20 décembre 2019

Josy, Xavier et Mymy

Mymy m’a demandé comment s’appelait la caractéristique de cette phrase : « Portez ce vieux whisky au juge blond qui fume. » Je ne vais pas la faire languir plus que ça et lui donner la réponse tout de suite. Je ne vais pas recommencer à jouer aux devinettes et encore moins quand elles n’ont pas de solution vérifiables ou vérifiées. Pourtant, j’aime bien ça, moi, poser des questions auxquelles personne ne peut répondre et c’est un peu comme si je jouais à un jeu et que j’y gagnais à tous les coups. Comme celui-ci :... [Lire la suite]

15 novembre 2019

points d’hésitation

Ah non, vous m’avez mal compris, je n’ai pas écrit « point d’hésitation » ni « point d’hésitations » mais bel et bien « points d’hésitation » car je viens tout simplement de voter à ma majorité absolue (j’étais le seul votant et j’ai dit oui) la création d’un nouveau signe de ponctuation : les points d’hésitation. Parce que quand j’écris quelque chose, parfois, j’hésite entre le point d’exclamation et le point d’interrogation, d’une part et entre rien et rien quand je suis justement en train... [Lire la suite]
13 décembre 2017

absolution, dissolution, résolution, amen

Hier, en écrivant le paragraphe 2 de mon billet, qui en comportait 7 (c’est bien de le dire car personne ne l’avait remarqué, j’en suis sûr), j’ai utilisé le verbe absous au participe passé et je ne me suis posé aucune question car je n’ai eu aucun doute quant à sa forme grammaticale. Idem pour l’orthographe. Moi, Stéphane G., je suis absous avec un « s » à la fin car je suis plusieurs dans ma tête, tout le monde le sait, jusque-là, rien que de très normal. Non, en revanche, dans la soirée, je me suis mis à me demander... [Lire la suite]
13 novembre 2017

apophtegmes choisis

Je ne vais pas beaucoup me fatiguer, aujourd’hui car je suis pris par le temps et je viens de lire quelque chose qui m’a réjoui alors, pour une fois, je vais tomber dans la presque facilité et me contenter de faire des citations. Juste après avoir expliqué mon propos. Mon propos dans lequel il est question d’apophtegmes. J’imagine que ce mot barbare et technique (à moins que ça ne soit l’inverse) est inconnu pour la majorité relative de mes sept ou huit lecteurs réguliers. Et je vais les rassurer : ne pas savoir ce qu’est un... [Lire la suite]
17 décembre 2016

épicènes

Je vous remercie d’être tous venus, d’être tous là, pour cette réunion, pour ce premier congrès des épicènes. Ça n’était pas chose aisée que d’organiser une telle rencontre car il fallait trouver des participants et pantes, bien sûr et surtout, il fallait que chacun et cune soit motivé(e) sans oublier le fait qu’il fallait qu’on vous reçoive sans se tromper vu que sur le papier, rien ne permettait de ne pas faire d’erreur au moment de vous accueillir. Nous ne sommes pas si nombreux que ça mais comme dans beaucoup d’autres domaines,... [Lire la suite]
23 octobre 2016

des mots qui n’existent pas (encore)

J’aime beaucoup la langue française mais parfois, j’ai quand même l’impression qu’elle n’est pas complète. Elle me laisse même pantois, quand, alors que j’en ai besoin, je ne trouve pas de mot correspondant à ce que je veux dire. Et alors, je fais une Ségolèneroyalerie, c’est-à-dire que j’invente le mot dont j’ai besoin. Tout le monde a en mémoire la bravitude dont elle a parlé, sur la muraille de Chine. Tout  le monde s’est offusqué mais moi, ça ne m’a pas choqué. Et tant pis si le mot bravitude a des relents d’anglicisme, je le... [Lire la suite]

03 avril 2015

à, de

Il en est des prépositions comme bon nombre d'autres astuces grammaticales de la langue française. Il semble bien que les deux suivantes : "à" et "de" soient toujours utilisées à plus ou moins bon escient. Alors, aujourd'hui, nous allons faire dans le culturel et donner une leçon qui, je l'espère, sera ferme et définitive. Quand la préposition a une fonction possessive, il est d'usage de se servir de "de" et non pas de "à" ou non pas d'"à". Moyen mnémotechnique pour se le mettre en mémoire : "de de et pas... [Lire la suite]
02 avril 2015

caedere

En ce début de nouveau mois d’avril et de trimestre, plaçons-nous sous le signe de la culture et des nouveaux mots ou plutôt sous celui de la connaissance de mots inconnus ou méconnus et commençons en apothéose avec une série de trois. Tout le monde connaît les régicide, fratricide, sororicide, homicide, génocide, suicide, infanticide, parricide, matricide, etc., et tous ces mots en "cide" qui font partie de la même famille. Cependant, il en est des nettement moins utilisés et qui sont très surprenants car, encore une fois, on... [Lire la suite]
17 mars 2015

appétence

Quand on est en plein dans la semaine de la langue française, j’aime bien qu’on se pose des questions intelligentes, au bureau ? Ça change. Après, reste à savoir si on a trouvé la bonne réponse à la question idoine. Et justement, mon binôme, Audren, ce matin, qui m’a raconté avoir entendu un mot qu’il ne connaissait pas, hier à la télévision, l’a noté pour me demander ce que j’en pensais. Si je savais quelle était sa définition et si je savais la différence entre ce mot là et un autre, du même acabit, nettement plus courant. Et... [Lire la suite]
06 avril 2014

supplément de bagages

Normalement, tout est quasiment fin prêt pour partir ce soir. Il ne reste plus que deux ou trois broutilles à mettre dans la valise. Comme mes tongs. Oui, parce que je porte des tongs en guise de chaussons. Je ne sais pas vivre avec les pieds enfermés quand je suis à la maison. Même je ne suis pas totalement enfermé comme quand la fenêtre près de l’ordinateur est ouverte comme en ce moment. Et parfois même, je suis carrément pieds nus. Ce qui signifie que je retrouve mon inégalité de longueur de jambes car il est évident que quand je... [Lire la suite]