31 janvier 2017

mauvaise main

Il vaut mieux que je ne joue à aucun jeu de hasard, à aucune loterie et que je ne tente ma chance à rien du tout car depuis quelques semaines, on peut dire que j’ai particulièrement mauvaise main. À se demander ce que ça cache. Quand on gagne, on dit que c’est probablement parce qu’on a une veine de cocu. Autant vous dire qu’en ce qui me concerne, je suis tranquille. Vu les râteaux que je me paie depuis novembre… J’en veux pour preuve le premier tour de l’élection primaire des Républicains. Sans dire pour qui j’ai voté, je peux vous... [Lire la suite]

21 novembre 2016

jusqu'à quel point faut-il s'en réjouir ?

Je suis sur le cul, comme tout un chacun. Je suis tombé par terre, pas à cause de Voltaire, hier soir mais à cause de Fillon. Comment a-t-il fait pour désintégrer Sarkozy et reléguer Juppé au second plan ? Dis-moi quel est ton secret, François ? Certes pas ton prénom… tu n’es pas le premier et l’autre, celui qui est là, on ne peut pas dire qu’il ait renversé beaucoup de monde depuis quelques temps. Et pourtant, je suis tout à fait d’accord avec ces dizaines d’artistes qui ont signé un texte pour dire stop au... [Lire la suite]
23 janvier 2015

la soirée d'un faune

Déjà, je n’ai jamais vraiment ça, « l’après-midi d’un faune », de Nijinski, c’est une pièce de ballet qu’on a peut-être trop vu et revu sans qu’elle soit jamais vraiment modernisée. Déjà, le poème de l’autre Stéphane, là, le Mallarmé, j’ai toujours eu du mal avec alors que j’aime globalement bien cet auteur même s’il est très souvent hermétique mais non, en fait, c’est le sujet même qui me dérange, qui ne me parle pas et qui m’ennuie. Et hier soir, même si on a craint justement de le re-re-revoir, cet Après-midi d’un Faune,... [Lire la suite]
09 juin 2014

cent quatre-vingt-quinze ?

C’est drôle, un lundi matin aussi calme. Pour moi, qui ne travaille jamais le lundi (sauf cas exceptionnels comme une veille de 14 juillet ou de Noël et de Jour de l’An), ça ne change pas grand-chose, a priori mais un peu quand même, oui. Mais ce matin, c’est nettement plus étrange, moins normal, moins routinier. Il n’y a personne sur les quais du tram, à 7h30, pas beaucoup de rames non plus, par rapport à un lundi normal. Un jour exceptionnel pour tout le monde, un jour banal pour moi. Et que fait-on dans un jour banal pas pour... [Lire la suite]