28 novembre 2019

ça peut m’arriver mais discrètement, je vous le jure

C’est encore suite à un commentaire de Mymy que je vais écrire, ce matin. Hier, elle m’a écrit la chose suivante : « Tant que tu ne te mets pas à renifler les culs pour dire bonjour… », et ce matin, je ne peux décemment pas laisser cette phrase sans réagir. Parce que, il faut que tout le monde le sache, Mymy et moi, nous nous connaissons depuis 1982, nous avons travaillé ensemble en région parisienne pendant 19 ans. Je l’ai quittée dignement pour venir à Bordeaux, en 2000 et nous n’étions pas restés en contact, ce qui... [Lire la suite]

27 octobre 2019

changement d’heure

Attention, qu’on se le dise mais compte tenu du changement d’heure, encore une fois, vous risquez de lire ce billet une heure plus tôt que ce que vous pourriez le penser. En effet, comme cette nuit, au moment où il était officiellement 3 heures, il était 2 heures en réalité et là, à l’instant où vous, oui, vous (ou toi, si je te connais bien), vous lisez ces lignes, il est une heure plus tôt que ce qu’il est affiché en bas de votre ordinateur ou en haut de votre téléphone. Ça n’a pas d’incidence que sur la lecture des billets de mon... [Lire la suite]
24 octobre 2019

cours de gym absolument individuel

Hier matin, j’avais rendez-vous avec Carlos, non pas le terroriste des années 70 et 80 ; non pas le chanteur décédé qui aimait faire tirelipimpon sur le chihuahua, tirelipimpon avec la tête avec les bras, tirelipimpon un coup en l’air, un coup en bas, touche mes castagnettes, moi je toucherai tes ananas ; non pas mon coiffeur qui est rue Costedoat, à Bordeaux ; non pas Carlos Ghosn, qui est l’ex patron de chez Renault, en prison au Japon, si je ne m’abuse ; non, j’avais simplement un cours de gym prévu avec mon... [Lire la suite]
21 octobre 2019

Jean-Jacques n’aime pas Offenbach

Jean-Jacques n’aime pas Offenbach et ça me sidère un peu. J’avoue que j’ai du mal à comprendre qu’on puisse ne pas aimer un tel compositeur. Parce qu’à travers sa musique, on trouve du rire et de l’émotion et c’est quand même bien de savoir jouer sur les deux tableaux. Et hier après-midi, à l’Auditorium de Bordeaux, il y avait un récital en hommage à Hortense Schneider, la diva d’Offenbach à l’époque où il a créé ses plus grands succès. Et j’y suis allé avec le patron et nous avons passé un moment délicieux, plein de fantaisie, de... [Lire la suite]
14 octobre 2019

« pourquoi il nous agresse, lui ? »

Dimanche, vers 17h30 à Bordeaux, place Pey Berland, je monte dans un tram qui va me ramener chez moi. Normalement. Je n’aime pas trop prendre le tram après une certaine heure car en semaine, c’est souvent bondé à cause de l’heure de pointe (comme disent les danseuses étoiles) ou parce que certaines rames ne vont que jusqu’aux Quinconces pour permettre une meilleure régulation du trafic. Mais le dimanche, a priori, non. Il n’y a pas d’affluence à l’heure de sortie des bureaux puisque ces derniers sont fermés. Et il n’y a pas besoin de... [Lire la suite]
26 septembre 2019

Stéphane versus Stéphane

Attention, dans ce billet, un Stéphane peut en cacher un autre ! Bonjour, je m’appelle Stéphane et je suis ravi de vous rencontrer. Bonjour, moi aussi, je m’appelle Stéphane et je suis enchanté de vous connaître. C’est rigolo, on a le même genre de formule de politesse. En même temps, il n’y a pas cinquante façons de se présenter élégamment. Surtout quand on est bien élevé. Vous m’avez l’air d’avoir eu une bonne éducation, vous Stéphane ? Vous me l’avez ôté de la bouche, vous de même, Stéphane. Oh, c’est vraiment drôle,... [Lire la suite]

30 août 2019

pour mes 60 ans, s’il vous plééé

Madame, excusez-moi de vous déranger mais j’aimerais savoir si vous accepteriez de venir… comment dire ? Si vous accepteriez de venir participer à une soirée que j’organiserai peut-être à l’occasion de mes 60 ans, en décembre prochain… Pardon ? Non, c’est une invitation sincère, je ne me moque pas de vous… Non, ce n’est pas une caméra cachée, je vous le jure, regardez autour de vous, il n’y a aucune caméra ! Oui, je sais si elle était cachée, vous ne la verriez pas, bien sûr. Alors, vous êtes libre un samedi soir en... [Lire la suite]
25 août 2019

un retour à l'anormal

À force de vivre (presque) la moitié du temps à Biscarrosse, depuis le début de l’été, quand je rentre à Bordeaux, comme hier soir, tard, je me demande si c’est un retour à la normale ou un retour à l’anormal. En effet, quand je suis là-bas pendant un certain temps et régulièrement (ou l’inverse), je m’y habitue vachement bien. Et quand je reviens chez moi, j’ai besoin d’un certain temps d’adaptation. Ou de réadaptation. Probablement un effet du jet-lag entre les Landes et la Gironde. C’est un jet-lag très peu connu puisqu’il semble... [Lire la suite]
23 août 2019

Biscarrossais d’un jour, pas Biscarrossais toujours

J’aime un peu aller à Biscarrosse quand je vais chez le patron (celui qui m’oblige à faire cuire des homards pour son propre compte – je suis son homme de main mais parfois, celui d’hier, aussi…) mais j’aime plus être chez moi, à Bordeaux même si chez moi, je suis nettement plus amené à courir partout comme un chien fou. À courir partout et tout le temps. Comme si on me sortait d’une cage, chaque matin de chaque jour. Et quand je dis que j’aime un peu aller à Biscarrosse, c’est juste que même si je m’y sens bien, parfois, la ville me... [Lire la suite]
22 août 2019

je suis encore absent

Mais t’es pas là, mais t’es où, pas là, pas là… Oui, je ne suis pas là, une nouvelle fois. Je suis encore absent. Mais mon absence ne brille pas par sa présence. En réalité (et même si ça me fait un peu – beaucoup – mal de le constater, quand je ne suis pas là, personne ne s’en rend compte – donc, quand je suis là, ça doit être un peu pareil – je dois faire partie des meubles, on me voit peut-être mais on ne me regarde plus – on m’entend mais on ne m’écoute plus) ((ça, c’est de la parenthèse !)) Mais t’es pas là, mais t’es... [Lire la suite]