04 décembre 2019

interdiction aux aurores d’être boréales

Moi, Stéphane 1er (et Stéphane Dernier), en tant que dictateur maître du monde et de l’univers (même à Pallu, dans les Deux-Sèvres, c’est dire si je suis devenu importantissime), moi, Stéphane 1er (et Stéphane Dernier) que dorénavant, toute aurore se voit interdite d’être boréale sans mon autorisation expresse. Parce qu’il m’est totalement inadmissible que d’autres que moi puissent en voir et comme je ne sais pas encore quand je pourrai aller en admirer, je n’accepte pas l’idée que eux, oui et moi pas. Et comme il n’y a pas de raison... [Lire la suite]

29 novembre 2019

tartiflette ultra légère

Je viens d’avoir l’occasion de lire un petit livre de cuisine vendu à la caisse du supermarché : les plats divers qui ne font pas grossir. Bêtement, je l’avais acheté, non pas parce qu’il me faut suivre un régime, non, juste pour avoir des idées éventuellement nouvelles pour cette saison qui ne va pas tarder à arriver si j’en crois mon petit doigt qui est au courant de beaucoup de choses et qui m’en répètent pas mal même s’il ne me dit pas tout. Bon, en même temps, chacun a droit à son jardin secret, non ? Enfin, moi, c’est... [Lire la suite]
27 novembre 2019

Kali, Shuka et Stéphane, trois nuances de gris

L’autre jour, j’ai eu envie d’une veste d’intérieur polaire mais ça ne me suffisait pas qu’elle soit avec des poils frisés dedans, j’avais surtout envie qu’elle soit avec des poils frisés à l’extérieur. Et j’ai fini par en trouver une à ma taille chez Uniqlo. Mais pas en magasin, uniquement par Internet. Contre mauvaise fortune, j’ai fait bon cœur et je l’ai commandée et je suis allé la chercher hier après-midi, tranquillement et j’ai réussi à attendre jusqu’à hier soir, vers 19h30 pour l’enfiler. Je me demande comment j’ai fait car... [Lire la suite]
25 novembre 2019

où est donc passé le local « poussettes » ?

Rien n’échappe à l’œil de louve-cervière de Mymy. Hier matin, elle a lu mon billet quotidien (Notre père Stéphane, donne nous aujourd’hui notre billet quotidien et pardonne-toi tes offenses…) et elle relevé la seule anomalie qui n’aurait pas dû exister. Et quand je parle d’anomalie, je ne parle pas de moi, évidemment, je suis exigeant avec moi mais pas au point d’être si méprisant, il y a des limites à ne pas franchir, sinon, c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres aux volets clos. Parce que, une fois n’est pas coutume, je... [Lire la suite]
09 novembre 2019

ça tient à peu de choses, vraiment

C’est vrai, ça tient à peu de choses, vraiment, certains noms de marques de produits alimentaires (pour ne parler que d’eux – même si les noms de médicaments portent nettement moins à rire, pas même à sourire !...), tiens, par exemple : les fraises Tagada, dont, au passage, je n’ai jamais été fan (uniquement Stéphane) car ce n’est pas ma génération mais surtout car je suis plus bec salé que bec sucré et donc, en termes de sucreries, si on veut me faire plaisir, ça ne peut pas être avec ces fraises chimiques qui ne m’ont... [Lire la suite]
03 octobre 2019

mince, ils sont déjà 20h30

Mince, ils sont déjà 20h30*. Oui, je sais, normalement, j’aurais dû dire ou écrire : « il est déjà 20h30 » mais je ne vois pas pourquoi on dit « il est déjà 20h30 » alors que les « 20h30 qui sont déjà », ce sont des heures (vingt) et une demi-heure au féminin pluriel. Alors, j’aurais même dû mettre directement : « mince, elles sont déjà 20h30 » dans le sens de « elles sont déjà vingt, les heures et trente, les minutes » et là, personne n’aurait levé aucun sourcil ni haussé... [Lire la suite]

26 septembre 2019

Stéphane versus Stéphane

Attention, dans ce billet, un Stéphane peut en cacher un autre ! Bonjour, je m’appelle Stéphane et je suis ravi de vous rencontrer. Bonjour, moi aussi, je m’appelle Stéphane et je suis enchanté de vous connaître. C’est rigolo, on a le même genre de formule de politesse. En même temps, il n’y a pas cinquante façons de se présenter élégamment. Surtout quand on est bien élevé. Vous m’avez l’air d’avoir eu une bonne éducation, vous Stéphane ? Vous me l’avez ôté de la bouche, vous de même, Stéphane. Oh, c’est vraiment drôle,... [Lire la suite]
17 septembre 2019

scribam cotidie dies

J’espère qu’elle n’est pas passée inaperçue, ma citation latine, d’hier. Je ne sais pas combien vous serez à savoir l’attribuer, tant à son auteur qu’à l’époque où elle a été dite, officiellement, la première fois. En tout cas, dans ce blog, c’était hier, la première fois. Et son auteur ? Un petit mètre soixante-dix. Oui, je sais, elle est nulle, celle-ci. Son hauteur ? C’est moi. J’ai moi-même inventé une citation latine car je n’en ai trouvé aucune qui me convenait. Ça fait partie de mon charme. Suus 'pars mea leporem. Ou... [Lire la suite]
17 juillet 2019

droit de dilatation

Monsieur, pour faire suite, une nouvelle fois à votre mise en demeure et à votre défi, lancé à toute allure, j’ai déjà validé le fait que j’allais relever celui-ci mais même si je ne compte pas me défiler, juste par pure précaution, j’aurais aimé avoir quelques petites lignes supplémentaires pour un éventuel droit de rétractation. En effet, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas revenir sur ma parole donnée dans les huit, dix voire quatorze jours après mon acceptation du 16 juillet dernier, c’est-à-dire, hier. C’est tellement... [Lire la suite]
18 juin 2019

on peut savoir pourquoi toujours par 3, 5 ou 7 ?

On peut savoir pourquoi il y a toujours un nombre impair de paragraphes, dans les billets de ton blog, Stéphane ? Oui, bien sûr. C’est une discipline que je m’impose. Oui, je comprends mais pourquoi une discipline impaire ? D’abord, excusez-moi, monsieur le contrôleur, mais impair, ça ne s’accorde pas au féminin. Il n’y a que le masculin qui peut prétendre à l’impair (Et qu’on ne me refasse pas le coup de dimanche dernier, hein ?) Bon, alors, pourquoi une discipline basée sur l’impair ? Parce que ça fait partie de... [Lire la suite]