Ce qu’il y a de bien, avec un thermomètre réservé aux invités, c’est qu’on peut organiser une soirée pendant laquelle chacun se sert du sien : moi, du mien et l’invité (ou les invités) du sien (du leur), après, il faut trouver l’art et la manière de l’amener dans la discussion. Ou alors, il faut le prévoir à l’avance et annoncer la couleur quand on lance l’invitation : « Ah, j’ai oublié de te dire mais pour samedi soir, on fait une soirée thermomètre ! » Et normalement, si les amis à qui vous annoncez ça ne rechignent pas en bafouillant une excuse à la mords-moi-le-nœud du style « Et nous, on a oublié de te dire qu’on est d’enterrement, samedi soir, on ne pourra pas venir », c’est que ce ne sont pas des vrais amis au sens propre du terme, vous pouvez les laisser tomber. Ils n’en valent pas la peine.

En revanche, si, au téléphone, on vous répond : « Ah chouette, c’est une bonne idée, c’est super original ! », là, vous pouvez être sûrs que vos amis font partie de la catégorie des meilleurs amis du monde et donc, je ne peux que vous conseiller de les conserver. Et cette soirée thermomètre, je suis sûr qu’elle va faire que vous allez vous rapprocher encore plus. Maintenant, comment débuter une soirée thermomètre ? Vous avez deux possibilités, soit avant le repas, soit après mais surtout pas pendant. Non, il y a un côté peu hygiénique de sortir de table pour prendre sa température anale tout comme pour aller faire ses besoins alors qu’on aurait pu prendre ses précautions avant. C’est juste une question d’éducation. De savoir vivre. Et ça, entre vrais amis, ça peut s’apprendre aisément.

Mettons qu’on soit au début de l’apéritif, vous pouvez alors proposer de boire un verre et de grignoter un amuse-gueule tout en précisant qu’avant de passer à table, chacun devra prendre sa température. Et, pour amuser un peu vos hôtes, imaginer une espèce de jeu, comme un concours : « Celui qui aura la fièvre la plus importante aura le droit à plus de glaçons que les autres dans son cocktail et celui qui n’aura pas de température, devra boire son verre cul-sec ! », par exemple. Et si dans vos amis, il y en a qui ont l’esprit de compétition, je peux vous dire qu’il va y avoir du sport. Et vous verrez, pour l’avoir pratiqué le week-end dernier avec mon problème d’inflammation du pharynx, on a passé une très bonne soirée. « Vivement la prochaine fois, on fera une soirée suppositoire ! »