27 janvier 2019

Gilles et John (3)

Messieurs Gilles et John bonsoir, nous avons souhaité vous recevoir afin de pouvoir parler calmement et sereinement dans le but de trouver une solution à ce problème des gilets jaunes et des casseurs réunis. Bonsoir Gilles. Bonsoir John. Et bonsoir les camarades qui nous soutiennent. Première question, vous demandez la démission d’Emmanuel Macron, si nous avons bien compris ? Non, nous ne demandons pas du tout la démission de Macron, hein, Gilles ? Nous pensons juste qu’il n’a pas été élu démocratiquement car il n’a pas été... [Lire la suite]

16 janvier 2019

Gilles et John (1)

Bonjour, Gilles et John, pouvez-vous nous dire si vous avez reçu la lettre d’Emmanuel Macron ? Et surtout, si vous l’avez lue et si vous allez répondre aux questions qu’il pose ? Oui, on l’a reçue mais on ne l’a pas lue, ça ne nous intéresse pas et on ne répondra pas aux questions car les questions, elles sont orientées et les réponses, on les connaît déjà. Nous, ce qu’on veut, c’est plus de démocratie. Mais dites-moi, Gille et John, c’est quand même une démarche on-ne-peut-plus démocratique, cette lettre et ce grand débat... [Lire la suite]
05 décembre 2018

c'est con, j'ai payé

Il faut penser à plein de choses et là, ce matin, alors que j’étais encore plus concentré que d’habitude sur mon travail, à mon boulot (!!!), j’ai crié : « Chouchou ! » Car je me suis posé une question à laquelle je n’avais pas de réponse. En même temps (coucou, Manu !), je ne sais pas pourquoi je l’ai appelé, lui, Chouchou, vu qu’il n’est jamais avec moi là où je suis employé. Ça n’était qu’un réflexe totalement humain et donc parfaitement compréhensible (vous avez remarqué comme j’ai un peu l’art et la... [Lire la suite]
03 décembre 2018

la matinale

Eh bien voilà. Ça recommence. Je suis encore totalement décalé. Totalement à côté de la plaque. À croire que je n’ai rien compris à comment il fallait faire pour dormir intelligemment. Oui, oui, vous avez bien lu, je m’auto-flagelle en me prenant pour un con mais attention, uniquement par rapport au sommeil car pour le reste, ça va. Enfin, il me semble. En même temps (coucou, Manu !), on ne peut pas être juge et partie et on est très mal placé soi-même pour avoir une vision objective de sa petite personne. Ou de sa grande... [Lire la suite]
22 août 2018

d’abord Mymy, ensuite Lolo et peut-être Didi

Ouvrir une boîte de Pandore, ça peut ne pas toujours être négatif. Ça peut apporter tout un tas de joies, petites ou grandes. C’est vraiment un bain de jouvence que je prends depuis cet été, tout en vieillissant en parallèle. Le principe des vases communicants, c’est exactement ça. Un jour de plus dans la gueule, avec les canicules et les fatigues qui ont pris l’habitude de s’accumuler et de m’encombrer et en même temps (comme dirait Emmanuel M.), je rajeunis de vingt voire trente ans selon les choses qui me reviennent en tête ou... [Lire la suite]
12 avril 2018

on dit qu’il se peut qu’elle ne revienne plus

Dans certains couloirs, il se dit qu’il se peut qu’elle ne revienne plus. Peut-être même plus jamais. Plus jamais de la vie. Et alors ? Et alors, que vais-je devenir, moi ? Mis à part le fait d’acquiescer en opinant de la tête sans montrer que j’en sais plus ce que je veux le faire croire… Histoire de donner le change. Et de ne pas éveiller d’éventuels soupçons. Parce que, en dehors de ce blog, où je me suis permis de vous faire quelques confidences, personne n’est au courant. Personne d’autre. Il y a des secrets qui... [Lire la suite]

22 décembre 2017

et si je l'avais oublié quelque part ?

En même temps, comme le dit souvent Manu Macron, je me demande si… Oui, parce que je pense m’être fait voler mon vélo mais si ça se trouve, c’est moi qui l’ai oublié quelque part. Un jour où je suis allé en ville et j’ai été tellement occupé voire préoccupé que je suis rentré par le tram ou par le bus sans me souvenir que j’étais venu en pédalant. Alors ma foi, il ne me reste plus qu’une chose à faire : aller à sa recherche dans les endroits où j’aurais pu le laisser. Mais le problème, c’est que j’ai pu l’attacher comme j’ai pu à... [Lire la suite]
18 octobre 2017

les journalistes et eux-mêmes

Pour moi, ce n’est pas le président Macron qui a coupé la parole à madame Coudray mais bel et bien l’inverse. Et même si c’était pour la bonne cause du respect du timing, quand on a posé une question à quelqu’un, on attend qu’il ait fini de répondre avant de continuer. Mais ça, les journalistes, ils ne savent plus faire. Le plus important, pour eux, c’est d’avoir la bonne personne en interview, poser des questions politiciennes, parler des petites phrases, balancer un ou deux sujets qui créent de la polémique et surtout, surtout,... [Lire la suite]
16 octobre 2017

mourir d’inanition ou tirer la langue aux journalistes ?

Je ne sais pas trop quoi faire, là, à l’instant précis où je viens de rentrer chez moi après une après-midi à moitié consacrée à une séance de cinéma et l’autre moitié à m’être rendu en ville et en être revenu à vélo en passant par la case Cabirol, là où habite le patron mais ce n’était pas comme au Monopoly, quand on passe par la case départ, je n’ai pas touché 20 000 francs et encore moins 20 000 euros. Tant pis, je pourrai toujours me consoler en me disant que j’aurai essayé et comme qui ne tente rien n’a rien, moi, j’ai... [Lire la suite]
22 juin 2017

swirling vortex of entropy

Allez savoir où j’ai lu ou entendu ça, ces jours derniers mais j’ai noté ces quatre mots et je me suis dit que j’allais en chercher la signification, pleine de promesses. Je vous jure que ça m’a fait limite rêver. Les yeux grands ouverts. Après l’anesthésie, donc. Sinon, j’aurais été incapable de parler de ça, hier midi. Et aujourd’hui, alors qu’il fait toujours aussi chaud (mais que fait le nouveau gouvernement d’Édouard Philippe, bon sang ? Et que fait Emmanuel Macron ?), je viens de regarder sur Gogol (la version... [Lire la suite]