27 janvier 2019

Gilles et John (3)

Messieurs Gilles et John bonsoir, nous avons souhaité vous recevoir afin de pouvoir parler calmement et sereinement dans le but de trouver une solution à ce problème des gilets jaunes et des casseurs réunis. Bonsoir Gilles. Bonsoir John. Et bonsoir les camarades qui nous soutiennent. Première question, vous demandez la démission d’Emmanuel Macron, si nous avons bien compris ? Non, nous ne demandons pas du tout la démission de Macron, hein, Gilles ? Nous pensons juste qu’il n’a pas été élu démocratiquement car il n’a pas été... [Lire la suite]

27 octobre 2018

fort en t'aime ?

Alors, je t’aime. Il paraît qu’il ne faut pas hésiter à le dire. À lui dire. Quand on aime quelqu’un, il faut lui dire qu’on l’aime. Sinon, ça peut passer à côté. On croit que, on se dit que, on pense que. Et dans ces cas-là, on croit mal, on se dit mal et on pense mal. Toujours un peu à côté de la plaque. Voire à côté de la claque, quand on est un peu trop buté dans ses certitudes. Alors que justement, aimer, c’est douter. Aimer, c’est hésiter chaque instant de chaque jour. C’est n’être jamais sûr de rien. Rien n’est jamais acquis à... [Lire la suite]
08 novembre 2016

bon, c'est décidé, aujourd'hui, je pleus

Oui, c’est étonnant, hein ? En général, on dit toujours qu’il pleut car pleuvoir est un verbe impersonnel en plus d’être complètement intransitif. Mais peu me chaut que toutes ces considérations d’ordre grammaticales, aujourd’hui, j’ai décidé que j’allais pleuvoir. Histoire de montrer au monde quelle est l’étendue de mes pouvoirs. Parce que j’ai plein de pouvoirs. Et pas seulement quand j’allais assister aux assemblées générales de la précédente copropriété dont je faisais partie.  Non, j’ai aussi plein de pouvoirs... [Lire la suite]
31 mai 2015

la fête à mémère

Ce n’est pas que parce qu’il est le premier élu de Bordeaux, là où je vis depuis plus de quinze ans, maintenant, que je suis un inconditionnel d’Alain Juppé mais j’avoue que j’ai de la sympathie pour lui. Et même si ça ne saute pas aux yeux qu’il est le prince charmant venu embrasser la belle au bois dormant pour lui faire rouvrir les yeux après des décennies de léthargie, il a fait ce qu’il fallait pour réveiller la belle endormie qu’était devenue Bordeaux, en se piquant un doigt à une aiguille de Chaban-Delmas. Autres temps, autres... [Lire la suite]