30 janvier 2015

en voie de disparition

Ce matin, je suis parti de chez moi, de très bonne heure, il faisait encore nuit froide et humide et j’étais quasiment le seul à marcher dans les rues, sauf quand j’ai croisé un groupe de jeunes avinés en manque de faire du bruit, sans doute car ils n’ont pas tardé à shooter dans les poubelles vides pour les renverser. Et pendant ce trajet de moins de dix minutes jusqu’au garage de la rue Ducru, j’ai eu l’occasion de croiser quelques cadavres. Et j’ai alors réalisé, subitement, qu’une espèce était en voie de disparition et je ne le... [Lire la suite]

24 janvier 2015

épargner son temps

Je viens de vivre un samedi matin pas tout à fait comme les autres même s’il a commencé comme les autres : un lever à 3 heures de la nuit (à cette heure-là, on ne peut pas encore dire 3 heures du matin), une préparation pas vraiment motivée pour aller travailler (mais quand faut y aller, faut y aller) et la route jusqu’à Lormont tout en écoutant la rediffusion d’une émission d’Europe 1, avec ce trop politiquement correct qu’est Morandini (de la même bande que Bourdin et Brunet) que j’évite pourtant le plus possible tant ça ne... [Lire la suite]
15 janvier 2015

à la même table

Deux présidents pour le prix d’un. Deux présidents à la même table. En fait, je me demande si le fait de fréquenter (et d’être marié avec) un président, ça n’attire pas d’autres présidents. Parce que depuis hier, j’en ai un autre dans mon entourage proche. Un autre président. Et maintenant, quand je vais vouloir parler de chacun d’eux, je vais devoir les différencier. Un peu comme les jumeaux : trouver un moyen de les nommer de façon bien distincte pour que ceux qui à ce qui j’en parlerai sachent de qui il s’agit. Et pour que les... [Lire la suite]
09 août 2014

encore paumé du petit matin

Ce matin, comme tous les matins de jours ouvrés pour moi, je me lève dès que c'est l'heure atteinte pour cela et je me dirige vers la cuisine afin d'y faire couler un café. Pendant ce temps, je vais faire pipi, les yeux fermés, assis sur la cuvette des WC, dans le noir, toujours, histoire de prolonger un peu ma nuit pendant une bonne trentaine de secondes. Si vous saviez comme je suis bien, là, assis en dehors du monde cruel des jours où on doit se lever malgré soi... De retour dans la cuisine, je petit-déjeune tout en pensant que je... [Lire la suite]