28 novembre 2017

une petite bolée de Cid

C’est dans la voiture que j’ai entendu cette phrase qui m’a touché au plus profond de mon cœur voire de mon âme, si j’en ai une : « J’attends le silence et la nuit pour pleurer. » Je ne saurai dire à quel propos elle a été citée ni dans quelle émission de radio, tout ce que je sais, c’est que c’était sur Europe 1. Et c’était hier. Si mes souvenirs sont bons, je pense que c’était en début d’après-midi et que j’étais au volant de ma voiture. Je partais faire quelques courses que j’avais oubliées le matin même.... [Lire la suite]

23 octobre 2017

à n'importe quel prix

J’ai un peu réfléchi à ce que j’ai dit à propos de quoi j’allais réfléchir, avant-hier, au sujet des prix littéraires drôles et marginaux, histoire de ne pas tomber dans le piège de la consommation des Goncourt et autres marronniers. Et j’en suis venu à la conclusion suivante : c’est très difficile d’imaginer des prix encore plus originaux et encore plus amusants que ceux qui existent déjà et pourtant, et pourtant… Et pourtant, j’ai eu quelques idées que je voudrais brièvement exposer ici avant qu’elles ne partent en fuyant vers... [Lire la suite]
21 octobre 2017

des livres qui ont un certain prix

On approche de la période des prix littéraires et avant-hier (ou hier – à moins que ça ne soit l’inverse), j’ai entendu parler de prix parallèles, de prix moins officiels, moins connus et surtout, de prix originaux pour ne pas dire farfelus. Et il n’en fallait pas plus pour que ça me parle et que ça me titille. Ça me parle ou ça me titille ? Je crois que ça me partille. Comme ça, tout le monde est content. On va donc oublier les Goncourt, Renaudot et autres Interallié pour évoquer trois prix non moins prestigieux pour ceux qui... [Lire la suite]
30 septembre 2017

un beau soleil intérieur

Je ne saurais pas dire si j’ai beaucoup aimé le film ou plutôt, je saurais très bien expliquer pourquoi je ne l’ai pas trop aimé. Parce que tout est une question de nuances et de point de vue. C’est exactement ce que ça m’a semblé démontrer, dans ce film, Un beau soleil intérieur. De Claire Denis. Avec Juliette Binoche, entre autres. Avec Juliette Binoche, surtout. Un film sur les valses-hésitations d’une femme qui rêve d’une vie amoureuse mais qui a l’air de tout faire pour que ça ne marche jamais. Ce n’est pas facile, au jour le... [Lire la suite]
18 septembre 2017

j'aime pas Dali

Quand j’étais enfant, il me faisait rire avec son accent, sa moustache rigolote et ses allures de fou. Il a marqué les esprits avec son intervention dans une publicité : « Je suis fou du chocolat Lanvin !» Et quand j’étais ado, que j’ai quitté le domicile parental, à Paris, j’ai découvert des cartes postales qui reproduisaient certaines de ses œuvres les plus connues dont les deux dont je me souviens le plus : La persistance de la mémoire (les fameuses montres molles) et La tentation de St Antoine (les chevaux... [Lire la suite]
31 juillet 2017

tante Jeanne

Jeanne Moreau disparue, c’est un peu de la grande France qui s’en va. Un pays peau de chagrin. L’esprit de toute une époque, celle des 30 Glorieuses et des décennies qui ont suivi jusqu’à un certain changement de siècle même si ça a commencé à changer dès les années 80. Jeanne Moreau, c’est le visage de la France, une France élégante, pas forcément toujours belle mais terriblement séduisante et attachante. C’est la France en noir et blanc, la France de mon enfance et j’ai des chansons dans la tête et aujourd’hui, ma mémoire est loin... [Lire la suite]

30 juin 2017

nous vous avons aimée, nous vous aimons, nous vous aimerons toujours

Il n’y a pas grand-chose à dire. Sauf des banalités de bon usage et de bon aloi. Ce matin, quand j’ai entendu la nouvelle, dans la voiture, en quittant mon travail, j’ai été pris d’une grosse émotion. La même que celle de ce 30 septembre 1985 quand ma mère m’a appris la disparition de Simone Signoret, au téléphone, alors que j’étais à mon travail. Je m’en souviens fort bien et ce matin, j’ai ressenti le même genre de choses. Une tristesse infinie et une impossibilité de parler sans crainte de pleurer. Nous venons de perdre quelqu’un... [Lire la suite]
18 juin 2017

ah, le petit vin blanc...

Forcément, moi qui suis plus sensible au vin blanc et au vin rosé qu’au vin rouge, en quittant ces amis que je viens de me faire, je n’avais plus qu’une idée en tête : ouvrir une bouteille de blanc et en boire un verre ou deux, tant pis pour la chaleur excessive. Avec un peu de chance, ça m’aurait désaltéré et sans aucune chance, ça m’aurait enivré. Et j’aurais eu mal à la tête, ce soir et même demain. Alors, finalement, mieux valait que je n’en avais pas une d’avance dans le réfrigérateur. Je n’aurais pas bu que pour me... [Lire la suite]
28 mars 2017

pas un chef d'oeuvre mais pas loin

Il y a des films qui vous marquent à vie et qui deviennent une telle évidence que jamais ils ne vous quitteront, leurs personnages vous resteront familiers et parfois (ou souvent), vous penserez à eux comme à des amis proches ou à des cousins peut-être un peu trop éloignés géographiquement car vous aimeriez tellement les revoir mais ça n’est jamais si facile que ça. Et hier, justement, ça m’est arrivé, j’ai pris un film en pleine figure et en plein cœur et j’en suis sorti un peu abasourdi de ce coup de cœur et de ce bien-être avec ces... [Lire la suite]
02 mars 2017

il vient d'avoir 62 ans

Il vient d’avoir 62 ans, Lucio et ma foi, on peut dire qu’il a des beaux restes, il porte bien. Il faut dire que c’était un beau gars quand il n’était qu’au sortir de l’adolescence, fort comme un homme. Et beau, il a su le rester, en partie. Oui, seulement en partie car on peut déplorer un certain laisser-aller car il ne s’entretient pas, Lucio. Il a pris un peu de ventre. Il s’en moque car il a toujours entendu dire que ça donnait un certain charme aux messieurs. À n’importe quel âge mais surtout au sien.  Cependant, il a perdu... [Lire la suite]