Comment expliquer à un enfant qui a une fente labio-palatine que tout ne sera pas simple pour lui ? En effet, déjà, on sait qu’il subira maintes et maintes moqueries quand il sera à l’école et peut-être même dès la crèche car maintenant, les enfants sont tellement précoces… Bien sûr, on peut comprendre que les gamins se moquent des autres quand ils sont une différence voyante, une malformation ou une particularité parfois un peu rigolote, il faut bien le reconnaître mais franchement, quand il y en a un qui a cette fente labio-palatine, on a beau lui avoir donné ce nouveau nom plutôt poétique, il n’en reste pas moins que ce n’est jamais qu’un bec-de-lièvre, toujours disgracieux. Après, ça ne veut pas dire que l’enfant en question sera un chaud lapin, non.

Comment expliquer à un enfant aveugle qu’il devra redoubler de vigilance car tout va être énormément difficile pour lui. Surtout si cet enfant n’est pas aveugle de naissance. Car naître avec des yeux qui voient et rapidement, avant qu’on ait eu le temps de tout apprendre dans la vie, se retrouver dans le noir de plus complet et le plus définitif, non, vraiment ce n’est pas enviable. Et comment lui faire comprendre qu’il devra faire attention à la marche ; qu’il devra faire attention à ne pas mettre un pied ou sa canne blanche dans une crotte de chien ; qu’il ne saura jamais si son ou sa futur(e) financé(e) sera joli(e) ou pas ; qu’on risque de faire des gaffes en lui parlant comme s’il avait la même capacité de vue que nous. Surtout, ne jamais lui dire ce proverbe inutile : qui vivra, verra.

Comment expliquer à un enfant sourd  que s’il se masturbe trop, il risque de l’être encore plus ? Déjà qu’il n’entend rien alors ça ne peut pas être pire de ce côté-là. Et comme il n’entend rien, justement, comment lui faire comprendre que la masturbation pourrait (selon certains esprits cathos) aggraver son cas déjà désespéré ? Avec les mains pour le langage des signes ? Oui, peut-être mais alors, ça pourrait devenir une invitation à ce qu’il se masturbe, si on fait le geste devant lui. Et l’inquiéter car pour lui, ça doit rester un plaisir solitaire et secret. Non vraiment, avoir un enfant handicapé, ce n’est pas facile. Et alors, j’imagine les parents qui ont un petit garçon aveugle, sourd et avec un bec-de-lièvre. Il ne manquerait plus que ça soit une fille, tiens… Ooups, holà, je suis allé un peu loin, là, non ?