08 mars 2021

ah non, ne commence pas, hein !

Stéphane, je ne comprends pas tout ce que tu écris, en ce moment, tu as l’air d’être un peu partout et nulle part à la fois et on ne sait pas si les gens à qui tu t’adresses, quand tu les aimes, s’ils existent vraiment ou s’ils ne sont que de personnages inventés, j’avoue que là, je n’arrive plus à te suivre et en plus, tes histoires de pois chiches, à part que tu les comptes et que tu les épluches, je ne vois pas où tu veux en venir, tu en fais quoi quand tu as fini de les compter ? Bonjour, Jean-Michel. Ah, je ne t’ai pas dit... [Lire la suite]

05 mars 2021

un pois chiche, deux pois chiches, trois pois chiches…

Un pois chiche, deux pois chiches, trois pois chiches, quatre pois chiches, cinq pois chiches, six pois chiches, sept pois chiches… C’est énervant, hein, à entendre ou à lire, une énumération de pois chiches ? Huit pois chiches, neuf pois chiches, dix pois chiches, onze pois chiches, douze pois chiches, treize pois chiches… Moi, ça va, merci. Mais s’il vous plaît, ne me parlez pas, ne m’interrompez pas, sinon, je risque de perdre le compte et je serais obligé de tout recommencer, moi, je dis ça pour vous, parce que moi, compter... [Lire la suite]
05 février 2021

deux fois pois chiches

Soixante-sept, soixante-huit, soixante-neuf et soixante-dix. Eh bien, je ne suis pas au bout de ma peine. C’est la deuxième fois de ma vie que j’épluche l’équivalent d’une grande boîte de conserves de pois chiches mais j’ai complètement oublié combien de temps ça m’a pris, la première fois et surtout, je ne me souviens pas du nombre de pois chiches qu’il peut y avoir dans une boîte. J’aurais dû le noter vu que je n’ai pas su le mémoriser. Ou alors, à l’époque, je n’avais pas compté. Ou je m’étais trompé avant la fin et… Mais il... [Lire la suite]
31 mai 2020

non, les moucherons ne dansent pas non plus

Je n’ai toujours pas compris d’où viennent tous ces moucherons (j’en ai exterminé une douzaine en deux jours et demi, dans ma cuisine) car comme je ne laisse aucune nourriture traîner, pas même des fruits, pas même des pas mûrs. Non, rien de rien : même mes déchets sont enfermés dans la poubelle qui est elle-même sous l’évier, cachée derrière une porte secrète. Et quand j’épluche des fruits ou des légumes, je mets mes pelures dans un sachet  pour le descendre presque aussitôt dans un conteneur, en bas, dans le local ad hoc.... [Lire la suite]
23 avril 2020

le gratin de pommes de terre (billet contaminé au Covid 19)

Bon, je m’y mets. Allez, c’est parti. Ouais, je suis motivé. Scrch, scrch, scrch, scrch, scrch, scrch, scrch, scrch… Une pomme de terre épluchée. Scrch, scrch, scrch, scrch, scrch, scrch, scrch, scrch… Une deuxième pomme de terre épluchée. Scrch, scrch, scrch, scrch, scrch, scrch, scrch, scrch… Une troisième pomme de terre épluchée. Scrch, scrch, scrch, scrch, scrch, scrch, scrch, scrch… Une quatrième pomme de terre épluchée. Scrch, scrch, scrch, scrch, scrch, scrch, scrch, scrch… Une cinquième pomme de terre épluchée. Scrch, scrch,... [Lire la suite]
11 juin 2017

pas tous les matins, en me rasant

Non, je n’y pense pas tous les matins, en me rasant car je ne me rase pas tous les jours et encore moins le matin. Au mieux, c’est après le boulot, vers midi, quand je suis rentré chez moi et quand c’est le week-end, c’est quand ça me prend. Et en plus, je me rase deux ou trois fois par semaine, pas plus. Parce que zut, je n’ai pas que ça à faire. Se raser ? On en rêve quand on est adolescent et que ça ne pousse pas assez vite car on est obsédé à l’idée de devenir un homme, un mec. Mais avec le temps, on y trouve plus de... [Lire la suite]

05 avril 2017

il faut absolument que je trouve quelque chose à dire

Oui, il faut absolument que je trouve quelque chose à dire pour le publier dans mon blog, aujourd’hui et si possible, ça serait bien que je trouve rapidement. Là, à l’instant T comme Tanné, il est exactement 12h52, presque 12h53. Je me connais, je me suis mal levé, ce matin et si je m’écoute, entre le fait que je dois aller en ville et que je préfère y aller de bonne heure pour ne pas rentrer tard et le fait que j’ai très, très, très envie d’aller m’allonger sur le canapé, mon cœur et ma raison hésitent et pourtant, je sais ce... [Lire la suite]
10 novembre 2016

alors que cinq auraient largement suffi

Dans le hit-parade des fruits les plus consommés, en France, on trouve la pomme à la première place. C’est assez logique, c’est un fruit qu’on trouve facilement partout, qu’on peut manger partout, qui est bon surtout quand il est croquant, juteux et sucré, comme j’aime, moi. Les meilleures ne sont pas celles d’arrosoir et encore moins celles de discorde mais celles d’Adam peuvent émouvoir. Il faut juste faire attention à ne pas tomber dedans.  En deuxième position, arrive…  arrive…  arrive la banane. Et oui, la... [Lire la suite]
20 septembre 2015

ne plus pleurer

Ce n’est pas vraiment que c’est trop triste et que je n’arrive pas à me contenir mais je ne fais que pleurer. Comme si un grand malheur m’était tombé sur le coin de la figure. Sur la tête. Comme si je vivais un grand chagrin d’amour. À mon âge… Non, si je ne fais que pleurer, c’est bien à cause de ce salopard d’allium cepa. Et encore, je dis salopard au singulier alors qu’ils sont nombreux. Souvent, il est tout seul et nous sommes face à face mais parfois, ils sont plusieurs et alors là, autant vous dire que le combat est inégal, je... [Lire la suite]
29 août 2015

impair et passe

Je suppose qu’il doit s’agir d’un toc. J’ai pour habitude de compter beaucoup de choses. Le nombre de pas que je suis censé faire de ci à de là. Cahin-caha. Et le nombre de pas que je fais réellement. Si possible en multiple de nombre impair. Le nombre de morceaux de légumes que je coupe quand je les ai épluchés, avant de les faire revenir. Comme s’ils étaient déjà partis. Et s’il en manque un morceau, d’après la table de mes lois, j’en reprends un et je le sectionne en deux pour arriver à mes fins. Toujours en nombre impair,... [Lire la suite]