Alors, c’était bon, hein ? Oui, comme d’habitude. On a bien fait de se retrouver, ça m’a manqué, nos moments rien qu’à tous les deux. Ça va, tu n’as besoin de rien ? Euh non, ça va, merci. Tu sais, tu n’as pas besoin de te plier en quatre quand on est ensemble, je suis avec toi et je suis bien, il n’y a que ça qui compte. Bon, d’accord mais si tu as besoin ou envie de quelque chose, surtout, tu n’hésites pas, hein ? Si j’ai envie de quelque chose, ça ne pourra être que toi, dont j’ai envie. Et si j’ai besoin de quelque chose, ça ne peut être que celui d’être avec toi, contre toi. C’est vraiment gentil de ta part de me dire des choses comme ça, surtout que je les partage, moi aussi. Nous sommes sur la même longueur d’ondes. Je suis aussi sur la longueur d’ondes de ton corps, j’aime bien le caresser, il est très beau. C’est toi qui le rends beau.

Hmmm, c’est bon de rester comme ça, après. Après quoi ? Après l’amour. Ah bon, on a fait l’amour ? Arrête de me taquiner, on dirait que cette formulation te dérange. Non pas du tout, je te taquine juste pour essayer de te faire croire qu’on n’a pas fait l’amour afin qu’on s’y mette. Tu veux recommencer. Recommencer quoi ? À faire l’amour. Mais non, on ne va pas recommencer, on va faire l’amour une nouvelle fois, c’est très différent. Toi, tu joues toujours sur les mots. Tu n’aimes pas ? Si, j’aime, ça fait évidemment partie de ton charme. De mon charme ! De ton charme ! Et mon sex-appeal ? Tu sais où je vais le mettre, ton sex-appeal ? Pfff, même pas cap ! Attends, tu vas voir si je ne suis pas capable… C’est si bon de rester comme ça, sans rien faire aussi. Oui mais attention, on risque de s’endormir. Et alors ?

Et alors… … … Waouh, je me suis assoupi. Oui, moi aussi. C’est dingue. Normalement, je n’aime pas dormir avec quelqu’un car je trouve que c’est un tel abandon que ça me dérange un peu. Moi, j’ai bien aimé dormir avec toi, même si ça n’a pas été un très grand moment, là. Enfin quand même, près de vingt minutes. Sans les préliminaires ! Sans les préliminaires ? J’aimerais tellement passer une nuit complète avec toi. Contre toi. Si ça te fait vraiment plaisir, on peut organiser ça, un de ces quatre. Oui, ça me ferait vraiment plaisir. Bon, je vais aller faire pipi, tu n’as besoin de rien ? Euh non, merci. Non, je veux dire, tu veux boire ? J’ai surtout un peu faim. Tu veux quoi ? Un abricot, tu as ? Non, pas de chance. Une banane, si tu veux. Une banane ? Tu n’en as pas très envie, hein ? Non. Et des fraises ? Je n’en ai pas non plus. Ah, dommage…