30 avril 2018

ce n'est pas moi qui l'ai dit

Je vous jure que ce n’est pas moi qui l’ai dit. Je ne sais pas qui c’est mais ce n’est pas moi. Si c’était moi, je le saurais, quand même et comme je ne suis pas du genre à me défiler (en tout cas, jamais le 1er mai mais pourquoi pas le 14 juillet ?) et en plus, quand on me dit de ne rien dire, de ne pas le répéter, je suis une véritable tombe. Ce qui se justifie par mon deuxième prénom : Pierre. Oui, parce que Pierre tombale (rien, à voir avec Arielle !) Non, mais en tout cas, même si je n’avais rien demandé, je suis... [Lire la suite]

03 janvier 2017

parlez-moi d'moi

Vivement dans un an qu’on soit un an plus tard. Ainsi, les fêtes de fin d’année 2017 seront passées, derrière moi et je pourrai envisager 2018 d’une façon un peu plus sereine. C’est drôle, mais cette année, les vœux que j’ai pu envoyer à tous mes amis, ma famille et mes proches, je n’y croyais pas plus que ça. Mais j’ai fait comme si. Comme si c’était encore un peu du domaine des possibles. Donner le change. Je vais bien, tout va bien… C’est exactement ce qu’on s’est dit en janvier 2015, quand nous nous sommes tous souhaités nos bons... [Lire la suite]
22 novembre 2016

quand on pense que dans un mois, nous serons le 22 décembre

Quand on pense que dans un mois, nous serons le 22 décembre, ça donne un peu le tournis. Quand on parlait du tourbillon de la vie, dans la chanson du même nom, on n’était vraiment pas loin de ce que je ressens quand je pense que dans un mois, nous serons le 22 décembre… Parce que personne ne sait, personne ne peut dire ce qui se passera le 22 décembre, à trois jours de Noël. Et c’est tant mieux car si on savait… Si on avait su pour le 7 janvier et le 13 novembre 2015 et le 14 juillet de cette année, tout le monde serait resté... [Lire la suite]
17 novembre 2015

à Paris (version prose)

À Paris, quand un amour fleurit, ça fait pendant des semaines deux cœurs qui se sourient, tout ça parce qu'ils s'aiment. À Paris, au printemps sur les toits les girouettes tournent et font les coquettes avec le premier vent qui passe indifférent, nonchalant. Car le vent, quand il vient à Paris n'a plus qu'un seul souci : c'est d'aller musarder dans tous les beaux quartiers de Paris. Le soleil, qui est son vieux copain est aussi de la fête et comme deux collégiens, ils s'en vont en goguette dans Paris et la main dans la... [Lire la suite]
Posté par sibal33 à 14:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
18 juillet 2014

il a bien fallu

Cette semaine encore, il a bien fallu avancer, vaille que vaille, coûte que coûte et bisque, bisque rage. Normalement, on ne dit pas ça pour ça mais je n’avais pas envie de terminer ma litanie sur coûte que coûte. Et cette semaine, qui ne sera réellement terminée que demain midi, en ce qui me concerne, après la fin de mon travail, aura été pleine de rebondissements et de surprises, pas forcément toujours bonnes mais c’est comme pour un cadeau, ce n’est pas la chose ni le prix qui importent, c’est le geste qui compte. Alors, je vais... [Lire la suite]
09 juin 2014

cent quatre-vingt-quinze ?

C’est drôle, un lundi matin aussi calme. Pour moi, qui ne travaille jamais le lundi (sauf cas exceptionnels comme une veille de 14 juillet ou de Noël et de Jour de l’An), ça ne change pas grand-chose, a priori mais un peu quand même, oui. Mais ce matin, c’est nettement plus étrange, moins normal, moins routinier. Il n’y a personne sur les quais du tram, à 7h30, pas beaucoup de rames non plus, par rapport à un lundi normal. Un jour exceptionnel pour tout le monde, un jour banal pour moi. Et que fait-on dans un jour banal pas pour... [Lire la suite]