26 juin 2017

c'est une maison extraordinaire...

On y voit aussi des statues qui se tiennent tranquilles tout le jour, dit-on ; mais moi, je sais que, dès la nuit venue, elles s'en vont danser sur le gazon. Je viens faire amende honorable et me repentir. J’ai failli médire un peu trop sur Narbonne, avant d’y aller, samedi mais contre toute attente, je suis tombé sous le charme de cette ville que je méconnaissais totalement. Comme quoi, il faut bien ne jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Je suis tombé sous le charme de ces grands arbres qui bordent les beaux... [Lire la suite]

23 juin 2017

encore une au jus

Dernière demi-journée avant la dernière matinée de boulot et avant de prendre le train. D’ailleurs, je me demandais quelque chose, là, subitement : on prend le train ou on recule ? Oh, vous savez, moi, du moment que je suis dans le sens de la marche… Demain matin, j’ai déjà prévenu que je devais impérativement avoir terminé avant 8h. Enfin, pour 8h. Dernier caramel. Après, c’est trop en flux tendu et ça va m’énerver. Notre train pour Narbonne, Narbonne, deux minutes d’arrêt, doit partir à environ 9h30. Le temps que je... [Lire la suite]
08 mai 2017

je chante sur mon chemin

Je chante, je chante soir et matin, je chante sur mon chemin… Je ne sais pas pourquoi mais j’ai le cœur léger, aujourd’hui. Je me sens bien. Calme et détendu. Plein d’espoir. Rassuré et prêt à continuer sur la même route. Je chante sur mon chemin car je suis content, je suis heureux. Il y a des moments importants dans une vie et aujourd’hui en est un. Ça ne durera peut-être pas alors, j’en profite. Au moins quelques heures. Je chante sur mon chemin et je siffle dans ma tête. Jusque sur la colline, là-bas. Maintenant, j’en suis sûr,... [Lire la suite]
19 novembre 2015

revoir Paris

Revoir Paris Un petit séjour d'un mois Revoir Paris Et me retrouver chez moi Seul sous la pluie Parmi la foule des grands boulevards Quelle joie inouïe D'aller ainsi au hasard Prendre un taxi Qui va le long de la Seine Et me revoici Au fond du Bois de Vincennes Roulant joyeux Vers ma maison de banlieue Où ma mère m'attend Les larmes aux yeux Le coeur content Mon Dieu que tout le monde est gentil Mon Dieu quel sourire à la vie Mon Dieu merci Mon Dieu merci d'être ici Ce n'est pas un rêve C'est l'île d'amour que je vois Le jour se... [Lire la suite]
17 mai 2015

et dix-huit qui font cent

Voilà, monsieur, ça vous fera donc quatre-vingt-deux euros. C’est un peu cher, non ? Oui, mais là, vous ne vous en rendez peut-être pas compte mais vous en avez pour votre argent… Tu parles, Charles, quand ça coûte, on a toujours l’impression que c’est trop cher. En tout cas, je crois que là, malgré tout, il ne fallait pas lésiner car de toute façon, il fallait bien y passer. Il y a des fois où on ne peut pas reculer, quand faut y aller, faut y aller. Comment comptez-vous payer, monsieur ? Vous prenez la... [Lire la suite]
18 mars 2014

qu'on voit penser

Il était une fois, un homme réputé pour être toujours acerbe voire acrimonieux qui était en charge de surveiller un parc de voitures neuves chez Volkswagen. Et bien sûr, non seulement son métier ne lui plaisait pas car il n'avait de cesse de s'en plaindre mais aussi et surtout, il n'arrêtait pas de renâcler sur tout : sur les repas de la cantine, sur les nouveaux modèles qui sortaient de l'usine, sur le temps de trajet pour venir travailler, etc... Et cette nuit-là, alors qu'il faisait sa ronde pour vérifier que tout était bien... [Lire la suite]
Posté par sibal33 à 16:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
27 décembre 2013

avec cent

On essaie de ne pas s’en faire et de faire avec. Ne pas s’en faire, comme chantait Prosper, yop la boum, en des temps dont les moins de vingt ans se moquent éperdument. Pardon, dont les moins de vingt ans se foutent gavé. Trop pas. Oui, on va dire ça, on va essayer de ne pas s’en faire et de prendre la vie comme elle vient, comme le chantait ma philosophe préférée dans les années 60 (oui, oui, ma philosophe préférée… comprenne qui pourra) et du coup, pour me donner un peu de courage avant de m’installer en mode échouage sur le canapé,... [Lire la suite]