21 mai 2015

j'ai confondu Martine et Valérie

Hélas, c’est ma faute, c’est ma très grande faute, mon Dieu, si vous existez, punissez-moi, faites-moi subir un châtiment à la mesure de ma boulette d’hier, raccourcissez mon temps de purgatoire à venir pour me faire passer directement dans les grandes chaleurs des enfers, au pain grillé et sans eau afin de me faire comprendre qu’être un peu attentif à ce que j’écris, ça ne me fera pas de mal. Cependant, comme je reconnais ma faute, est-ce que j’ai le droit à un demi-pardon. Un par ou un don ? Non, ne répondez pas forcément tout... [Lire la suite]

16 janvier 2015

the show must go on

C’est vrai qu’on attendait un peu les funérailles des victimes de tous les attentats de la semaine dernière pour envisager de tourner la page et, sans les oublier, sans oublier ce qui s’est passé, pouvoir passer enfin (ou un peu) à autre chose. Mais finalement, le retour des informations sensationnelles sur les interventions policières en Belgique, entre autres, contre des groupuscons (des groupuscules de cons, c’est un mot-valise que je viens d’inventer), ça ne nous laisse pas tant respirer que ça. De toute façon, malgré tout, la vie... [Lire la suite]
31 décembre 2014

vers le haut

Je suis de plus en plus sidéré par toutes ces émissions de radio dans lesquelles, désormais, on privilégie les propos des auditeurs, par téléphone ou dans le studio, en direct. Avec tout ce que ça comporte comme avis inutiles car manquant singulièrement de recul et d’analyse. Et avec tout ce que ça représente de quant à soi et avec tout le catalogue des idées reçues et des préjugés. À croire que les gens se complaisent dans la frustration et le mécontentement perpétuels. À croire que nous sommes le vrai pays du mur des lamentations.... [Lire la suite]
07 octobre 2014

terrorisme phlébotominal

Bien sûr, je n’ai pas le moindre sens des valeurs, je parle des échelles de valeur parce que ce que je vais dire, là, tout de suite, ça pourra sembler un peu démesuré par rapport à la réalité objective mais la réalité objective n’est pas la mienne. J’ai ma réalité objective qui s’annule aussitôt par ma réalité subjective. Et de ce fait, j’ai forcément raison dans ce que je vais traiter à partir du paragraphe suivant, celui-ci ne restant qu’une entrée en matière ou une espèce d’apéritif. Je voudrais évoquer un péril encore plus grand... [Lire la suite]