Qu’est-ce qu’il y a, Jean-Michel, encore ? Déjà, bonjour Stéphane. Ça fait plaisir de voir comme ça te fait plaisir de me voir. Mais non, pourquoi tu dis ça ? Parce que tu ne sors plus, parce que tu ne réponds plus quand je t’envoie des messages, parce que tu m’accueilles un peu fraîchement, parce que ce n’est pas normal d’être isolé comme ça dans ton coin et parce que tu ne parles plus de moi depuis bien trop longtemps à mon goût. Excuse-moi, Jean-Michel mais bon, tu me connais, j’ai des hauts et j’ai des bas, je suis comme tout le monde. Oui mais non. Là, tu vas me faire le plaisir de te secouer un peu les puces car ça ne peut pas continuer comme ça. Il faut faire comme en cas d’inondation, comme la rivière. Comme la rivière ? Oui, tu sors de ton lit. Mais je ne passe pas mon temps au lit, c’est idiot.

Tu ne passes pas tout ton temps au lit mais c’est tout comme. Alors, comme je viens de te le dire, tu vas te secouer les puces et te prendre par la main et… Et prendre les jambes à mon cou ? Et tourner sept fois ta langue dans ta bouche avant de me répondre. Tu t’habilles et tu me suis. Je te suis où ? Tu t’habilles et tu me suis. Je n’ai pas envie de sortir, il fait trop chaud. Taratata tsoin-tsoin, tu t’habilles et tu me suis ou alors, tu viens avec moi avec uniquement ton slip rouge et ton tee-shirt gris mais tu me suis. Parce que vraiment, il y en a marre, maintenant. Ça va, là, tu as fait ton deuil, maintenant, non ? Et le Ramadan, ça fait un mois, ou presque qu’il est terminé, alors, ta coquille, tu en sors, de ta réserve aussi et tu me suis. Parce que franchement, hein, en plus, on parle vraiment d’un retour d’Ardèche, là.

Pfffttt, un retour d’Ardèche ? Oui, un retour d’Ardèche. Allez, tu me suis. Parce que vraiment, outre ton escapade à Dourdan fin mars, on dirait que tu t’es volontairement confiné. Et on en parlait avec Chouchou, d’ailleurs, il nous attend. J’aurais préféré que ce soit lui qui vienne me chercher. Oui, il ne te le dit pas mais il s’inquiète pour toi. Et il n’y a pas que lui. Mais je ne vois vraiment pas pourquoi. Il n’y a aucune raison de s’inquiéter, je préfère juste être chez moi. Déjà que je sors tous les matins alors je me réserve les après-midis. Et les nuits. Finalement, tu préfères mettre un bermuda par-dessus ton slip rouge ? Qu’est-ce que ça peut te faire ? Allez, ne t’inquiète pas, on a prévu à boire. Et à manger. Et des danseuses nues. Des danseuses nues ? Oui, des danseuses nues ! C’est pathétique, carrément pathétique, Jean-Michel.