06 août 2020

les enquêtes de l’inspectrice Colombine (épisode 5, le dernier)

On a fini par l’attraper, le suspect aux doigts douloureux. En réalité, il n’est pas coupable. Parce que vu comment il a mal quand il lui serre la main pour lui dire bonjour, ça ne pouvait décemment pas être lui. Et j’ai fini par trouver la clé de l’énigme. En fait, comme dans toutes les histoires de meurtre, la personne qui a fait le coup, c’est toujours un proche de la victime. Et là, comme mon nez me l’avait soufflé, sous mon masque car je mets toujours un masque, dès que je suis ailleurs que chez moi et je peux vous dire que mener... [Lire la suite]

05 août 2020

les enquêtes de l’inspectrice Colombine (épisode 4)

Putain, je me suis pris une savonnée par le procureur Damiens d’Amiens (il aurait voulu le faire exprès, il n’y serait pas arrivé, je suis sûr qu’il a été pistonné !) car au bout de cinq jours, on n’avait toujours rien à se mettre sous la dent (comme disait Ève ! Elle est bien, celle-là, non ?) et là, je lui ai dit que mon travail avait payé (normal puisque je suis payée pour mon travail) et que j’avais quelques noms de suspects potentiels : on avait trois personnes douteuses qui ont été vues dans l’entourage de la... [Lire la suite]
04 août 2020

les enquêtes de l’inspectrice Colombine (épisode 3)

Le pauvre docteur Lenoir, il a été très abattu quand il a appris la mort de sa femme. Et il a été très sonné. Ou alors, il a d’abord été très sonné et ensuite, très abattu. Alors que c’est plutôt sa femme qui était vraiment abattue. La pauvre, elle a laissé une grande mare de sang sur le tapis de la bibliothèque de leur belle demeure, aux Lenoir. Mais ça aurait pu être dans la véranda, vu la position du corps de la victime. Ou dans la cuisine même si je suis sûre qu’elle ne devait pas beaucoup y mettre les pieds, cette femme qui... [Lire la suite]
03 août 2020

les enquêtes de l’inspectrice Colombine (épisode 2)

D’ailleurs, sa secrétaire, au docteur Lenoir, rhumatologue au Tréport, sa secrétaire, si vous voulez que je vous lâche une confidence (c’est toujours mieux que de lâcher une caisse, c’est ce que je dis toujours aux livreurs qui viennent chez moi ! – oui, je sais, il paraît que j’ai un humour de mec, un humour de beauf’…), je peux juste vous dire que si ça se trouve, entre madame Nivelle, Marie-Pierre-Jeanne Nivelle, si ça se trouve, avec le docteur Lenoir… Je dis ça, je ne dis rien, je n’ai pas le droit de parler d’une affaire en... [Lire la suite]
17 mai 2020

se moucher dans une serviette (billet déconfiné)

Il y a un moment que je n’avais pas regardé l’émission Un dîner presque parfait et là, cette semaine, je me suis tapé les 5 épisodes spéciales « au camping » en replay sur trois jours. Et j’en ai eu plein les yeux et plein les oreilles. Car j’avais oublié combien souvent, le niveau de certains candidats était déplorable et je ne parle pas spécialement de cuisine, quand je dis ça, je parle en général. Ça contient aussi et surtout le langage, le vocabulaire et tout ce qui concerne l’expression orale. Et là, franchement, au... [Lire la suite]
30 juillet 2019

renvois visionnaires (réactions enthousiastes)

Les nombreuses réactions enthousiastes suite à la parution de mon premier (et dernier ?) épisode de Nora va aux camions, sans aucune lettre qui dépasse (exceptés les majuscules, les accents et la ponctuation) me rendent un peu sceptiques et ce, pour deux raisons : j’aurais aimé que la foule se lève et me fasse une ovation digne de ce nom et que mon professeur ne me donne pas sa propre version des faits qui n’a rien à voir avec mon propre travail. Bien sûr, l’élève ne peut décemment pas dépasser le maître mais néanmoins, ça... [Lire la suite]

29 juillet 2019

Nora va aux camions, premier (et dernier ?) épisode

Camions ! Camions ! Camions ! Nora, nous irons aux camions si nous avouons, sinon, non ! Camions ! Camions ! Camions ! Nora ! Non ! Miaou ? Nora, ma cousine roumaine morveuse aux cornes couineuses, aux cornes amenuisées, aime encore aux ciseaux et si nous avons cuvé, Nora, un exorcisme en cours, inverse un manoir mauve à niveau, une oasis morne aux rosaces menues, aux rosaces sacrées. Une œuvre aux oiseaux-racines vire au rance, Nora ricane. Roseaux !... [Lire la suite]
21 août 2018

au pied-levé et au débotté

Merci, Chouchou, d’avoir pris le relais, pendant mes trois jours d’absence. Et pardon de ne pas t’avoir emmené, cette fois-ci mais je t’expliquerai. Ce n’était pas aussi simple que ça et dans certains cas, mieux vaut se la jouer prudente qu’y aller franco. De port et d’emballage. Alors, je t’avoue que j’ai été d’abord agréablement surpris par le premier épisode mais ensuite, et ne le prends pas mal, j’ai trouvé que tu tournais un peu en rond. Que tu piétinais. Et ça vient surtout de la forme. Peut-être que si tu avais écrit en vers,... [Lire la suite]
19 août 2018

épisode numéro 2

Dans l’épisode précédent, on a retrouvé Pierre en train de prendre un café dans un bistrot qui n’existe pas. On aurait dû dire qui n’existe plus mais ça, ça fait partie des rebondissements à venir sauf que je ne voulais pas tout dévoiler d’un seul coup. Et Pierre, puisque c’est sur lui que l’épisode numéro 1 s’est achevé en attendant l’épisode numéro 2, et Pierre, donc, notre personnage principal, presque un héros, Pierre, donc, a fini de boire son café. Mais Pierre n’est déjà plus là. Il ne reste que la table sur laquelle traînent... [Lire la suite]
18 août 2018

épisode numéro 1

Un feuilleton en trois épisodes, une mini-série comme à la télé, comme c’est assez à la mode. Voilà ce qui commence en ce samedi 18 août, alors que commence la fin de la haute saison, à mon travail, pour moi. Je vais pouvoir commencer à respirer un peu mieux. Je vais pouvoir me lever un peu moins tôt. C’est-à-dire que je vais sans doute revenir à mon horaire de saison intermédiaire : 3h15 ou 3h30, selon les jours. Je vais gagner une heure de sommeil. Cinq nuits sur sept. Cinq à sept. Donc, du plaisir à venir. C’est royal,... [Lire la suite]