03 octobre 2019

mince, ils sont déjà 20h30

Mince, ils sont déjà 20h30*. Oui, je sais, normalement, j’aurais dû dire ou écrire : « il est déjà 20h30 » mais je ne vois pas pourquoi on dit « il est déjà 20h30 » alors que les « 20h30 qui sont déjà », ce sont des heures (vingt) et une demi-heure au féminin pluriel. Alors, j’aurais même dû mettre directement : « mince, elles sont déjà 20h30 » dans le sens de « elles sont déjà vingt, les heures et trente, les minutes » et là, personne n’aurait levé aucun sourcil ni haussé... [Lire la suite]

26 septembre 2019

Stéphane versus Stéphane

Attention, dans ce billet, un Stéphane peut en cacher un autre ! Bonjour, je m’appelle Stéphane et je suis ravi de vous rencontrer. Bonjour, moi aussi, je m’appelle Stéphane et je suis enchanté de vous connaître. C’est rigolo, on a le même genre de formule de politesse. En même temps, il n’y a pas cinquante façons de se présenter élégamment. Surtout quand on est bien élevé. Vous m’avez l’air d’avoir eu une bonne éducation, vous Stéphane ? Vous me l’avez ôté de la bouche, vous de même, Stéphane. Oh, c’est vraiment drôle,... [Lire la suite]
17 septembre 2019

scribam cotidie dies

J’espère qu’elle n’est pas passée inaperçue, ma citation latine, d’hier. Je ne sais pas combien vous serez à savoir l’attribuer, tant à son auteur qu’à l’époque où elle a été dite, officiellement, la première fois. En tout cas, dans ce blog, c’était hier, la première fois. Et son auteur ? Un petit mètre soixante-dix. Oui, je sais, elle est nulle, celle-ci. Son hauteur ? C’est moi. J’ai moi-même inventé une citation latine car je n’en ai trouvé aucune qui me convenait. Ça fait partie de mon charme. Suus 'pars mea leporem. Ou... [Lire la suite]
17 juillet 2019

droit de dilatation

Monsieur, pour faire suite, une nouvelle fois à votre mise en demeure et à votre défi, lancé à toute allure, j’ai déjà validé le fait que j’allais relever celui-ci mais même si je ne compte pas me défiler, juste par pure précaution, j’aurais aimé avoir quelques petites lignes supplémentaires pour un éventuel droit de rétractation. En effet, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas revenir sur ma parole donnée dans les huit, dix voire quatorze jours après mon acceptation du 16 juillet dernier, c’est-à-dire, hier. C’est tellement... [Lire la suite]
18 juin 2019

on peut savoir pourquoi toujours par 3, 5 ou 7 ?

On peut savoir pourquoi il y a toujours un nombre impair de paragraphes, dans les billets de ton blog, Stéphane ? Oui, bien sûr. C’est une discipline que je m’impose. Oui, je comprends mais pourquoi une discipline impaire ? D’abord, excusez-moi, monsieur le contrôleur, mais impair, ça ne s’accorde pas au féminin. Il n’y a que le masculin qui peut prétendre à l’impair (Et qu’on ne me refasse pas le coup de dimanche dernier, hein ?) Bon, alors, pourquoi une discipline basée sur l’impair ? Parce que ça fait partie de... [Lire la suite]
11 mai 2019

pourquoi tu ne dis rien, Stéphane, aujourd’hui, tu boudes ?

Pourquoi tu ne dis rien, Stéphane, aujourd’hui, tu boudes ? Non, je ne boude pas. Je n’ai rien à dire. C’est tout. Ce n’est pas parce qu’on n’a rien à dire qu’on ne doit rien dire, on peut quand même parler de plein de choses même si ce ne sont pas que des choses amusantes. Ou légères. On peut dire des bêtises et pour ça, il me semble que tu n’es jamais le dernier. Je n’ai pas envie de dire des choses drôles, aujourd’hui. Si on m’oblige à l’ouvrir, ça risque de ne pas être gentil pour plein de gens, alors, non, je ne boude pas... [Lire la suite]

27 mars 2019

et tu fais quoi, toi, Stéphane, dans la vie ?

Je ne connais personne à cette soirée, je n’aime pas spécialement ça mais je n’ai pas pu dire non au président, je ne peux pas faire comme lui, toujours dire non. Je n’aime pas ça car je suis resté un peu sauvage, surtout quand je ne connais pas les gens et parce que je ne sais pas quoi dire et aussi parce que je n’aime pas qu’on me demande ceci ou cela, ce que je fais dans la vie et tout et tout. « Et qu’est-ce que vous faites dans la vie, vous, Stéphane ? » Tiens, justement, qu’est-ce que je disais.... [Lire la suite]
23 mars 2019

requiem in pace

Stéphane, jusqu’au bout, tu auras lutté pour tenir le coup et tenir bon mais jamais pour un bon coup, quel dommage pour toi ! Aujourd’hui, tu nous quittes, tu nous as quittés et nous allons désormais apprendre à vivre sans toi mais au fond de nous, tu seras toujours un peu là même si, vers la fin, tu étais plutôt las tout en n’étant pas toujours vraiment là alors que là, tu ne seras plus là mais tu es où, pas là, mais tu es où, pas là, tu es où ? Ce matin, nous sommes réunis ensemble pour lui rendre hommage, pour honorer la... [Lire la suite]
25 février 2019

comme une rupture amoureuse

Ce matin, ce fut comme une claque dans la figure, une claque bien sentie et pas seulement dans l’idée. Quand il m’a annoncé ce qu’il avait à me dire, j’avoue que je m’en suis douté avant même qu’il n’aille plus loin. Dès qu’il m’a dit : « Stéphane, j’ai quelque chose à vous dire et ça ne va pas vous faire plaisir… », j’ai su de quoi il était question. Effectivement, ça ne m’a pas fait plaisir et il avait l’air sincèrement désolé même si au fond de lui, c’est un mal pour un  bien. De toute façon, il faut savoir... [Lire la suite]
27 décembre 2018

après l'heure, ce n'est plus l'heure

Happy birthday for me, happy birthday for me, happy birthday for me, Stéphane, happy birthday for me !... Je suis sincèrement désolé pour mes nombreuses lectrices, dont Mymy en tête, qui se sont trouvées honteuses de ne pas connaître la date de mon anniversaire mais, mes pauvres chéries, c’est trop tard. Ça fait plus de quinze jours que la date est passée et même si des vœux retardataires valent toujours mieux que pas de vœux du tout, après l’heure, ce n’est plus l’heure. Non pas que cela m’ait contrarié mais juste que maintenant, ça... [Lire la suite]