Quand j’étais lycéen, je n’aimais pas trop qu’on m’impose de lire des classiques pourtant indispensables à une bonne culture générale mais dès que j’ai arrêté mes études, juste après le Bac, je me suis jeté sur Zola, Hugo et Maupassant. Et j’ai adoré Colette, nettement plus contemporaine, pour moi. Et d’autres auteurs mais je voudrais surtout parler de Zola. Je l’ai vraiment découvert en 1979 voire 1980 et si j’ai commencé par les plus célèbres des volumes de la saga des Rougon-Macquart (Nana, L’assommoir, Germinal…), je me suis laissé totalement happé par cette œuvre en vingt tomes et une fois que je les ai tous lus, dans le désordre, j’ai choisi de les relire, assez rapidement après mais cette fois, dans l’ordre d’écriture du grand romancier, ce cher vieil Émile.   

Mais ça ne m’a pas permis de satisfaire mon goût pour cette saga familiale qui m’a fasciné, à l’époque (il y a 40 ans de ça) et à la fin des années 90, j’ai décidé de tout relire mais en ayant un regard analytique pour cette (troisième) fois et j’ai noté les noms propres de chaque personnage et de chaque lieu cité dans chaque volume. Sauf qu’il me semble ne pas être allé au bout des vingt tomes quand j’ai quitté la région parisienne pour venir m’installer à Bordeaux où j’ai eu moins de temps pour lire vu que soudain, j’avais perdu plus de 2h30 par jour de transports en commun. Et l’étourdissante vie nouvelle que je découvrais à l’aube de mes 40 ans, m’a fait délaisser un peu la lecture. Ça n’a été que passager même si ça a duré quelques années (depuis, je me suis rattrapé.)

Et là, cette semaine, j’ai remis les 20 volumes des Rougon-Macquart en évidence dans une de mes bibliothèques et je vais essayer de les relire, vingt ans après et j’espère que ça ne va pas être trop difficile car mes goûts ont évolué ; car ma façon de lire a dû changer aussi même si ce n’est qu’un peu ; car je dois reconnaître que Zola, aujourd’hui, ça me semble avoir beaucoup vieilli au point que ça me paraît être d’un autre siècle encore. Mais j’aimerais vraiment savoir si je suis capable de me lancer de nouveau dans une telle lecture mais ça me ferait quand même plaisir d’y arriver. De toute façon, j’ai l’impression que je vais retrouver des cousins lointains ou des amis perdus de vue et rien que ça, ça me donne de la motivation. Sauf que je ne sais pas si on a encore des choses à se dire.