10 décembre 2016

charabia et baragouin

Il y a des mots qu’on utilise un peu comme ils viennent et je me demande si on les utilise à bon escient. Par exemple : charabia et baragouin. Parce que moi, si je suis capable de baragouiner, je pense que je sais absolument faire du charabia. D’une part, parce que le verbe qui va avec charabia n’existe pas, sauf si je me trompe. Ou alors, s’il m’arrive de charabiater, c’est de façon totalement inconsciente. Et s’il a pu m’arriver d’aller à Bias, dans les Landes, je suis certain de n’y avoir jamais pris un tank pour me déplacer.... [Lire la suite]

10 décembre 2014

soleil de 44 ans

Je m’en souviens parfaitement de ce dix décembre 1970, j’allais avoir onze ans et c’était un jeudi et en ce temps-là, un temps que les moins de 42 ans ne peuvent pas connaître, le jeudi, c’était le jour férié pour les élèves, les écoliers, les collégiens et les lycéens. Et donc, ce jeudi-là, du dix douze soixante-dix, je me souviens avoir passé une partie de l’après-midi dehors, dans le jardin tant il faisait beau, tant il faisait soleil. Et en écrivant ce souvenir, je me dis que c’est anormal que je me sois retrouvé dehors au lieu... [Lire la suite]
10 juillet 2014

sans laisser d'adresse ?

L’adresse à laquelle j’ai habité et qui m’a le plus plu, que je trouvais la plus belle et sans doute, la plus en harmonie avec mon moi profond c’était quand j’habitais à Saint-Prix, dans le Val d’Oise. Je me souviens parfaitement de cette révélation quand j’avais vu le nom sur la plaque de la rue. De la ruelle. Oui, je veux habiter là, m’étais-je écrié en sourdine dans ma tête mais pas trop fort pour ne pas que tout le monde l’entende car ça ne regardait que moi, finalement. Et je n’étais jamais peu fier de donner mon adresse à qui me... [Lire la suite]