10 juin 2015

parfum du monde

« J’avais compris que l’apocalypse est un phénomène lent. Elle ne se manifeste pas dans le feu et le soufre, comme on le croit, mais par la rouille et le chiendent. La fin du monde n’est pas une explosion, c’est un gémissement. » J’ai été très surpris de cette phrase dans le thriller que j’étais en train de lire, ce matin, après le petit-déjeuner, sur le canapé. Un bouquin de James Patterson et de Michael Ledwidge. Je suis un habitué, presque inconditionnel de l’œuvre de Patterson mais là, j’avoue avoir eu un peu de mal au... [Lire la suite]