12 décembre 2017

un petit coup à droite

C’est vrai que je ne me suis pas beaucoup foulé, ces derniers jours, en termes d’écriture, dans mon blog. Non pas que je me sois lassé mais tout simplement, pourquoi serai-je le seul à en faire, des efforts ? Alors, ma foi, comme c’était mon week-end d’anniversaire, je me suis dit que tant qu’à faire, pour une fois, autant en faire un peu moins. Comme ça, ça, c’est fait et maintenant, je peux vraiment, mais vraiment passer à autre chose. Enfin… Je pourrais parler de l’élection de Laurent Wauquiez, gagnant haut la main mais il... [Lire la suite]

13 octobre 2017

une apparence calme

Tout semble calme et peut-être même que tout est calme. Une apparence calme. Ce qui n’a rien à voir avec un calme apparent. C’est ça qui est intéressant, dans la langue française, dans l’écriture et dans les mots, c’est que non seulement, chacun d’eux a un sens mais ce dernier peut varier selon la place du mot en question dans la phrase. C’est pourquoi, si j’écris que je suis entouré d’une apparence calme, ça ne veut pas du tout dire la même chose que si je parle d’un calme apparent. Un calme apparent, c’est en surface que ça se... [Lire la suite]
23 février 2017

et je me bouscule

Je me lève mais je n’ai bousculé personne. J’ai fait la sieste sur le canapé, depuis le temps que j’en rêvais, enfin une après-midi à moi, pas de sport, pas de courses en ville, pas de rendez-vous (ni médical, ni amoureux, ni d’affaires…) et donc, j’ai pu me laisser aller à me laisser aller. Cette répétition est volontaire, oui, j’en ai conscience (je dis ça pour les puristes de la langue française et de l’écriture) et là, il un peu plus de 16 heures et comme pour le matin, quand je viens de sortir du lit, je me lève et je suis un peu... [Lire la suite]
17 février 2017

Philippe a une araignée dans le slip

Que ceux qui se sont inquiétés pour moi (et je peux vous avouer qu’ils ne sont pas légion) soient soulagés car je n’avais pas de migraine, hier même si j’ai publié un poème, hier. Il ne faudrait pas croire qu’un madrigal équivaut systématiquement à une céphalée. Parfois, je peux avoir envie de prendre quelques vers comme ça, juste pour le plaisir. Et quand j’ai découvert ce texte de Rimbaud, je suis tombé sous le charme tout en me demandant si ce n’était pas un faux. Mais non, même s’il n’est pas typique de l’écriture rimbaldienne, il... [Lire la suite]
15 mars 2016

de la fuite dans les idées

À force de faire du tri, d’ouvrir des boîtes, de parcourir des carnets (nombreux) avec des notes et idem sur des cahiers ou des feuilles quadrillées, je finis par tomber sur des choses étranges, écrites de ma main et qui témoignent de deux choses : je peux être autant prolixe que versatile. Je peux être créatif, très créatif mais dans le domaine de l’écriture, il faut bien que je le reconnaisse une fois pour toutes : je ne vais pas toujours au bout des choses. Et quand je dis « toujours », c’est un bel et doux... [Lire la suite]
13 mars 2016

je préfère les petits jeunes

Ah non, qu’on ne vienne pas me taxer de pédophile, je ne suis pas catho-pratiquant. Et pas seulement pour cette raison-là mais parce que je ne suis pas comme ça. Ça n’est pas mon genre. Et ce n’est pas parce que le titre de ce billet annonce que je préfère les petits jeunes qu’il faut mal m’interpréter. Bon, d’accord, j’ai écrit ça en toute connaissance de cause car je savais pertinemment que l’ambiguïté du propos porterait à confusion. C’est volontaire donc, en gros, je suis un vrai manipulateur. Et je l’assume. De toute façon, quand... [Lire la suite]

08 mars 2016

fonds de tiroirs

Hier, j’ai expliqué (en long et en large) que j’étais en train de faire du vide et de trier en vue du prochain déménagement (mais ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué, le compromis de vente n’est même pas encore signé) et là, je voudrais juste prendre quelques minutes pour observer de plus près certains trésors que j’ai trouvés au fond de certains tiroirs ou de certaines boîtes à chaussures. Avec des relents de Pandore ? Non, je ne crois pas. D’abord, je me confirme comme un beau babillard. Si ce n’est que moi,... [Lire la suite]
16 février 2016

inspiration, expiration

Je suis devant mon écran, les mains presque posées à plat sur le clavier et je me demande de quoi je vais bien pouvoir parler, aujourd’hui. Il y a beaucoup de jours avec, quelques jours entre avec et sans et de rares jours sans. Aujourd’hui, c’est un jour sans. Un jour sans inspiration. Rien. Je n’ai rien qui me vient à l’esprit. D’ailleurs, ai-je seulement encore un esprit ? Vite, des sels pour que je m’en remette. Et que mon esprit revienne. Mon esprit de sels ! Il va bientôt être l’heure de déjeuner et je ne sais même... [Lire la suite]
08 juillet 2015

leur préférence

Il est clair que si j’avais vécu à la cour d’un roi, j’aurais fait partie de ses favoris. Jusqu’à ce qu’il réalise que j’étais son préféré. Le préféré de tous ses favoris. Ça n’aurait eu aucun sens, sinon, d’être tous sur le même pied d’égalité. Il aurait bien fallu qu’il se rende compte que même si, par exemple, Louis XIV, prenait son pied avec la Montespan, pour ne citer qu’elle, moi, j’aurais su lui apporter autre chose. Avec moi, il aurait pris ses deux pieds à la fois. Et forcément, il y serait revenu. Et d’ailleurs, j’aurais dû... [Lire la suite]
05 août 2014

l'aphasique

La question que je posais hier, c’était : suis-je partiellement, totalement, temporairement aphasique ? Non, je pense que je suis juste comme tout le monde. Je suis juste comme tous les mecs de près de cinquante-cinq ans. Je suis comme tous ceux qui se prénomment Stéphane et qui ont une activité intellectuelle qui fonctionne en trois/huit et bref, je suis comme tous ceux qui sont comme moi. C’est-à-dire, tout seul, si on part du principe que je suis un cas unique et comme tout le monde, si on part de l’autre principe, que... [Lire la suite]