18 mai 2019

sans y toucher, comme elle a dit

Alors voilà, si on doit se revoir, il faut savoir que je n’aime pas qu’on me balance un seau d’eau sur la figure pour me réveiller alors que je suis en train de dormir à points, c’est tout. Et à poings fermés, oui, aussi. Je n’aime pas prendre le petit déjeuner au lit. Même tout seul. Et que le matin, je n’ai pas forcément besoin de boire un café pour être opérationnel mais je n’aime pas qu’on me parle de choses trop sérieuses dès le réveil. Des choses trop sérieuses comme l’évolution du prix de l’immobilier, la faim dans le monde... [Lire la suite]

10 août 2018

deux sortes d'attentes

Je suis capable d’attendre des lustres voire des éternités si j’ai moi-même choisi d’attendre. Mais si on m’impose ça, je déteste et ça me mine. Et je voudrais juste parler de deux cas contradictoires que j’ai vécus ou que je vis encore pour illustrer mon propos liminaire. Je m’en souviens comme si c’était hier. C’était fin décembre 1981, je n’avais pas encore de travail, ça n’allait pas tarde (tout est relatif : six mois après) et comme je venais de faire connaissance d’Arnold, en août, il m’avait invité à venir passer la St... [Lire la suite]
25 mars 2017

guide Michetard by Stéphane

Si je devais faire ma propre sélection des meilleurs endroits dans lesquels je suis allé, depuis dimanche dernier, ça serait assez facile et je ne vais pas m’en priver. On pourra même dire que ça va être le ciment de la première pierre de mon propre guide de tourisme, le guide Michetard ©Stéphane G © C’est écrit. Catégorie hôtels : mon coup de cœur va au Park Hotel de Freiburg im Breisgau, un adorable endroit plein de charme, avec des chambres originales (en plus, j’ai eu la chance d’avoir celle en angle, avec trois fenêtres),... [Lire la suite]
24 mars 2017

Auf dem Weg der Rückkehr

Quand on est sur la route du retour, même si nous ne sommes qu’un vendredi et que je ne reprendrai le travail que mardi matin, on sait que c’est déjà la fin des vacances. On aura beau se dire qu’il reste encore un peu plus de trois jours un peu tranquilles, on sait que c’est inéluctable et que rien n’y pourra faire. Quand on n’est pas en retraite, c’est ainsi que les choses se passent. À chaque fois que je vois Arnold et que nous nous quittons, car il faut bien se quitter, à chaque fois, j’ai la gorge serrée et une terrible envie de... [Lire la suite]
23 mars 2017

Immer Direkt Hessen

Deuxième journée à Wiesbaden. Ce soir, grande réunion amicale chez Nati et Robert, sans doute avec Fredrich, s’il fait ses études là et j’espère avec Sophia, même si elle est basée sur Lille, peut-être sera-t-elle là pour l’occasion. Il y aura d’autres amis d’Arnold. Ça va être une Abend Klemmen-Gesäße, je ne sais pas si la traduction est bonne mais ça m’amuse de dire en allemand ce que j’avais à dire. Non, ça sera plus convivial que ça. La bonne franquette, si je puis m’exprimer ainsi, normalement. Comme ça l’est à chaque fois. Tous... [Lire la suite]
22 mars 2017

Direkt Hessen

Ça y est, cette fois, nous avons atteint notre but : rejoindre Arnold à Wiesbaden, à 30 kilomètres de Francfort, dans la région de la Hesse. La Hesse avec un S comme Stéphane. Une région faite pour moi. Quand je pense que la première fois que j’y suis venu, pour trois semaines, fin décembre 1981, je me suis plusieurs fois posé la question de savoir si j’étais prêt à y venir vivre. Mais je ne parlais pas allemand et quand j’ai vu l’ampleur du travail qui m’attendait pour apprendre cette langue complexe mais très logique (car bien... [Lire la suite]

21 mars 2017

Direkt Bade-Wurtemberg

Une carte postale de Friburg im Breisgau où je vais passer la nuit, dans un bel hôtel et voir des amis locaux que je n’ai pas vus depuis plus de vingt ans. Peter et Lisa… en 1995, lors d’un périple qui ressemblait à celui-là, avant d’aller voir Arnold à Wiesbaden. On refait toujours un peu les mêmes choses, on reprend toujours un peu les mêmes chemins sauf que là, on a vieilli et le temps aura fait son affaire. Peu importe, nous sommes dans la région (frontalière de la France) du Bade-Wurtemberg et les habitants d’ici, dans notre... [Lire la suite]
03 février 2016

beurré pas gras

Y a quand même des fois où on peut se demander comment cela est-ce possible. Parce que franchement, c’est là qu’on voit qu’il y a des différences culturelles telles que l’incompréhension de l’autre ne pourra jamais se guérir et donc permettre de l’accepter totalement. Alors que ce serait justement la seule façon d’éradiquer l’intolérance et donc le racisme. C’est ce à quoi je pensais tout à l’heure en pensant à mon ami de cœur, Arnold, mon ami germain.  Non pas que moi, je sois celui qui n’aime pas, au contraire mais je... [Lire la suite]
23 janvier 2015

la soirée d'un faune

Déjà, je n’ai jamais vraiment ça, « l’après-midi d’un faune », de Nijinski, c’est une pièce de ballet qu’on a peut-être trop vu et revu sans qu’elle soit jamais vraiment modernisée. Déjà, le poème de l’autre Stéphane, là, le Mallarmé, j’ai toujours eu du mal avec alors que j’aime globalement bien cet auteur même s’il est très souvent hermétique mais non, en fait, c’est le sujet même qui me dérange, qui ne me parle pas et qui m’ennuie. Et hier soir, même si on a craint justement de le re-re-revoir, cet Après-midi d’un Faune,... [Lire la suite]
18 décembre 2014

un quart d'heure de célébrité

(ou : le voyageur incognito ou encore : les avantages et les inconvénients d’être une star)   Hier, j’ai brièvement évoqué Arnold dont c’était l’anniversaire et justement, à propos d’Arnold, comme il est à la Gomera jusqu’à la fin du mois et comme ça n’a rien à voir avec ça et que lui-même est si peu concerné par ce que je vais dire, je vais vous raconter une anecdote géniale qui m’est arrivé en mai 2010. Il n’y a que quatre ans et pourtant, ça fait déjà quatre ans.   Il faut dire que ce fut cette année-là, ce... [Lire la suite]