07 mai 2018

le coup du lapin

Finalement, ça ne doit pas être si facile que ça, d’être un lapin. Si on y regarde de plus près voire de très près, c’est un animal qui n’est pas spécialement protégé contre ses prédateurs. C’est vrai, prenez le fait qu’il ait surtout deux ou trois dents bien acérées mais qui ne lui permettent pas de mordre réellement son adversaire au point de le tuer. Prenez aussi le fait qu’il a des griffes mais pas au point de blesser mortellement ses assaillants. Et puis, il a beau avoir deux grandes oreilles et une petite queue en boule, on ne... [Lire la suite]

06 mai 2018

un déjeuner de soleil

Eh bien, ça aura pris le temps mais on y sera quand même arrivé. Ça doit bien faire quinze jours à trois semaines qu’on a ouvert la terrasse (sorti le salon de jardin de sous sa bâche hivernale, fait les plantations dans les jardinières et divers pots sauf aux roses, nettoyé les dalles…) mais on n’avait pas encore eu l’occasion de déjeuner dehors. On avait juste pu se mettre dans un relax pour lire ou dormir ou encore, s’attabler pour faire des mots croisés ou autre. Mais là, ça y est, c’est fait. Pendant que je terminais tout ce que... [Lire la suite]
05 mai 2018

dans une heure, tu seras là

Ou pas. Dans une heure, tu seras peut-être là. Personnellement, je préférerais que tu sois là, même si c’est dans deux heures mais si ça se trouve, tu ne seras pas là. Tu ne seras peut-être même plus jamais là. Va-t’en savoir, avec toi. Je devrais plutôt dire « sans toi » car « avec toi, ça relève du passé ou du quasi impossible. Je le crains. Mais je vais essayer d’apprendre à m’en foutre. Comme ça, si quelqu’un devait souffrir de ton absence, ça ne sera plus moi. Je regarde ma montre, le temps est long, il traîne. Je... [Lire la suite]
04 mai 2018

un secret que je saurai bien garder

Je sais parfaitement tenir ma langue. Quand on me confie un secret, je sais très, très bien le garder et n’en parler à personne. Surtout si, justement, on me demande de ne pas en reparler. À qui que ce soit. Et à personne non plus. Et justement, ce matin, au travail, Virginie est venue me dire quelque chose, discrètement, en mettant un doigt sur ses lèvres, avant de commencer à me dire. J’ai bien compris que j’allais certainement être estomaqué. Ne pas en revenir. Parce que son air de comploter m’a mis tous les sens en éveil. Et même... [Lire la suite]
03 mai 2018

d'un pays pas du tout imbécile

Son bonhomm' de mari avait tant fait d'affair's Tant vendu ce soir-là de petits bouts de fer Qu'il était dev'nu millionnaire Et l'avait emmenée vers des cieux toujours bleus Des pays imbécil's où jamais il ne pleut Où l'on ne sait rien du tonnerre… Ah ça, on peut dire qu’on vit dans un pays drôlement intelligent, en France. C’est vrai qu’on mériterait le prix Nobel du pays le plus intelligent, depuis quelques mois. Parce que là, question pluviosité, on a eu notre compte. Et même encore plus que ça vu que nous frisons l’overdose. La... [Lire la suite]
02 mai 2018

chargement d’après-midi

On va donc commencer par déjeuner, frugalement, parce que, ensuite, si le coach me demande de faire l’avion qui nage la brasse, allongé sur le ventre au sol, je vais me sentir lourd, lourd, lourd. Ensuite, je rangerai la vaisselle dans la machine à la laver et je débarrasserai tout ce qui doit l’être dans la cuisine. Enfin, j’accueillerai Teresa (à moins que ça ne soit Josefa ?) pour sa première fois chez nous. Elle vient nous aider pour le ménage et le repassage mais il ne faut pas lui dire que c’est une femme de ménage. Elle... [Lire la suite]

01 mai 2018

grève du premier mai

Aujourd’hui, premier mai deux-mille dix-huit, je ne publie aucun billet car je suis en grève. Et comme c’est la journée sans pléonasme, je jure que je n’en ferai aucun. Un peu de respect, merde ! Zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle,... [Lire la suite]
30 avril 2018

ce n'est pas moi qui l'ai dit

Je vous jure que ce n’est pas moi qui l’ai dit. Je ne sais pas qui c’est mais ce n’est pas moi. Si c’était moi, je le saurais, quand même et comme je ne suis pas du genre à me défiler (en tout cas, jamais le 1er mai mais pourquoi pas le 14 juillet ?) et en plus, quand on me dit de ne rien dire, de ne pas le répéter, je suis une véritable tombe. Ce qui se justifie par mon deuxième prénom : Pierre. Oui, parce que Pierre tombale (rien, à voir avec Arielle !) Non, mais en tout cas, même si je n’avais rien demandé, je suis... [Lire la suite]
29 avril 2018

auriculaire de vie

J’ai un job d’étudiant à proposer. Mais qu’on ne s’y méprenne pas, ce n’est qu’un tout petit boulot, c’est pour ça que je ne peux le proposer qu’à un jeune. De préférence à un garçon. Non pas que je fasse dans le sexisme ou la misogynie, mais comme c’est pour quelque chose d’un peu intime, je préfère avoir affaire à quelqu’un du même sexe que le mien. On se comprend mieux, il me semble. Ou alors, je me mets le doigt dans l’œil. Ce qui n’est pas tout à fait impossible. Ça dépend juste de quel doigt on parle. D’un doigt de l’homme, oui,... [Lire la suite]
28 avril 2018

tout jaune pendant vingt minutes et de moins en moins jaune pendant trente minutes

Aujourd’hui, c’est jour du gras. C’est samedi gras. Une fois de temps en temps, ça ne peut pas faire plus de mal que le sucre. Alors, comme le sucre, je n’en abuse pas, sauf occasionnellement, là, j’ai décidé de mettre en pratique le fait de manger plus de lipides que de glucides. Car les premiers permettent d’absorber les derniers, d’après ce qu’on dit depuis quelques mois. Et là, pendant vingt minutes, le temps que les frites cuisent dans le four, toute jaunes, je vais commencer à préparer la poêle pour les œufs au plat, avec,... [Lire la suite]