03 juin 2019

4 mai 2039 : retrouvailles avec les anciens du mareyage

Ça fait longtemps que je l’attendais, cette soirée du 4 mai 2039. Nous avions réussi à contacter plein d’anciens collègues de la boîte de mareyage dans laquelle je suis resté 14 ans. Ça ne fut pas une mince affaire car vu le turn-over qu’il y a eu, pour retrouver le maximum de gens, ça nous a pris longtemps, à Virginie et Aïssa, mes vieux complices de soirées événementielles de l’époque. Déjà, rien que pour eux deux, même si nous sommes restés en contact régulier, tant de choses ont changé. Elle, elle est grand-mère grâce à son... [Lire la suite]

24 avril 2019

incapable de vous dire comment ça s’est passé

À l’heure où j’écris ces lignes, mardi 23 avril 2019, 15h45, je suis totalement incapable de vous dire comment s’est passé mon dîner d’hier soir vu que ce billet est programmé pour être publié à 6h du matin, demain soit aujourd’hui, en temps réel (ou en heure locale) parce que comme je n’aurai pas le temps d’écrire, comme je n’ai pas eu le temps, ce matin, en me levant, comme je devais partir assez tôt pour accompagner le patron à Agen (voyage d’affaires ?), j’ai préféré m’y prendre la veille, soit hier pour une ouverture au... [Lire la suite]
25 mars 2019

son propre éloge

Je me retrouve dans une situation étrange mais pas déplaisante. Depuis samedi matin, alors que je comptais partir du boulot une fois mon travail terminé, un peu plus tôt que d’habitude, pour une fois, on m’a fait comprendre que bon, Virginie devait passer me dire au revoir et je trouvais ça étrange que mes collègues de la nuit soient restés une fois  qu’on avait fini l’analyse des écarts de stocks. Mais bon, comme Greg avait vendu une partie de la mèche… Quand je lui ai dit que j’attendais Virginie qui devait passer, il m’a dit... [Lire la suite]
26 janvier 2019

la couleur des jours heureux

Ça m’a pris de court, ça m’a stupéfié quand j’ai appris le décès de Michel Legrand, ce matin, à la radio, en revenant du travail. Il était à peine 8h30, le ciel était bas, gris et humide. Nous étions à des années-lumière des couleurs des jours heureux, ceux des demoiselles de Rochefort, un de mes films cultes. Je n’ai jamais eu la moindre sympathie particulière pour le personnage mais j’ai toujours eu de la passion pour son œuvre. Il est un compositeur contemporain qui me touche, ça ne s’explique pas, c’est ainsi et j’en suis heureux.... [Lire la suite]
28 novembre 2018

animal lecteur

Caresser les membres de son lectorat. Cela peut-il être une action douteuse d’un point de vue de la morale ? Ça dépend, ai-je moi-même envie de répondre. Ça dépend de quoi ? Demandé-je aussitôt. Ça dépend si ça dépasse ou si ça ne dépasse pas. En tout cas, ce matin, au travail, alors que j’étais concentré comme jamais (sauf peut-être quand j’ai travaillé chez Nestlé, je ne sais plus trop quand, exactement. Il faut dire que ça remonte à si loin mais revenons à nos moutons de Panurge), un de mes collègues préférés est venu de... [Lire la suite]
24 novembre 2018

voulez-vous coucher avec moi avant mon départ ?

J’ai bien entendu ou je me suis fait un film ? Tu m’as bien proposé de coucher avec moi ? « Tiens, pour une fois que nous sommes seuls, que nous pouvions parler sans qu’on nous entende, je voudrais te demander quelque chose. Avant que tu partes, dans quelques mois, j’aimerais bien qu’on couche ensemble », oui, c’est bien ce que je viens de te dire. Ah ! Ciel ! Mais tu me fais des avances ! Ah mais tu sais que tu me la coupes ? Attention, c’est juste une image, j’espère que tu ne prends pas tout... [Lire la suite]
19 juillet 2016

le plus discrètement du monde

Discrètement, en douce, depuis mon travail alors que je ne sais même plus si j’ai encore un bureau sous l’amoncellement de papiers qui se trouvent devant moi et à mes côtés. Discrètement, car je ne suis pas payé par mon patron pour écrire dans mon blog, même si ça serait quelque chose qui ne serait pas pour me déplaire. Mais j’en profite pour faire une pause, la première depuis que je suis arrivé, ce matin, à 2h50 et là, il est 10h20 au moment précis où j’écris cette phrase. Discrètement, chut, car en plus, je n’aimerais pas plus que... [Lire la suite]