleuries. Les transats nous ouvrent tout le temps leurs bras pour qu’on vienne leur faire un gros câlin mais nous n’en profitons pas vraiment. Enfin si, plaisir des yeux, contrainte des arrosages et de l’entretien. Mais ça fait un... [Lire la suite]

27 septembre 2018

comment faire entrer quatre saisons dans trois parts ?

Il y a quatre saisons et ce n’est malheureusement pas divisible par trois. À quoi ça me servirait ? À rien. C’est juste que je préfère les chiffres et les nombres impairs alors quatre saisons, comment voulez-vous que ça me satisfasse ? Je suis un éternel frustré dès qu’on tombe sur un résultat pair. Autant vous dire que même le fait d’être en couple ne me comble pas puisque l’idéal, pour moi, eût été que je sois seul ou que nous puissions être trois. On ne se refait pas et on ne refait pas ceux qui nous entourent non plus,... [Lire la suite]
20 août 2015

du gris que l'on prend dans ses doigts

Faut-il s’en plaindre ou faut-il s’en foutre. Nous vivons un mois d’août qui n’est pas un véritable mois d’août. Un mois d’août qui ne se respecte pas. Un mois d’août qui ne ressemble à rien ou plutôt, qui cherche à tromper son monde en étant déguisé en mois de mars ou d’octobre. Voire en mois de novembre. Désolé pour les novembrophiles mais cet avant-dernier mois de l’année a une image un peu terne, un peu triste, un peu grise. Comme celle du mois d’août de cette année. Parce que même s’il y a des éclaircies, ce qu’on retiendra, ce... [Lire la suite]
09 février 2014

il y a

Ça y est, ce sont les jeux olympiques d’hiver et son cortège d’hyper-couverture médiatique au point de nous en faire frôler l’overdose, de la poudreuse et de la blanche. Et c’est le temps venu de l’observation à outrance et du recensement des inévitables couacs qui vont se produite à quelque niveau que ce soit, dans l’organisation, dans les épreuves, dans la liberté ou la non-liberté d’expression et tutti et quanti et tutti et frutti. Mais pas chianti. Alors moi, pour oublier un peu tout ça et pour revendiquer le droit de penser à... [Lire la suite]