09 janvier 2015

nos fils et nos compagnes

Je ne vais peut-être pas en ajouter des tonnes vu que tout a déjà été dit, ou presque tout, depuis deux jours mais je n’y peux rien, ça me tracasse, ça m’obsède et ça continue de me bouleverser à chaque fois que j’y pense et j’ai les yeux humides quasiment en permanence. Je n’y peux rien et je ne sais pas pourquoi ça me touche tant. Pas seulement pour le côté barbare, pas seulement pour les victimes artistes et intellectuelles, pas seulement pour la liberté de la presse qu’on a attaquée de plein fouet, pas seulement pour les... [Lire la suite]