Tu sais quoi, ma chérie ? Non, tu vas me dire, ma chérie ! Oui, attends, je vais te le dire, ma chérie. Je t’écoute, ma chérie. J’ai rencontré un mec génial et on a passé une soirée super et je ne te raconte pas la nuit. Si, raconte-moi la nuit que tu as passée avec ton mec génial ! D’abord, il faut que tu saches qu’il s’appelle Hugues. C’est mon premier Hugues. C’est ton premier Hugues ? Oui, c’est mon premier Hugues. Tu es sûre que tu n’as jamais connu d’Hugues avant lui ? Oui, j’en suis sûre. Enfin non ou plutôt si, j’en ai connu des Hugues, avant lui mais je n’ai pas fait l’amour avec eux. Les Hugues que j’ai connus, c’étaient des collègues, moches ou des mecs de la famille par alliance, à l’étranger. Mais faire l’amour avec un mec qui s’appelle Hugues, non, c’est la première fois et c’était vraiment bien.

Dis-moi tout, ma chérie. Eh bien, il m’a baisée comme un Dieu et moi, dans ses bras, j’étais comme une déesse. Et on a remis ça trois fois dans la nuit. Et il m’a fait jouir mais tu ne peux pas imaginer comment. Eh bien dis-moi, ma chérie. Ah non, c’est impossible à dire. C’est comme le point G, c’est impossible à décrire. Tu en as de la chance. Moi, là, j’ai rencontré quelqu’un à mon travail, un client, il s’appelle Friedrich, il est d’origine luxembourgeoise ou suisse, je ne sais plus et il est beau comme un mannequin. Et alors, vous avez fait l’amour ? Pas encore. Je dois le voir vendredi soir, j’ai hâte, je ne peux pas te dire comment. Oh si, ma chérie, dis-moi comment. Et tu sais quoi, ma chérie ? Non, ma chérie, dis-moi quoi ? Eh bien, ce sera mon premier Friedrich à moi aussi, comme toi, avec ton Hugues.

C’est chouette qu’on ait des premières fois, toutes les deux. Oui. J’ai déjà eu des Frédéric, des Fred, des Éric, un Federico mais jamais de Friedrich.  Si ça se trouve, il sera un peu brutal avec moi, comme beaucoup d’allemands. Mais tu m’as dit qu’il était luxembourgeois. Ou suisse. Mais c’est pareil, ma chérie. Tout ça, c’est teuton et compagnie mais ça me plaît. Et si ça marche avec ton Friedrich, ma chérie, tu crois qu’on pourrait aller boire un verre tous les quatre, avec mon Hugues ? Oui mais tu ne lorgneras pas sur mon Friedrich, hein ? Pareil que toi, si tu ne reluques pas mon Hugues. Non, on va juste les regarder pour les jauger, les estimer, les évaluer et on comparera, ensuite. C’est une bonne idée, ma chérie. Ah je suis contente pour toi, ma chérie. Et moi aussi, pour toi, ma chérie. Bisous. Bisous.