27 février 2021

ah, tu préfères les choses dites sans fioriture !

Ah, tu préfères les choses dites sans fioriture ? Eh bien soit, je vais te le dire en face ce que je te dis par des chemins toujours détournés (oui, je suis un grand biaiseur devant l’Éternel) ; ce que je dis toujours à travers des demi-mots et des mots voilés ; ce que je te dis toujours avec des jeux de mots et des points de suspension en veux-tu, en voilà. Non, cette fois, je ne vais pas y aller par quatre chemins, ni même trois, ni même deux, je vais aller droit au but et ça va te faire tout bizarre de m’entendre te... [Lire la suite]

30 juillet 2020

65 euros pour être empoisonné

Hier soir, j’ai ouvert une bouteille de rosé d’Anjou mais j’ai dû mettre deux glaçons dans mon verre car il n’était pas au frais, ça m’a pris comme une envie de pisser. Et quand on me connaît, on connaît aussi mes envies de pisser et on sait que quand j’y fais allusion, ce n’est pas qu’une image. Je suis un grand pisseur devant l’éternel et je pourrais faire rougir toutes femmes du monde car je suis aussi une grande pisseuse… J’ai ouvert une bouteille de rosé parce que je n’ai pas été très en forme de toute la journée. Parce que... [Lire la suite]
15 juillet 2020

je me suis trompé de pluie

Parce que tu es mon soleil, je me suis trompé de pluie. Je n’ai plus du tout la notion des saisons car avec toi, c’est l’éternel printemps. C’est le renouveau perpétuel, chaque jour différent. À chaque fois que mes yeux se posent sur toi, c’est un émerveillement de tous les instants et je me dis : quelle chance ! C’est vrai, c’est une chance inouïe que celle de te connaître. Que celle de notre rencontre. Et quand j’y pense (je pense tout le temps à toi), j’ai toujours cette chanson de Gilbert Bécaud en tête :... [Lire la suite]
07 mai 2018

le coup du lapin

Finalement, ça ne doit pas être si facile que ça, d’être un lapin. Si on y regarde de plus près voire de très près, c’est un animal qui n’est pas spécialement protégé contre ses prédateurs. C’est vrai, prenez le fait qu’il ait surtout deux ou trois dents bien acérées mais qui ne lui permettent pas de mordre réellement son adversaire au point de le tuer. Prenez aussi le fait qu’il a des griffes mais pas au point de blesser mortellement ses assaillants. Et puis, il a beau avoir deux grandes oreilles et une petite queue en boule, on ne... [Lire la suite]
19 février 2018

au-delà, au-delà des brumes

Au-delà, au-delà de la brume qui nous emprisonne depuis des jours et des jours pour ne pas dire des semaines et des semaines, hormis quelques embellies ponctuelles, certainement dues au fait que Dieu, s’il existe, a dû être inattentif et ne pas voir que quelques rayons de soleil venaient nous montrer que l’astre luisant existait toujours, au-delà, au-delà de toute cette brume, il y a sans doute un monde meilleur mais aura-t-on seulement jamais le droit d’y avoir accès ? Si ça se trouve, quand Dieu a laissé un peu de soleil venir... [Lire la suite]
08 octobre 2017

6 heures du mat', ai-je des frissons ?

Un dimanche, à 6 heures du matin, ai-je des frissons ? Oui mais pas pour les raisons que vous croyez. Je ne suis pas comme ça, moi. Si je suis sensible de la chair de poule, là, c’est uniquement parce qu’il fait un peu frais. Parce que je n’ai aucune autre raison valable pour frémir de la sorte. Il fait frais comme à chaque fois qu’on sort de son lit après une nuit quasi réparatrice (waow ! La grasse matinée que celle d’aujourd’hui ! 6 heures du mat’ !) et il fait frais car nous sommes en automne et jusqu’à preuve... [Lire la suite]

27 mai 2017

vue sur vert

Hier matin, la première chose que j’ai regardée, depuis mon lit, c’est la vue sur vert que j’avais sous les yeux. Je l’avais déjà vu en journée mais c’était la première fois que je dormais dans cette chambre, au premier étage, avec ce balcon qui donne sur la piscine, sur une partie du golf et sur des arbres. Qui cachent sans doute une forêt. Et comme je dors les volets ouverts, forcément, je vois le jour se lever quand je ne dors plus même si ce n’est que pour quelques secondes. Évidemment, je vois le soleil qui commence à éclairer... [Lire la suite]
24 octobre 2015

on en revient toujours aux mêmes

On a beau dire, on a beau faire, on en revient toujours aux mêmes. Et là que nous sommes samedi à juste midi, c’est presque comme tous les samedis midis depuis que le monde est monde. C’est l’éternel retour des choses et du temps qui passe. La routine bien réglée comme les aiguilles d’une horloge. On n’y peut mais. Est-ce ainsi que les hommes vivent ? Oui, en tout cas, c’est ainsi que moi je vis, à peine un peu perdu dans cette immensité régulière. Un petit grain de sable dans une clepsydre de laquelle je ne pourrai sortir un... [Lire la suite]
09 septembre 2015

tous les matins du monde

Chaque matin, ici, comme partout ailleurs, c’est un peu la même chose, l’éternel recommencement, l’éternel retour des choses. Il n’y a pas un matin qui ne ressemble à un autre matin (je parle des matins naturels, pas ceux de la civilisation, pas ceux des hommes), et ce, depuis la nuit des temps. Tous les matins du monde sont les mêmes, que ce soit celui d’aujourd’hui ou ceux, passés, du Moyen-Âge ou ceux, à venir, du vingt-deuxième siècle. Tous les matins se ressemblent. Pour ceux qui ne savent pas voir les choses de près. Pour ceux... [Lire la suite]
10 avril 2015

envie d'être au sec

Eh bien oui, c’est certainement ça, je ne suis jamais content de ce que je vis, de qui je suis et de ce qui m’arrive. Aujourd’hui, j’ai envie d’être au sec et toute cette grisaille me donne triste mine alors que je n’ai pas envie d’être triste. J’ai juste envie de me sentir bien. Bien dans mes baskets et bien dans ma tête, ce qui n’est pas toujours le cas comme en ce moment où je suis dans une espèce de schizophrénie entre le beau temps dehors et le mien, plus maussade, dedans. Quelque chose que je ne sais pas expliquer. C’est... [Lire la suite]