18 janvier 2015

un pour dire qu'il n'y en aura pas

C’est avec une certaine stupeur (et sans doute quelques tremblements) que je viens de réaliser que nous étions dimanche soir. Il faut dire que cette journée, comme de nombreuses autres, a passé très vite et en plus, comme j’ai un peu pris l’habitude d’écrire les billets de mon blog avec un jour d’avance, j’ai oublié, ce matin, ce midi et cet après-midi que je ne l’avais pas fait hier. Pourquoi je ne l’ai pas fait hier ? Car hier, j’ai écrit en direct et que ça date de vendredi, le retard théorique que j’ai pris. Mais je vais le... [Lire la suite]