27 septembre 2019

la poubelle pour aller danser

Oui, j’ai adopté une poubelle. Oh, pas une grosse, une que je peux emporter avec moi, pas trop lourde, pas trop grande, pas odorante. Une qui passe partout ou presque. Ce matin, quand j’ai pris le tram avec elle, pour la première fois, je l’ai cachée dans un autre grand sac avec tous les disques que je devais rendre à la bibliothèque, avant le 30 septembre ; un pain boule et le reste des tomates de Claire et Richard pour le patron mais aussi, des revues que je devais rendre à ce dernier : « Mieux vivre son... [Lire la suite]

08 mars 2018

tiens, il fait beau !

Tiens, il fait beau ! Et ça dure depuis ce matin. Déjà, quand je suis arrivé à mon travail, c’était une nuit étoilée comme peu de gens peuvent en voir, à 3h40. Peu de gens hormis mes collègues et nos clients de fin de nuit. Je me suis dit, alors, que, avec un peu de chance, nous n’aurions pas de pluie, aujourd’hui. Nous n’aurons pas notre rasade quotidienne. Nous serons au pain sec et sans eau ? Pas grave. Ce sera bon pour mes plantations sur la terrasse, d’être un peu épargnées pendant quelques  heures voire quelques... [Lire la suite]
13 février 2017

un canard déchaîné ou une oie blanche ?

C’est très amusant de voir quand le fictif rejoint le réel car je viens de découvrir que le prénom Pénélope, étymologiquement, ça vient d’un mot grec qui signifie canard ou oie sauvage. Et quand on sait que les ennuis de son Fillon de mari ont été révélés au grand public par le Canard Enchaîné, excusez-moi, mais moi, ça me fait sourire voire rire. Peut-être pas aux éclats non plus, il ne faut rien exagérer mais ça me faire sourire parce que ça satisfait mon côté cérébral et ça titille mon goût de la chose drôle. Ça excite la partie de... [Lire la suite]
26 février 2016

une petite pièce pour un mètre carré, s’il vous plaît

Finalement, je me demande si je ne devrais pas me mettre à la faire la manche, moi aussi, en complément de ce que je gagne en tant que salarié du privé. En effet, comme je n’ai pas été augmenté depuis le 1er août 2006 (ça va bientôt faire dix ans mais je n’ai plus les moyens de fêter ça, ma bonne dame) et encore, je n’ai été augmenté que de cinq centimes d’euro de l’heure, c’est vous dire si j’ai pu en épargner des sous, depuis ce jour-là… en effet, donc, comme je n’ai pas été augmenté depuis près de dix ans, peut-être que je pourrais... [Lire la suite]