25 juin 2019

une faute impardonnable (merci à Philippe)

Mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa, au féminin, évidemment. Il y a quelques jours de cela, c’était approximativement le 18 juin dernier, à environ 11h15 et trente-quatre secondes, j’ai publié ce que je pense être un bon billet (ils ne le sont pas tous, inutile de chercher à me flatter ni à flatter mon ego, il aime bien ça mais il risque d’y prendre vite goût) intitulé : « on peut savoir pourquoi toujours par 3, 5 ou 7 ? » J’étais presque totalement fier de moi, je m’étais trouvé un certain esprit, comme je peux... [Lire la suite]

20 novembre 2018

j’ai bientôt l’âge de mon année de naissance

Tiens, c’est drôle, me suis intérieurement écrié, ce matin, quand j’ai réalisé que bientôt, j’aurai l’âge de mon année de naissance. C’est-à-dire que je vais avoir 59 ans et je suis né en 59. En 1959, évidemment, est-ce utile de le préciser ? Oui, on ne sait jamais. Et c’est d’autant plus amusant que ça ne marche pas avec n’importe quel âge ni n’importe quelle année de naissance. Par exemple, si j’étais né en 60 (si j’avais tenu un peu plus), j’aurais 60 ans ? Ah tiens, oui, ça marche aussi, dans ce cas-là. Il doit bien y... [Lire la suite]
20 septembre 2018

d’autres choses étranges mais toujours pas pénétrantes

Dans la suite des choses étranges mais toujours pas pénétrantes que j’ai vues ou vécues depuis le début de cette semaine, il y a le fait qu’hier, j’ai trouvé deux pièces de 5 centimes à deux endroits différents. Bien sûr, je les ai ramassées et je les ai tout de suite placées sur un compte au Luxembourg (car c’est facile d’y aller en faisant croire qu’on se contente de le traverser) mais en allant chercher quelque chose à l’Intermarché à cent mètres de chez moi, à la caisse, j’ai perdu une pièce de 1 euro (je crois) et donc,... [Lire la suite]
12 février 2016

Thomas s'en va

Je suis à mon travail, il est exactement 11h22 au moment où je commence à écrire pour mon billet du jour. J’ai terminé et sauf erreur de ma part, tout est fait (mais « je ne fais jamais d’erreur », comme disait mon assistante Claire, au siècle dernier – autres temps, autres mœurs) et là, je ne vais même pas pouvoir partir maintenant car je suis obligé d’attendre que midi sonne et que le pot de départ d’un de mes collègues démarre. Parce qu’il tient absolument à ce que je sois présent, il a même prévu de le commencer à midi... [Lire la suite]